Association CLI.M.A. 57-67-68
Identification
 
Nouveau? Créer un compte !
mercredi, le 10 AVRIL 2013
Lettre d'informations n°66 - CLI.M.A. 57-67-68


Nouveautés et informations sur l’association CLI.M.A. 57-67-68,
météo, climato et photo en Alsace-Moselle.


    1] L'hiver se prolonge...


Bonjour à tous

Lors du dernier numéro j'avais mis l'accent sur le printemps calendaire mais avec ce froid persistant cela a pris une toute autre tournure... Au moment où va sortir ce journal nous aurons enfin retrouvé des températures un peu plus en phase avec cette première décade d'avril.

Noël dernier s'est déroulé sous une douceur exceptionnelle «au balcon», une absence de gelées matinales et des températures maximales de 11 à 14 degrés, Pâques «au tison» vient de confirmer le dicton avec comme vous le savez des températures de 4 à 8 degrés en dessous des valeurs de saison; il faut remonter en 1987 pour retrouver un mois de mars aussi froid soit 26 ans après.


 

Une nouvelle conférence sur l'évolution du Climat animée par CLIMA a eu lieu le 3 avril à la Maison des Associations de Strasbourg, 1 place des Orphelins à 20h; elle était organisée par l'association "Parcs, Paysages et Jardins d'Alsace".

Jean Sébastien Beck est invité par Emmanuel Le Roy Ladurie à Paris; ce grand historien du climat, mondialement connu et reconnu, a été conquis par l'ouvrage "2000 ans de climat en Alsace et en Lorraine" et, après plusieurs échanges téléphoniques, a pris l'initiative de cette rencontre le vendredi 12 avril qui est un grand honneur pour l'auteur mais aussi pour notre association.


 

Les anniversaires du mois de mars et début avril

Jérôme le 17.03 de Molsheim (67) - membre du comité

René le 20.03 de Barembach (67)

Victor le 23.03 de Rezonville (57)

Daniel le 27.03 de Vescheim (57) - membre du comité

Henri le 30.03 de Ennery (57)

André le 01.04 de Schwobsheim (67)

Valentin le 11.04 de Sélestat (67)

Nous vous souhaitons un très bon anniversaire

Jean-Luc


 

Le jour de Pâques nous avons appris avec beaucoup de tristesse le décès de Monsieur Roland Reiss à Wimmenau, voisin de Jean (notre président)  il était toujours dévoué et secondait pendant de longues années son ami durant ses absences en notant méticuleusement les conditions météo journalières tout en prenant soin de la station.

En somme il était devenu un veilleur du temps hors pair.

A sa famille nous présentons nos plus sincères condoléances.

Le comité de CLIMA


 
    2] Au coeur de la passion !


Quelques mots sur notre passage au Centre départemental de la Météorologie de la Moselle (CDM57) auquel Jean-Luc et moi-même étions convié à l'occasion de la journée mondiale de la météorologie le 19 Mars dernier.


Nous étions attendus pour 11H30 en la présence de quelques autres bénévoles observateurs des stations climatologiques 57, des médias ainsi que quelques clients de Météo France. Cette invitation est devenue une tradition depuis quelques années déjà et c’est avec grande fierté que nous sommes arrivés comme d’habitude avant l’horaire prévu et que nous avons été très chaleureusement accueilli par l’ensemble des prévisionnistes.


 

Notre visite a débuté par un petit tour dans les locaux dédiés à la prévision dans lesquels scintillaient de milles éclats les écrans d’ordinateurs, illuminés par de nombreuses cartes issues des modèles de prévisions internes à Météo-France. Bien entendu de nombreux échanges très pédagogiques ont ponctué cette visite parmi les pros, un moment fort, toujours très enrichissant que nous n’oublierons pas de sitôt.

Ensuite nous avons rejoint la salle de réception, à l’écoute du bilan climatologique par Thierry Thouvenin, le directeur départemental Météo-France pour la Moselle, ce dernier a également remis quelques diplômes à certains autres observateurs bénévoles de plus longue date. Un autre moment riche en échanges avec d’autres passionnés de la Moselle.

En résumé une journée forte enrichissante parmi une équipe toute aussi sympathique, très chaleureuse, une journée dont nous nous souviendrons longtemps en tant que passionné et nous tenons d’ailleurs encore à remercier toute l'équipe du CDM57 pour leur excellent accueil. Une opération à renouveler dans leurs futurs nouveaux locaux !

