Association CLI.M.A. 57-67-68
Identification
 
Nouveau? Créer un compte !
dimanche, le 10 FéVRIER 2013
Lettre d'informations n°64 - CLI.M.A. 57-67-68


Nouveautés et informations sur l’association CLI.M.A. 57-67-68,
météo, climato et photo en Alsace-Moselle.


    1] Lancement de la campagne d'adhésion 2013


Bonjour à tous,

Les évènements climatiques mis entre parenthèse, le mois de Janvier est souvent synonyme de hausse des tarifs en tous genres, chez nous point de hausse, cette année encore la cotisation reste la même.

Alors franchissez le pas et venez nous soutenir, c’est avec grand plaisir que nous vous accueillerons au sein de notre association.

Jean-Luc


 
Chers amis, membres, correspondants et utilisateurs

Gérer une association de nos jours n'est pas toujours chose facile: nos frais, même serrés au plus juste, sont pris en charge par les seuls revenus dont nous disposions, NOS COTISATIONS, mais ceci garantit aussi notre totale indépendance.
L'Assemblée Générale de CLIMA a décidé de se caler sur le calendrier civil en 2013 et c'est pour cela que le recouvrement de la cotisation annuelle de 20 euros débute cette année dès le mois de janvier, et non en avril comme précédemment.

La meilleure manière d'aider notre association, c'est encore de devenir membres de CLIMA (voir rubrique : pourquoi adhérer?) et/ou de nous envoyer un don, aussi modeste soit-il, à l'adresse de notre trésorier :

Association CLIMA 57-67-68
chez Monsieur Arnaud Schutz
62 rue Ste Odile
67600 Sélestat

Nous vous remercions de l'intérêt que vous portez à notre passion commune
et vous souhaitons encore une fois plein de bonheur pour cette nouvelle année !

Pour le Comité, le Président : Jean Sébastien Beck

 

Les anniversaires du mois de janvier et début février

Jérôme le 17.01 de Roquevaire (13) Webmaster du site

Pascal le 18.01 de Jarny (54)

Gilles le 03.02 de Cocheren (57)

Jérémy le 10.02 de Richwiller (67)

Nicolas le 10.02 de Mulhouse (68)

Nous vous souhaitons un excellent anniversaire avec une pensée particulière à notre Webmaster


 
    2] La lente renaissance de la forêt Lorraine


Treize ans après le passage de l’ouragan Lothar, la forêt lorraine reprend ses esprits. Les peuplements décimés ont fait place à de jeunes pousses, sous haute surveillance. 

Non, ne lui parlez pas d’expérience, techniquement, enrichissante. Pour rien au monde, il ne voudrait revivre pareille épreuve. « On s’en serait bien passé. Voir tous ses efforts anéantis en quelques heures et se retrouver brusquement avec 8 à 10 fois le volume de chablis qui devrait être commercialisé en un an… » Marc Deroy, directeur départemental de l’ONF en Meurthe-et-Moselle, résume ainsi le dépit éprouvé par les forestiers au lendemain du passage de Lothar.Le dimanche 26 décembre 1999, des bourrasques soufflant à 155 km/h traversent la Lorraine et couchent près de 12 % de sa surface forestière. Le bilan est édifiant, avec 70 000 hectares de forêts publiques détruites à plus de 50 % (21 000 dans les Vosges, 27 000 en Meurthe-et- Moselle, 8 000 en Moselle, 14 000 dans la Meuse). Si l’on y ajoute les 25 000 ha touchés en forêts privés, la Lorraine s’avérera la région la plus affectée par le passage de cet ouragan. Lequel fut suivi, dans la nuit du 27 au 28 décembre, d’une seconde tempête – Martin – fort heureusement moins destructrice dans l’Est du pays. Treize ans ont passé… et les stigmates sont toujours là, bien visibles, pour qui sait les décrypter. « Treize ans, c’est beaucoup à l’échelle humaine et très peu de chose à l’échelle d’un arbre comme un hêtre dont la croissance moyenne oscille de 80 à 100 ans ou un chêne, de 140 à 180 ans », résume Marc Deroy.


