Association CLI.M.A. 57-67-68
Identification
 
Nouveau? Créer un compte !
dimanche, le 10 FéVRIER 2008
Lettre d'informations n°8 - CLI.M.A. 57-67-68


Nouveautés et informations sur l’association CLI.M.A. 57-67-68,
météo, climato et photo en Alsace-Moselle.


    1] L'administratif


Sortie raquette et neige : elle a été annulée car les perspectives hivernales ne sont pas d’actualité, peut-être pourrons-nous l’organiser début mars si les conditions sont favorables …… ou alors on se contentera d’une sortie pédestre, pourquoi pas, nous attendons vos avis là-dessus.

 

Visite de Météo France : Jérôme ne nous a pas encore communiqué de date, cela reste pour le moment en suspens

 

Adhésions : de nouveaux membres ont demandé leur adhésion et la majorité des membres du Comité les a validées avant même notre prochaine session.

Il s’agit de Jean Michel Kriegel de Lemberg (57) ingénieur en électronique, de Virginie et Michel Rohrer de Brumath où ils vont installer une station météo (certains les ont déjà rencontré à Barembach en juillet) ainsi que de Alain Haenel, de Waldhambach, qui a adhéré tout de suite après la formation météo de Jérôme. Bienvenue à eux dans notre association en espérant qu’ils trouveront en notre compagnie de quoi vivre encore plus fort leur passion.

 

Infoclimat : notre site a été mis officiellement dans la rubrique « Annuaire » et « partenaires Infoclimat » sur le site d’Infoclimat.

L’AG d'Infoclimat du samedi 23 février aura lieu près de Besançon et nous serons présents pour sceller notre partenariat d’une manière « un peu plus conviviale » ; quelques membres de CLIMA se rendront à cette AG ,un covoiturage est possible pour ceux qui, comme Arnaud, voudraient aussi y participer. .

 

Rencontre Infoclimat du Nord-Est : sur le forum d’IC Judd propose une rencontre pour une sortie des membres d’IC et Jérôme a lancé l’idée sur NOTRE forum d’y associer les membres de CLIMA ; cela se passerait au mois de mai au Kayserstuhl en Allemagne avec repas du soir à Colmar ;Judd proposera une date mais dès à présent vous pouvez nous informer de votre intérêt pour cette rencontre ( sous réserve de décision une fois la date connue) ; cette sortie s’inscrirait alors dans les activités de l’association .

 

Saisies de relevés : vous savez peut-être déjà que des bénévoles ont entré sur notre site des relevés anciens : nous avons dépassé les 11.000 relevés surtout grâce à Roland (Cirrus 68) qui a saisi 12 années concernant Wingen sur Moder ; faites-y un tour ! merci aussi à René Guth , et à tous ceux qui font ou vont s’atteler à ce fastidieux travail !

C’est concrètement prendre en main le domaine de la climatologie, une des vocations de l’association !

 

Le temps passé : l’évolution du temps du passé au présent dans nos région est aussi une vocation de l’association ; comme Jean l’expliquait sur notre forum, il a commencé un long travail sur le temps passé parfois très lointain de nos régions Alsace Moselle en créant une base de donnée. Il a lancé un appel à l’aide pour réunir le max d’infos sur ce sujet. Déjà Roland de Colmar a envoyé des infos. Nous avons collecté pour le moment près de 3.000 infos allant de l’an 0 à l’an 2000 mais principalement du 12e au 20e siècle, infos concernant le temps qu’il a fait et les évènements liés au temps qu’il a fait. La méthodologie sera expliquée dans un ou deux articles dans la newsletter !


 
    2] la vie de notre site : www.clima.fr


En ce mois de février, nous vous annonçons l'arrivée d'une rubrique "Dossiers" sur www.clima.fr.

Elle servira à recueillir différents dossiers météo, climato ou photo créés par les passionnés. Dans un premier temps pendant les semaines à venir, seront ajoutés les dossiers du site www.meteo-alsace.com, de Matthieu SCHMITT et Aurélien BEN DAOUD. Leur site ne pouvant plus être mis à jour de façon satisfaisante, ils ont décidé de le fermer bientôt, et CLI.M.A. accueille avec plaisir leurs dossiers. Vous pouvez déjà voir un premier de ces dossiers en cliquant sur l'onglet "Dossiers".