Fabien et Jean-Luc


 
    3] Le bilan climatique dans nos régions


MARS 2013: UNE EMPREINTE HIVERNALE TARDIVE BIEN MARQUEE…

AU FIL DU MOIS

Ce premier mois du printemps météorologique aura été globalement caractérisé par la persistance des conditions hivernales tardives. En effet l’hiver a joué les prolongations dès le début du mois avec un froid omniprésent ponctué par la poursuite de bonnes gelées nocturnes. Puis grâce à un assèchement de la masse d’air le soleil s’est montré un peu plus à son avantage à partir du 4, du coup les températures diurnes se sont hissées vers des valeurs très temporairement un peu plus conformes à la saison nous faisant même profiter d’un avant-goût printanier pendant une courte période grâce à l’orientation des vents au secteur sud-ouest. Cependant tout ceci ne fût que très éphémère car dès le début de la seconde décade en liaison avec un puissant anticyclone sur l’Europe du Nord des conditions hivernales tardives se sont réinstallées sur la région, accompagné par endroits de quelques intempéries, comme en plein cœur de l’hiver. C’est ainsi que chutes de neige, verglas et parfois des journées sans dégel jusqu’en plaine furent monnaie courante en milieu de mois. Par endroits le mercure a plongé à plusieurs reprises sous la barre des -10° durant les nuits, c’est pour dire l’ampleur de cette pulsion arctique tardive.

Ensuite un temps un peu moins froid s’est installé après le 15 mais ce fût le début d’un régime de giboulées parfois hivernales blanchissant encore temporairement les sols par endroits jusqu’en plaine. Puis au début de la dernière décade le temps est redevenu un peu plus calme, certes toujours trop frais voire restant même carrément froid pour la saison avec des gelées répétitives, plus ou moins prononcées, selon les secteurs. Des flocons ont encore voltigé de temps à autres jusqu’en plaine. Malheureusement ce temps hors-saison, car beaucoup trop froid pour cette époque de l’année,  nous a accompagné jusqu’en toute fin de mois, une longue période froide d’ailleurs encore amplifiée par moments par une bise persistante empêchant toute sensations printanières même en plein soleil sous les quelques fugaces éclaircies présentes par moments. D’ailleurs pour la petite histoire les œufs de Pâques ont probablement été bien plus givrés cette année que la bûche glacée trois mois plus tôt lors de la veillée de Noël 2012 qui pour rappel s’était déroulée sous des conditions quasi-printanières.

Le bon vieux dicton de nos ancêtres s’est entièrement vérifié, Noël au balcon, Pâques aux tisons, personne ne pourra affirmer le contraire !...


 

TEMPERATURES

D’après la période de référence 1981/2010 la température moyenne d’un mois de Mars, issue d’un panel d’une douzaine de stations de notre région, devrait osciller autour de 5.7°  Ce mois-ci au bilan final par rapport à cette normale climatologique nous relevons une anomalie fortement négative, en effet les températures moyennes oscillent dans nos stations entre 2.2° à Wimmenau et 4.6° à Kraft.  Donc au final une anomalie négative de l’ordre de 1 à 3.5° selon les secteurs, ce qui fait de ce mois de Mars celui comme ayant été le plus froid de ces dernières dix années.

Les extrêmes du mois des stations de plaine :

Températures minimales

Température minimale absolue et jour : -12.5° à Réding le 15

La température minimale la plus élevée et jour : 8.7° à Krafft le 9

Nombre de jours avec Tn<=0°C : 21 Jours à Gros-Réderching.

Nombre de jours avec Tn<= -5°C : 10 Jours à Wimmenau.

Nombre de jours avec Tn< = -10°C : 2 Jours à Gros-Réderching. 

Températures maximales

Températures maximale absolue et jour : 17.3° à Jarny le 6

La température maximale la plus froide et jour : -1.7° à Saverne le 13

Nombre de jours avec Tx<=0°C : 2 Jours à Saverne et à Gros-Réderching

Nombre de jours avec Tx>=25°C : /

Nombre de jours avec Tx>=30°C: /


 

PLUVIOMETRIE

Dans notre région la normale pluviométrique pour un mois de Mars devrait se situer autour de 64mm. Ce mois-ci globalement les cumuls restent en dessous de ces valeurs.

  

Les extrêmes du mois:

Cumul minimal de précipitations : 21.2 mm à Krafft.