 

Ainsi, il faudra encore patienter de longues années avant de tirer du bois de chauffage des nouveaux peuplements et trois décennies pour commercialiser des grumes intéressantes. Quant aux communes forestières, nombreuses sont celles qui devront supporter encore longtemps des budgets déficitaires. Treize ans plus tard, les aides de l’État n’ont pas soldé le désastre, la filière bois peine à s’en remettre.

Ne rien brusquer 

Particulièrement meurtrie, la Meurthe-et-Moselle a accusé, à elle seule, près de 50 % des dégâts causés par Lothar. Tout particulièrement les hêtraies et les chênaies. Dans les Vosges, ce sont les résineux qui ont volé en éclats.Au lendemain du passage de l’ouragan, l’ONF a privilégié le repeuplement « par la voie de la régénération naturelle », grâce à l’ensemencement des arbres en place.En clair, ne rien brusquer, respecter la nature en accompagnant la diversité des essences et la capacité de résilience de la forêt. « On ne plante plus désormais que pour installer des essences mieux adaptées écologiquement que celles précédemment en place, en particulier dans le contexte actuel des changements climatiques », indique-t-on au sein de l’ONF. Parfois la méthode confine à l’expérimentation à ciel ouvert. Comme cette parcelle d’une centaine d’hectares en forêt de Haie privée de toute intervention humaine et placée sous contrôle. Objectif recherché : comprendre comment la forêt parvient à se débrouiller seule. Mais là encore, les cycles longs ne permettent pas aux ingénieurs forestiers de tirer la leçon de l’expérimentation. Reste tout de même cette évidence : « Avec le réchauffement climatique, on devrait connaître une accélération de tels scénarios catastrophe. L’exploitation forestière va devoir en tirer la leçon, car la capacité de résistance aux bourrasques d’un hêtre est plus grande à 80 ans qu’à 120 ans ». Place aux jeunes ! 

Jean-Luc


 
    3] Les photos d'ailleurs


Le coup de cœur de la rédaction

Lenticulaires, photo de Vonguckel à Causse de Blandas (680m) Gard, le 10/01/13 à 13h40 


 
"Diable" ça glisse, photo de Catlino à Xonrupt (1000m) Vosges, le 17/01/13 à 11h00

 
    4] Le temps au mois de janvier à Haegen


Janvier 2013 a été contrasté : assez neigeux et venteux mais aussi trop doux

Deux semaines hivernales de saison ont succédé à une première décade douce, les derniers jours du mois ont été quasi-printaniers,  près des records de douceur ; finalement avec une moyenne de +2,3° c’est le dix-septième mois de janvier le plus doux depuis 1961 (dont 7 plus doux encore  dans les années 2000), à égalité avec janvier 1984 ; (records -4,4° en janvier 1987, +6,3° en janvier 2007 la moyenne étant de +0,9°).

Mon minimum absolu de -4,8° est proche des records de  1974 et 1975 (-3°), il était de  -18° en 1987, la moyenne étant de -9,2° ; mon maximum absolu  de +14,9° comme en 1966, 1983, 1993, et 1998 n’a été  dépassé que par 1991 (+16°) et 2007 (+15,3°), la moyenne étant de +11,2° et le record opposé de +4° seulement en 1964 !

J’ai eu :                                                                  

* 16 jours de gel (moyenne 19, records 31 en 1979 et 5 en 2007)

* 9 jours d’hiver (moyenne 8, records 21 en 1963 et aucun en 1975)

* Aucune température inférieure à -10°, normalement il y en a 2 et en 1985 il y en a eu 12 !