Le mois de mars 2008 sera pour www.clima.fr le début de l'intégration de relevés amateurs en temps réel. En effet, les connaissances techniques pour une telle réalisation ont été acquises et permettront petit à petit d'automatiser les relevés des stations sur le site, pour le plus grand plaisir des passionnés avides de données. Rendez-vous donc très prochainement pour la mise en place de ce dispositif !

Il y aura aussi une rubrique dédiée au temps passé où vous pourrez suivre les travaux sur les évènements météo anciens  et l'évolution climatique en Moselle et Alsace depuis des temps assez reculés ! Un éphéméride complètera ce tableau .


 
    3] climatologie


Travail sur la climatologie du temps passé – évolution du climat en Moselle Alsace

 

Méthodologie : PARTIE 1

 

Les sources et le traitement des données :

Elles sont d’abord personnelles car, très curieux des conditions que nos régions ont connu par le passé, je me suis souvenu des nombreuses notes que j’avais prises depuis 1975 dans des centaines d’ouvrages alsatiques (impossibles de citer tous ici) et j’ai épluché environ 50 cahiers de notes manuscrites pour en ressortir tous les évènements qui, de près ou de loin, pouvaient nous donner des indications sur les conditions météo de jadis, ceci aussi loin dans le temps que ces évènements nous étaient connus.

Cette recherche reste plutôt « littéraire » que scientifique puisqu’elle ne se base que sur des écrits parfois fort anciens qui sont loin de donner toutes les garanties exigées pour un travail de précisions mesurables d’autant plus qu’elles ne donnent pas souvent des indications chiffrées sur les évènements en question. Ces données, parfois exagérées ou même relatées des années après les évènements qu’elles décrivent, peuvent bien entendu être sujettes à caution, néanmoins elles témoignent de faits qui ont été suffisamment marquants et impressionnants pour être notés par les contemporains de l’époque afin de les transmettre à la postérité.

 

Une fois ces données transcrites dans un fichier informatique, il a fallu les compléter par des données plus scientifiques que j’ai pu trouver dans des ouvrages sur l’évolution du climat se basant par exemples sur des études dendrologiques (étude des coupes d’arbres), l’étude des glaciers (recul, période d’avancée des glaciers, leur relation avec le climat de ces époques), l’étude des carottes de glaces anciennes et des mesures réelles faites dans des conditions plus scientifiques principalement au cours des 3 derniers siècles. Je citerais entre autres un ouvrage de référence : l’excellente « Histoire du Climat depuis l’An Mil » de Le Roy Ladurie.

 

Il a fallu également dresser de grandes lignes sur l’évolution de notre climat en me basant sur des études déjà réalisées et en y incluant les données locales qui, grosso modo, avec quelques écarts ponctuels, correspondent bien aux variations du climat du NO de l’Europe entre flux océanique et influence continentale.

Une fois ces périodes globales bien cernées, il est intéressant de noter les variations au sein de chaque période qui peut comporter des interstades plus ou moins chauds ou froids, plus ou moins humides ou secs, plus ou moins venteux. Le résultat a donnée un fichier de plus de 1600 « entrées » comportant près de 3000 données ! Intéressant, non ? D’autant plus que ce travail sera encore affiné au fur et à mesure de nos recherches.

 

Les données :

 

Elles sont de deux natures :

* Les données strictement météorologiques relatées en tant que telles

* Les données liées directement ou indirectement aux conditions météorologiques

 

Les données météorologiques :

Il s’agit principalement de données sur des évènements qui ont eu, soit un caractère brutal et subit, soit un caractère durable sortant de l’ordinaire, ou encore un caractère vraiment hors norme notamment quand des saisons étaient hors du commun par exemple :

Des hivers qui ont marqué leur temps

Des périodes de chaleurs, de canicule

Des périodes pluvieuses et/ou neigeuses

Des périodes de sècheresse

Les tempêtes et les ouragans

Les orages

 

Les hivers :

Longtemps il n’y a pas eu de mesures précises avant l’invention du thermomètre mais les anciens ont bien noté les phénomènes liés au froid, parfois bien datés, par exemple :

les cours d’eau et le Rhin qui gèlent sur une durée plus ou moins longue et qu’on peut traverser à pied ou même avec des chariots chargés

les pierres qui éclatent sous l’effet du gel ( ce qui n’est pas forcément un signe de grand froid)

les produits alimentaires qui gèlent comme le vin dans les barriques qu’il faut débiter à la hache ( un bloc de Riesling, Monsieur ?)

les oiseaux qui tombent gelés du ciel ……

et puis la débâcle des cours d’eau, la hauteur de la couche de neige et la durée de neige au sol, la fonte des neiges, …..autant d’éléments, souvent conjugués, qui peuvent nous donner une idée assez nette des hivers en questions sans pour autant en posséder toutes les clefs.