Cumul maximal de précipitations: 68.4 mm à Gros-Réderching.

Nombre de jours avec précipitations: 14 Jours à Kraft.

Quantité maximale de précipitations en 24 heures : 24.8 mm à Wimmenau le 17


 

ENSOLEILLEMENT

L’ensoleillement moyen d’un mois de Mars devrait osciller autour de 121 heures sur notre région. Cependant si après un hiver bien sombre l’astre du jour s’est montré un peu plus présent que durant ces derniers mois, il n’empêche que ce mois de Mars restera également comme le moins ensoleillé de cette dernière décennie. Ce mois-ci nos stations ont relevé une durée d’ensoleillement de 99 heures à Allenwiller, 100 heures à Sarrebourg, 106 heures à Réding et 177 heures à Kraft.

  

AUTRES STATISTIQUES ABSOLUES DU RESEAU CLIMA

Nombre de jours avec neige : 15 Jours à Saverne

Nombre de jours avec grêle : 7 jours à Haegen

Nombre de jours avec orage : /

Nombre de jours avec brouillard : 5 Jours à Allenwiller

Nombre de jours avec verglas : 3 Jours à Jarny

Nombre de jours avec inondation : /

Rafale de vent maximale : 56.3km/h à Réding et à Gros-Réderching le 19 

Fabien


 
    4] Pourquoi l'hiver 2013 est-il exceptionnel ?


Alors que le printemps est théoriquement bien entamé, l'hiver joue les prolongations sur la moitié nord de la France, avec des températures qui restent entre 3° et 5°C inférieures aux moyennes de saison. Ce ressenti interminable est-il réel? Cet hiver est-il historique? Quelques éléments de réponse...


Ce froid inhabituel maintient son emprise sur toute l'Europe du nord, où l'on assiste au mois de mars le plus froid depuis 1883 en Grande-Bretagne, 1845 en Belgique ou encore 1922 dans le nord de la Suisse. Les tempêtes de neige survenues en Ukraine sont les plus fortes de ces 50 dernières années à cette période. En Angleterre, le bétail est en perdition dans le blizzard, et l'on se souvient de la tempête de neige historique survenue en Normandie le 12 mars.

Un hiver tardif qui joue les prolongations

La question est souvent posée: cet hiver tardif est-il exceptionnel? A cela, l'on peut répondre par l'affirmative concernant la période de l'année : dans l'ouest, par exemple, il n'avait pas fait aussi froid fin mars depuis 1987. A ce sujet, les années 1985 à 1987 correspondent au dernier cycle d'hivers rigoureux qui avaient concerné la France, et qui avaient été bien plus sévères qu'actuellement (la vague de froid de janvier 1985 figure parmi l'une des plus rudes du 20 ème siècle en France). Au bilan, ce mois de mars 2013 devrait afficher un déficit de température de l'ordre de 1,5°C, avec des pointes à -3° pour les régions les plus au nord-est (du Nord à l'Alsace).

Concernant la neige, là encore, pas de record : des chutes de neige tardives sont déjà tombées en plaine de façon occasionnelle jusqu'en première décade d'avril (1999, 2008), plus rarement jusqu'en début mai (neige sur la touraine en mai 1997). On peut considérer que la neige en plaine est possible sur la moitié nord de la France jusqu'au 15 avril, avec parfois des épaisseurs importantes (20 cm sur le boulonnais en avril 2008).


 

Un phénomène cyclique

Le graphique (à droite) met bien en évidence le caractère cyclique des hivers en France (cyclicité que l'on observe d'ailleurs pour toutes les saisons). Le 20 ème siècle a connu plusieurs phases d'hivers, dont les plus rigoureux se sont produits dans les années 40, 70 et 80. Des périodes " sans hiver " sont également survenues notamment dans la décennie 2000, caractérisée par des vents d'ouest réccurents, de fortes pluies et tempêtes, de la douceur interminable et un manque de neige criant en montagne : à cette époque, les partisans du réchauffement climatique se sont emballés tandis que les stations de sports d'hiver envisageaient désormais un avenir sans neige.