* 15 jours de neige (moyenne 7, records 18 en 1985, aucun en 1975, 1989 et 1990)

* 15 jours de sol enneigé (moyenne 11, records 31 en 1963, aucun à 7 reprises)

* 4 jours de brouillard (moyenne 7, records 19 en 1989, un seul  en 1963 et en 1986).

La hauteur totale de neige cumulée a été de 17 cm (moyenne 15 cm, records 67 cm en 1968 et pas de neige du tout à 8 reprises) ; la couche maximale de neige n’a pas dépassé les 10 cm (moyenne 11 cm,  record 40 cm en 1968).

Il est tombé 52 mm de précipitations, dont 11 mm sous forme de neige (la moyenne depuis 1994 est de 67 mm et les records sont 160 mm en 1995 et 21 mm en 2005) en 16 jours de pluie (moyenne 11, records 21 en 1988 et 2 en 1967.

Charles


 
    5] Insolite, les parapluies de Sarrebourg


Après la neige, le verglas et la pluie, les éléments ont continué à mener la vie dure aux piétons hier (29.01). De fortes rafales de vent (60 km/h) ont soufflé toute la journée, venant à bout des brushings les plus travaillés. En d’autres saisons, les jupes des jeunes filles se seraient envolées, mais au mois de janvier, ce sont les parapluies qui se sont retournés.

Jean-Luc

 


 
    6] Alors, il neige ?


« La campagne a mis son blanc manteau d’hermine. » Quand elle tombe à gros flocons,la neige voudrait réveiller notre âme poétique, celle de l’enfant qui commençait ses rédactions de classe élémentaire par ce cliché éculé. Ah, la nostalgie ouatée des Noëls au coin du feu, à prendre le temps de regarder le temps passer. La nature était juste belle en hiver, drapée d’immaculé. Une autre époque, un autre monde. 

Désormais, le « manteau d’hermine » ne rend plus romantique. Dans une société du risque zéro et du catastrophisme médiatique généralisé, la neige est devenue un (grave) problème. Elle est le bras armé de l’« offensive de l’hiver ». A ce titre, elle trouble l’ordre public, appelle des mesures forcément exceptionnelles (annoncées à grand renfort de communiqués anxiogènes) et semble entraver toute possibilité de vivre normalement. Pourtant, les médias passent leur temps à nous rappeler cette évidence : il fait chaud en été, froid en hiver. Le croirez-vous ? Il a neigé, il neige et il neigera en janvier par nos contrées. Et encore, on s’en sort bien sous nos latitudes.

Dans les grandes villes de Russie, il peut faire -25° entre décembre et février. Et nos cousins canadiens rajoutent un zéro à nos -1 ou -2°. Comment font-ils, pourrait-on se demander ? Car ces gens-là n’hibernent pas comme les ours. Donc, ils marchent dans la rue, font leurs courses, roulent en voiture, vont travailler, emmènent leurs enfants à l’école (enfants qui jouent même dehors, dûment gantés et cagoulés), sortent pour dîner au restaurant… Bref ils font tout ce que nos quelques centimètres de neige et nos -3° nous empêcheront bientôt de réaliser : vivre en hiver.


 

Cela appelle quelques réflexions. L’époque souhaite tellement maîtriser les éléments que tout ce qui sort du « cours normal des choses » devient facteur de graves troubles, avec à la clé, possiblement, recours, blocages, procès, pétitions, commissions d’enquêtes, démissions en série, défilés d’associations… Tout se politise et devient source de conflit potentiel, même la neige et la chaleur. Un préfet qui n’a pas pensé à prévoir un salage préventif risque presque son poste ! Les automobilistes, eux, sont sommés de s’équiper en chaînes, pneus neige et autres dispositifs antigel. S’ils n’obtempèrent pas, leurs compagnies d’assurance leur en tiendront bientôt rigueur. Donc équipons-nous, selon le sacrosaint principe de précaution.