 

 

Les périodes de chaleur et les canicules :

Même remarque que précédemment sur le manque de mesures précises des données les plus anciennes ; les observations qui peuvent être considérées comme très subjectives sont souvent significatives notamment sur la durée des périodes chaudes, de l’ensoleillement, mais ces faits peuvent être corroborées aux dates des moissons, des vendanges et des récoltes qui nous renseignent sur la réalité de ce type de temps par leur précocité, leur quantité et leur qualité.

 

Les précipitations :

Les données nous donnent beaucoup d’informations sur la durée des période de pluie ou de neige, sur la fréquence, sur la brutalité de ces phénomènes (ou météores, n’est-ce pas Jérôme Heyd) et sur leurs conséquences : les crues et les inondations ; les données nous renseignent aussi sur les cours d’eau et les zones ou communes concernées par ces phénomènes, sur les dommages causés : récoltes détruites, villages engloutis à jamais par le Rhin « en colère », les coulées de boue, les effondrement de digues ou carrément de pans de montagne….

Longtemps on ne mesurait pas les quantités de pluie tombées jusqu’à l’invention du pluviomètre.

Pour la neige c’est un peu la même chose : la hauteur de la couche de neige a souvent été mesurée, comme l’état des voies de communication parfois impraticables avec les congères, comme la durée de l’enneigement et les effets du redoux.

 

Les périodes de sècheresse :

On a trouvé de nombreuses notes sur la durée des périodes sèches et les conséquences visibles : pas ou peu de précipitations, la saison concernée, les signes concrets comme les sources qui tarissent, la durée de l’étiage des cours d’eau, du Rhin…. Mais aussi leur conséquence : les moissons brûlées (= desséchées) par le soleil, le raisin qui sèche sur les ceps, les feux de forêts (eh oui comme dans le Midi), …mais aussi récoltes pauvres, manque de fourrage pour le bétail qu’il fallait parfois abattre et s’en nourrir à défaut de pouvoir le nourrir.

 

 

Le vent, les tempêtes, les ouragans :

Ce sont des phénomènes beaucoup plus rares mais plutôt bien datés quand ils sont isolés, moins quand les phénomènes apparaissent souvent au cours d’une même année : c’est surtout par leur conséquence qu’ils sont connus, comme les dégâts causés aux forêts, aux habitations, aux monuments, châteaux, églises, ….

 

Les orages :

Ces phénomènes par leur violence ou par leur fréquence sont en général assez bien datés comme les précédents car très ponctuels et souvent localisés avec précision : les données décrivent les dégâts causés par la foudre et les incendies qui en résultent souvent, la violence des orages ( vent, pluies diluviennes, phénomènes électriques) est souvent bien décrite.

La grêle et les grêlons aussi sont notées moins par curiosité (hauteur de grêle dans les rues) que pour leur conséquence : destruction entière ou partielle des récoltes, dommages sur les personnes, le bétail et les biens quand il s’agit de grêlons.

 

La suite de la méthodologie du travail sur l’évolution du climat en Moselle Alsace dans le prochain numéro de notre newsletter !

 

Jean Sébastien Beck


 
    4] Synthèse du temps du mois de janvier 2008


Le temps du mois

de janvier 2008


 

 

Un mois plutôt en douceur :

Un constat s’impose : janvier 2008,  contrairement à la logique de la 2e partie du mois de décembre glaciale, a commencé dans une ambiance diurne assez douce avec des nuits froides ou assez fraîches. Avec quelques passages de perturbations venteuses et pluvieuses dans un flux zonal, la pluviométrie a été plus ou moins conforme à la normale contrairement à janvier 2007qui a été très arrosés d’une manière presque continue ; mais grâce aux conditions anticycloniques qui ont protégé nos régions des assauts des dépressions atlantiques nous n’avons pas connu ce mois-ci de longues  périodes pluvieuses; en effet  les perturbations  ont été la plupart repoussées plus au nord, surtout à partir du 6 janvier où un flux d’altitude doux de sud s’est mis de la partie avec l’anticyclone Andreas centré sur l’Espagne .