Mais les temps changent et les cycles fluctuent : globalement, depuis 2003 / 2005, l'Europe et la France ont renoué avec le retour des hivers froids et enneigés; depuis 2006, l'enneigement en montagne est aussi marqué qu'au milieu du 20 ème siècle, tandis que les plaines ont retrouvé des épisodes neigeux aussi intenses que dans les années 80. Certes, on n'a pas (encore) retrouvé des vagues de froid aussi intenses qu'en janvier 1985, 1963 ou février 1956, mais celle de février 2012 fut plutôt rude. Parallèlement, depuis 2006, la France renoue aussi avec des étés frais (mais cela reste une exception à l'échelle de l'hémisphère nord).


 

Hivers froids, étés chauds : est-ce normal?

Force est de constater que depuis 10 ans maintenant, les contrastes saisonniers sont plus marqués sur la planète : alors que l'hiver actuel vient d'être très froid dans l'hémisphère nord, n'oublions pas que l'été vient d'être marqué par des records de chaleur absolus dans l'hémisphère sud. De même, l'été dernier a été historique en Amérique du Nord ainsi qu'en Russie. La thèse d'un "refroidissement climatique " ne peut donc pas être avancée, de même que celle du réchauffement doit être tempérée : à cet égard, certains chercheurs membres du GIEC (Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'évolution du Climat) viennent de suggérer à mots couverts que " le réchauffement planétaire s'est arrêté depuis 17 ans ", l'année 1997 ayant été la plus chaude (1).

Depuis, les températures sont en phase de plateau. La suite reste très incertaine : reprise de la hausse, stabilisation durable ou tendance à la baisse ? les thèses sont nombreuses, influencées par les cycles solaires, la superficie des glaces polaires, les cycles océaniques multi-décennaux, et la réaction de l'atmosphère aux rejets des gaz à effets de serre, entre autres multiples paramètres...

En définitive, on le voit bien, la variabilité naturelle du climat semble être le paramètre principal qui détermine nos saisons, éventuellement influencée par les activités humaines, mais dans une mesure que l'on ne sait pas quantifier précisemment. Il serait prétentieux d'affirmer que telle ou telle théorie est meilleure qu'une autre. Le débat reste ouvert et la recherche doit encore avancer. Quant à notre climat, pour en savoir plus sur sa réelle évolution, il faudra encore au moins une quarantaine d'années avant de pouvoir déceler une tendance claire vers un réchauffement, un refroidissement ou une phase de palier.


 

Ce sujet fera l'objet d'une prochaine enquête de La Chaine Météo, visant à exposer de façon impartiale les différentes thèses en cours sur la question.


(1) - Dr Rajendra Pachauri : « Il n’y a pas de réchauffement depuis 17 ans. » Les enregistrements du centre Hadley et de l’Unité de Recherche sur le Climat (CRU en anglais) (basée à l’université d'East Anglia) ne montrent aucune hausse des températures depuis 18 ans (v.3) ou 19 ans (v.4), et l’ensemble des données du satellite RSS (Remote Sensing Systems) n’affichent aucune élévation depuis 23 ans (information délivrée par Werner Brozek). L'ingénieur Pachauri a déclaré que l'arrêt du réchauffement aurait dû durer de "30 à 40 ans au moins" pour casser la tendance de réchauffement mondial à long terme. De plus, les meilleurs spécialistes mondiaux du climat ont écrit dans le rapport sur le climat de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) en 2008 que 15 ans ou plus sans réchauffement indiquerait une discordance entre les modèles imaginés et la réalité mesurée.

Sources : contrepoints.org / The Australian / Watts Up With That

Jean-Luc (Source La Chaine Météo) 


 
    5] Les photos d'ailleurs...


Le coup de cœur de la rédaction, merci pour vos nombreux clichés

La plage, photo de Vonguckel au Crau du Roi (Gard) le 20/03/13 à 12h30


 
Enfin la côte d’azur telle qu’on l’aime, photo de Style67 au Cap d’ail (Alpes-maritimes) le 21/03/13 à 12h00

 
Neige et mer de nuages, photo d’Arnaud67 à Kandel (alt 1200m-Allemagne) le 23/03/13 à 15h10

 
Le loup de Courchevel, photo de Vendredi à Saulire (alt 2700m-Savoie) le 26/03/13 à 11h00

 
Fort enneigement, photo de Catlino au Hohneck (alt 1360m-Vosges) le 29/03/13 à 9h00

 
Paysages magnifiques, photo de JP54 au Lac blanc (alt 1050m-Vosges) le 31/03/13 à 14h50

 
    6] Mars 2013 à Haegen


Le mois de mars le plus froid depuis 1987 ! 