Plus largement, le catastrophisme ambiant nous amène à nous méfier du contenu de nos assiettes, de la composition des jouets, d’internet, des médicaments, des avions, des trains… Nouvelle ère du soupçon qui, si l’on n’y prend garde, pourrait instaurer une paranoïa généralisée.

Certains, au café du Commerce, affirment que « pendant qu’on nous parle de ça, on neparle pas d’autre chose ». Théorie bien connue de la sociologie des médias, qui explique que les « faits divers font diversion » et que « l’écran de fumée des banalités médiatiques voile les vrais problèmes ». Ecran de fumée, ou de neige en l’occurrence. En attendant, vivent ces gros flocons blancs qui mettent de la poésie dans un monde un rien désenchanté. La campagne immaculée est si belle, les petits matins d’hiver, qu’on peut rester longtemps à la contempler sans culpabiliser ni s’inquiéter, tant qu’on en a encore le droit.

Pascal LARDELLIER


 
    7] Les Noëls extrêmes


Les Noëls extrêmes depuis 1960

Voici, grâce au tableau ici , un petit comparatif des noëls remarquables (24 et 25 décembre) depuis 52 ans :

Avec une moyenne inférieure  à  -10° c’est Noël 1962 qui est le plus froid, battant de peu Noël 1961, tous deux sans neige.

Noël 1986 a été froid et neigeux.

Noël 1981 détient le record pour la hauteur de neige (36 cm), mais le 24 un redoux pluvieux faisait fondre en partie le manteau neigeux avant le retour d’un peu de neige fraîche dans la soirée.

Noël 2010 n’a été ni le plus froid ni le plus enneigé mais, la chute de neige qui a commencé le 24 au matin a duré toute cette journée ainsi que la nuit de Noël, c’était « LE » vrai Noël de carte postale !

Noël 1983 et Noël 2012 sont les plus doux depuis 1960 et tout à fait comparables, comme je n’avais pas de thermomètre « au dixième » en 1983 je les classe à égalité.

Charles


 
    8] Jour de glace


Episode remarquable de verglas du samedi 19 au dimanche 20 janvier 2013

Attendu, mais certainement pas avec cette ampleur, le verglas a surpris les habitants du Pays de Sarrebourg. A leur réveil, ils ont constaté qu’il valait mieux rester à la maison. La plupart des manifestations ont été annulées.

Seuls les plus téméraires se sont aventurés à l’extérieur hier. En ouvrant leurs volets, les habitants de tout l’arrondissement ont rapidement compris l’ampleur du problème : une épaisse couche de glace s’est abattue, durant la nuit, sur tout le territoire. Le verglas était attendu, certes, mais pas avec cette intensité. Le résultat s’est révélé sans appel : routes transformées en patinoires, trottoirs impraticables, les pièges étaient partout et les glissades ont été nombreuses. Les chutes aussi, mais heureusement sans gravité. Les sapeurs-pompiers du secteur n’ont pas constaté de problèmes particuliers. Les habitants ont préféré la prudence. Quelques irréductibles, par souci de bravade ou parce qu’ils y étaient obligés, se sont tout de même risqués à mettre le pied dehors, pour chercher le pain, faire sortir le chien ou prendre la voiture.   

 


 

Ceux-là ont rapidement adopté la même attitude : marcher comme des pingouins, petits pas par petits pas, pour assurer un équilibre devenu précaire sous l’effet de l’épais verglas. Pour les voitures, il a fallu gratter avec un entrain rarement remarqué, l’ensemble des véhicules garés dehors étant recouvert par plusieurs millimètres de glace.

Évidemment, dans ces conditions extrêmes, la plupart des manifestations prévues à travers le Pays de Sarrebourg ont été annulées aux premières heures du jour par leurs organisateurs. Champions de judo, coureurs de l’extrême, randonneurs habitués aux pires conditions, ou encore candidats au mariage… personne n’aurait pu braver les éléments pour participer à l’événement tant espéré. La plupart attendront la date du report pour y assister… un jour où les cieux seront plus cléments ! 