Cependant, à partir du 15 janvier,  une perturbation plus active dans un flux zonal a fait le ménage dans l’atmosphère un peu somnolente qui nous concernait et, après son passage et un optimum doux vers le 20 janvier, les conditions anticycloniques ont de nouveau régné sur la France avec des pressions frisant les 1043 hPa sur nos régions : brouillards, gelées le matin, beau temps doux en journée de plus en plus chaud jusqu’au 28 janvier.

A la fin du mois, le 29 janvier, les pressions chutent et des perturbations concernent nos régions avec le retour du vent, de la pluie mais aussi des premiers vrais flocons de neige de l’année.


 

Le déroulement :

Froid nocturne du 1er au 2 janvier conditions anticycloniques sous un vent d’Est avec des Tx assez basses dans les basses couches

du 3 au 9 janvier temps se radoucissant, avec le passage de perturbations en général peu actives : d’abord un front occlus le 3 janvier donnant des pluies verglaçantes, une perturbation liée à la dépression Birgitta le 5 janvier avec des pluies plus conséquentes, une autre liée à la dépression Christine bien active avec des coups de vent importants le 7 janvier, une dernière le 9 janvier, très atténuée (par l’Anticyclone Andreas établi sur l’Espagne) , liée à la dépression Eliane.

à partir du 10 et jusqu’au 14 janvier retour des brouillards parfois givrant le matin et de la douceur en journée, en présence de beaucoup de nuages, l’anticyclone pousse une dorsale jusqu’en Allemagne , dès le 13 janvier les T° sont de nouveau en baisse et le 14 janvier une perturbation très atténuée nous atteint sans grand éclat.

 

A partir du 15 et jusqu’au 22 janvier, un flux zonal se remet en place avec une perturbation liée à la dépression Jette sur la Mer du Nord apportant vent fort de SO, de la pluie, des ondées, suivie par des ondulations touchant surtout le nord de la région après le temps de traîne très actif du 16 janvier ; 2 perturbations vont nous concerner, liées aux dépression Karin et Louisa les 17 et 18 janvier avec des pluies modérées et une certaine fraîcheur, le radoucissement reprenant dès le 19 janvier avec un optimum le 20 janvier ; enfin le 21 janvier avec une descente d’air froid sur l’Allemagne un font froid nous concerne avec beaucoup de pluie le 22 janvier et une chute des T° en soirée.

 

du 22 au 28 janvier l’anticyclone reprend le dessus : un anticyclone très puissant avec des racines tropicales s’installe sur la France après la traîne active du 22 janvier, les pressions grimpent au plafond jusqu’à 1043 hPa, mais sous un vent d’Ouest, et les gelées nocturnes se généralisent de nouveau avec le retour des brouillards souvent givrants ; en journée les T° sont justes fraîches, seule ombre au tableau : une petite perturbation très atténuée donne un peu de pluie et des flocons le 24 janvier ; le ciel est dégagé, mais de plus en plus voilé en fin de période, les Tx étant aussi à la hausse. L’optimum de cette période a lieu le 28 janvier.

 

Le 29 janvier a lieu le retour à un temps perturbé atténué avec une chute des pressions, des matinées moins froides, les gelées se raréfiant mais les Tx étant parallèlement en nette baisse ; le 30 janvier tombent des pluies et des flocons de neige et le 31 janvier après les brouillards matinaux un temps perturbé avec vent, pluie et giboulée signent la fin d’un mois de janvier sans grand caractère qui ne restera certainement pas dans les annales des hivers à rebondissements et à bonnes (ou mauvaises) surprises.

 

Conclusions :

Pour résumer, janvier 2008 a été assez doux, d’environ 3°C au-dessus des normes, en moyenne bien moins doux et pluvieux que janvier 2007 ( qui était à environ 5°C au-dessus des normes ) mais présentant un écart positif de presque 6°C avec janvier 2006 qui a été, il est vrai, particulièrement froid . Janvier 2008 a par contre connu des pressions élevées avec le record de 1043 hPa……… dommage que ce soir dans un anticyclone à racines africaines avec des remontées d’air chaud, ce qui n’a pas donné de caractère hivernal au mois de janvier 2008 même si la fréquence des gelées (jusqu’à 25 jours dans certaines stations de CLIMA 57-67-68) est restée importante avec le rayonnement nocturne par ciel dégagé en basse couche.

 

Jean Sébastien Beck