Mars 2013 est le septième mois le plus froid depuis 1961 (à part en 1987, les autres mois de mars plus  froids (qu’en 2013) s’étaient situés entre 1962 et 1971) ; la moyenne est de +3,4° contre +5,8° pour  la période 1961/2013 (records +1,3° en 1971 et +10° l’an passé) ; mon minimum absolu a été de -5,4° (moyenne -4,3° records -14° en 1971 et +1° l’an passé) et mon maximum absolu a été  de +15,1°  (moyenne +17,7° records +11° en 1969 et +24° en 1989 et 1998).

J’ai eu 19 jours de gel (moyenne 11 records 24 en 1962 et 1971 et aucun en 1997, 2007 et 2012) ; la température n’a pas dépassé le 0° (jour d’hiver) un jour, (moyenne 1 records 6 en 1971 et aucun 2 années sur 3) ; en 1971 la température avait été inférieure à -10° à 5 reprises !


 

Il a neigé (plus ou moins) pendant 15 jours : c’est un record absolu !

Le précédent record de 13 jours de neige datait de 1987 (moyenne 5, aucun en 1991, 2003 et 2011) ; cette neige n’a tenu au sol que pendant 5 jours (moyenne 5, records 18 en 1970 et  aucun à 14 reprises) ; la hauteur totale de neige cumulée a été de 16 cm (moyenne 10 cm, records 66 cm en 1970 et rien à 17 reprises), la hauteur maximale de neige a atteint 5 cm (moyenne 5 cm, records 27 cm en 1965 ) .

J’ai eu 9 jours de pluie (moyenne 11, records 25 en 1988 et 3 en 1996) ; le total des précipitations a été de 37 mm (dont 14 mm sous forme de neige), c’est peu car ma moyenne depuis 1994 est de 62 mm (records 11 mm l’an passé et 159 mm en 2001).

Charles


 
    7] Record de froid pour un début de printemps


De Brest à Strasbourg en passant par Lille, jamais l'extrême nord de la France n'avait enregistré un tel froid durant les 10 premiers jours du printemps, qui n'est toujours pas en vue, annonçait ce lundi 1er Avril Météo France.

La dernière décade de mars, du 21 au 31, est la plus froide jamais observée depuis le début des mesures à Lille, Beauvais, Strasbourg, Nancy, Caen, Cherbourg et Brest", a déclaré François Jobard, prévisionniste."

Sur toute cette région de l'extrême nord, on n'a jamais connu une période aussi froide à cette période de l'année", a-t-il résumé. Sur l'ensemble du mois de mars, il a fait 1,5°C de moins que les normales saisonnières, et il faut remonter à 1987 pour trouver des températures aussi basses. Et avant cela, 1970, 1962 et 1955. Là encore, des records de froid ont été enregistrés le 13 mars à Beauvais avec -13°C et Lille avec - 10,5°C.


 

Pour Météo France, le dicton "Noël au balcon, Pâques au tison" se vérifie cette année dans plusieurs régions. Le 25 décembre 2012 a été en effet particulièrement doux avec des températures moyennes supérieures de 5°C à la normale à l'échelle de la France. On avait également mesuré 12°C à Berlin ou 5°C à Varsovie.

Sur le plan des précipitations, des records ont aussi été battus dans le sud-est et en Corse. "Il y a eu un cumul de pluie, entre 150 et 300 mm, souvent deux à quatre fois plus que la normale", précise M. Jobard.

A Nice, il est tombé 243 mm de pluie, un niveau jamais enregistré depuis le début des mesures en 1943. Le précédent record de 194 mm datait de 1956.

En revanche, il y a eu un "temps plus sec que la normale" dans le nord-nord-est, indique M. Jobard.


 

A quand le printemps, donc? Il n'est pas encore en vue, selon Météo France. "Pour le moment, pas vraiment de radoucissement d'ici le week-end prochain", a dit M. Jobard. "On va continuer avec une période toujours froide pour la saison sur le nord et perturbée sur la moitié sud"."

C'est rare de rester si longtemps sous les normales", reconnaît-il, imputant la situation actuelle à un anticyclone installé sur le nord de l'Europe qui favorise un flux de nord-est. "Ca entretient ce froid sec".

Cet hiver qui joue les prolongations touche tout le nord de l'Europe, avec une couche de neige accumulée à Moscou qui atteint 65 centimètres, un record absolu pour un mois d'avril.