 

Explication:

Elle est tombée une bonne partie de la nuit du samedi 19 janvier; au petit matin, la région était recouverte d’un bon demi-centimètre de glace. Salage et grattage à tous les étages! Les engins distributeurs de saumure arpentaient sans relâche les axes prioritaires, les particuliers citoyens se retroussaient les manches et tentaient de briser le traître miroir qui obligeait les promeneurs à préférer la chaussée.Mais c’est quoi une pluie verglaçante ? « C’est de la pluie qui reste liquide malgré une température inférieure à 0 °C », explique Serge Kluska, climatologue à Météo-France. En gros, ce phénomène se produit lors de la rencontre d’air froid et d’air chaud. Une perturbation qui remontait du Méditerranée s’est mélangée à l’air froid tout droit venu de Scandinavie et qui enveloppe la région depuis plusieurs jours. En traversant les basses couches, les gouttelettes en état de surfusion (c’est de la physique) ont gelé instantanément en arrivant au sol et lors de tout contact. « Leur choc avec un corps solide fait rompre leur équilibre », précise Serge Kluska. Autrement dit, au moment de s’écraser, ces gouttelettes se transforment immédiatement en glace.

 


 

Même effet même cause comme sur tout le nord-est en ce dimanche 20 janvier, ci-contre la photo représente un aspect de neige cirée immortalisé par Fabien à Gros-Réderching, son observation (ci-dessous) du jour en dit long également sur cet épisode.

Toujours cette grosse couche de glace au sol ce soir suite aux pluies verglaçantes. Petite accalmie cet après-midi sur le front des précipitations. Aucun changement de point de vue de l'état des chaussées, ma rue reste une vraie patinoire, d'ailleurs toutes les rues du village le sont autant. Seule l'axe principal est praticable car traité à plusieurs reprises depuis la nuit dernière. Reste 6cm de neige au sol, surmonté d'une couche de glace de 1cm environ. Retour de flocons en soirée.

Jean-Luc


 
    9] Les photos du mois de janvier retenues par notre jury


Début timide pour le nombre de photos en ce mois de Janvier, le froid glacial a retenu les APN au chaud, on retiendra quand même quelques beaux clichés à tirer sur papier glacé, bien sûr ! 

Yves


 
1) Le bel hiver, lieu Elsassblick (près Hengst) le 19/01/13 à 16h00 auteur Vendredi

 
2) Matinée bien froide, lieu Wimmenau Parc des Vosges du Nord le 26/01/13 à 11h10 auteur Jean Beck

 
3) Courte mais agréable éclaircie, lieu Wingen sur Moder le 21/01/13 à 15h00 auteur Jean Beck

 
4) Quel verglas, lieu Wimmenau Parc des Vosges du Nord le 20/01/13 à 15h50 auteur Jean Beck

 
5) Eclaircies tardives, lieu Wimmenau Parc des Vosges du Nord le 24/01/13 à 16h00 auteur Jean Beck

 
6) Il fait presque bon au soleil, lieu Wingen sur Moder le 26/01/13 à 11h50 auteur Jean Beck   

 
    10] Bilan climatique de janvier dans nos régions


DOUX AU DEBUT ET A LA FIN DU MOIS MAIS BIEN HIVERNAL ENTRE.