Certains climatologues subodorent le réchauffement climatique d'être à l'origine du phénomène. Selon eux, la fonte de la banquise arctique, en modifiant les échanges entre océan et atmosphère, modifierait la circulation atmosphérique dans l'hémisphère nord où les hivers deviendraient plus rigoureux.

Fabien (Source : Communiqué Météo-France)


 
    8] Mais où sont passées les asperges ?


Si le printemps est en retard, les fruits et légumes de saison aussi. Du coup, la production risque d’arriver d’un seul coup sur le marché.

Le froid ralentit le développement des productions de saison et fait craindre aux agriculteurs des pics de production lorsque le printemps aura repris ses droits. Dans le Nord, les semis sont en retard dans les champs sur les poireaux, carottes, oignons, salades, détaille Anne-Cécile Delavallade, chargée de mission économie à l’interprofession des fruits et légumes frais (Interfel). Pour le consommateur, « les conséquences sur les prix sont variables selon les produits » : les poireaux se vendent plus chers tandis que la carotte se maintient sur des prix « faibles » car les Belges avaient gardé des carottes en frigos et les Landes sont moins touchées par le froid.

Sur les produits de saison, l’asperge a « au minimum 10 à 15 jours de retard », explique Pierre Geist, à la Chambre d’agriculture du Bas-Rhin. « On vient juste de terminer le butage », opération qui consiste à recouvrir le plant de terre pour que l’asperge continue de se développer en sous-sol, « mais il faudrait que les températures remontent un peu : on a en ce moment du -3°C le matin avec du vent du nord ». Ni les rendements ni la qualité ne devraient être affectés, mais le problème est que « toutes les régions productrices vont livrer leurs asperges en même temps dès que les températures vont augmenter », ajoutet- il craignant « un télescopage avec des pics de production ».

Pour l’heure, le marché est alimenté par quelques asperges du sud-est. Dans les Landes, grosse région productrice, elles sont aussi en retard avec un mercure anormalement bas et un excès de pluie. L’incertitude prévaut donc pour l’instant. Même si chez Interfel, on relativise : ce n’est pas plus mal si les produits printaniers arrivent un plus tard car pour l’instant, le consommateur manque à l’appel, le froid pesant sur les habitudes alimentaires. 

Jean-Luc (Source RL)


 
    9] Les six plus belles photos retenues par le jury


Avec un mois de Mars un peu figé, gris et morose, les APN n'ont pas eu le courage d'aller dehors se geler les pixels !

Espérons qu'en avril ils n'hésiteront pas à se découvrir d'un fil.

Yves


 
1) La der dès der, lieu sous le Baerenberg le 04/03/13 à 09h20 auteur vendredi

 
2) Homo givréatus, lieu Schneeberg le 04/03/13 à 10h00 auteur vendredi

 
3) Enfin une éclaircie, lieu Wimmenau Parc des Vosges du Nord le 13/03/13 à 16h30 auteur Jean Beck

 
4) Cerisier congelé, lieu à 1 km de Haegen le 12/03/13 à 16h40 auteur vendredi

 
5) Neige, givre et brouillard, lieu Col de la Charbonnière le 01/03/13 à 14h00 auteur vendredi

 
6) Encore un peu de glace, lieu Allenwiller le 02/03/13 à 10h00 auteur Piotr13   

 
    10] Les effets du temps sur l'économie (dossier)


• Du jamais vu ! La Lorraine traverse à l’heure actuelle son printemps le plus froid depuis l’après guerre. Un phénomène météo qui n’est pas sans conséquences sur les habitudes de consommation. Avec des gagnants et des perdants.

• Face à une demande qui ne fléchit pas, les producteurs d’énergie sont sous tension. Mais si la consommation d’électricité et de gaz est en forte hausse pour le mois de mars, elle s’avère plutôt raisonnable sur la période hivernale.

• Des paysages figés. Une nature toujours en noir et blanc. Des oiseaux qui peinent à entamer leur couplet printanier. Des jardiniers au chômage technique. La nature a déjà deux à trois semaines de retard. Et ceux qui en vivent aussi.

Suivez tout le dossier en cliquant sur ce lien 

Jean-Luc (Source RL) 


 

Un grand merci à nos contributeurs et aux membres du jury photos

Merci de nous avoir lu

Contact rédaction > jl.feltmann@meteo-reding.com