AU FIL DU MOIS

Au cœur de l’hiver ce mois de Janvier 2013 aura été marqué par une période hivernale durable qui s’est installée au début de la seconde décade, malheureusement insuffisante pour envisager une anomalie négative des températures. La faute à une période d’extrême douceur durant la première décade puis de nouveau en toute fin de mois avec cette-fois-ci une douceur quasi-printanière le 30. Durant toute la première décade c’est l’influence océanique humide et douce qui a prédominé sur notre région, propulsant les températures bien au-dessus des normales saisonnières, par endroits très prématurément les crocus ont déjà pointé très rapidement le bout de leur nez, pas étonnant après la période de grande douceur déjà bien installée depuis la fin décembre. Ensuite c’est une période hivernale d’une quinzaine de jours qui s’est installé en début de seconde décade, s’accompagnant de plusieurs épisodes neigeux plus ou moins significatifs selon les secteurs. A noter également un épisode de verglas très conséquent le 20, suite à des pluies verglaçantes soutenues tombant par endroits par des températures largement négatives, donnant ainsi une impression de ‘neige cirée‘ à la couche présente au sol (voir photo article verglas), la plaine d’Alsace ayant été en partie épargnée par ces intempéries. Dans certains secteurs l’enneigement a été durable avec également plusieurs jours de suite sans dégel. De trop fortes gelées nocturnes nous ont été globalement épargnées en raison d’une couverture nuageuse nocturne plutôt dense, ne favorisant que très peu le rayonnement où alors que très ponctuellement. Puis en toute fin de mois avec le retour de l’influence océanique le redoux s’est de nouveau installé partout.


 

TEMPERATURES

D’après la période de référence 1991/2010 la température moyenne issue d’un panel d’une douzaine de stations de notre région devrait se situer autour de +1°. Ce mois-ci dans nos stations cette dernière oscille entre 1.1° à Wimmenau  et à Gros-Réderching et 2.7° à Kraft. Donc malgré les deux semaines quasi-hivernales les températures moyennes restent une nouvelle fois plus ou moins excédentaires selon les secteurs, certes parfois de très peu.

Les extrêmes du mois des stations de plaine :

Températures minimales

Température minimale absolue et jour : -10.6° à Réding le 16

La température minimale la plus élevée et jour : 9.3° à Krafft le 30

Nombre de jours avec Tn<=0°C : 19 Jours à Niederbronn et à Wimmenau

Nombre de jours avec Tn<= -5°C : 5 Jours à Réding

Nombre de jours avec Tn< = -10°C : 1 Jour à Réding

Températures maximales 

Températures maximale absolue et jour : 15.9° à Kintzheim le 30

La température maximale la plus froide et jour : -2.4° à Gros-Réderching le 24

Nombre de jours avec Tx<=0°C : 11 Jours à Wimmenau

Nombre de jours avec Tx>=25°C : /

Nombre de jours avec Tx>=30°C: /


 

PLUVIOMETRIE

 

La normale pluviométrique pour un mois de Janvier devrait se située autour de 67mm sur nos régions.

Les extrêmes du mois:

Cumul minimal de précipitations : 13 mm à Schwobsheim

Cumul maximal de précipitations: 90 mm à Provenchères-sur-Faves

Nombre de jours avec précipitations: 18 Jours à Réding

Quantité maximale de précipitations en 24 heures : 24.2 mm à Gries le 29


 

ENSOLEILLEMENT

L’ensoleillement moyen d’un mois de Janvier devrait osciller autour de 48 heures sur notre région, ce mois-ci l’astre du jour a brillé 34 heures à Réding, 35 heures à Sarrebourg, 38 heures à Sélestat, 43 heures à Krafft et 48 heures à Schwobsheim

AUTRES STATISTIQUES ABSOLUES DU RESEAU CLIMA

Nombre de jours avec neige : 17 Jours à Gros-Réderching

Nombre de jours avec grêle : 4 jours à Haegen

Nombre de jours avec orage : 1 Jour à Réding

Nombre de jours avec brouillard : 10 Jours à Gros-Réderching

Nombre de jours avec verglas : 4 Jours à Gries

Nombre de jours avec inondation : /

Rafale de vent maximale : 74km/h à Réding le 30 

Fabien


 
    11] Remerciements


Et pour ne pas déroger à la règle, un grand merci à nos contributeurs et aux membres du jury photos.

Merci de nous avoir lu

Contact rédaction > jl.feltmann@meteo-reding.com