Association CLI.M.A. 57-67-68
Identification
 
Nouveau? Créer un compte !
jeudi, le 10 JANVIER 2013
Lettre d'informations n°63 - CLI.M.A. 57-67-68


Nouveautés et informations sur l’association CLI.M.A. 57-67-68,
météo, climato et photo en Alsace-Moselle.


    1] Une nouvelle année commence...


Bonjour à toutes et à tous,

Jean (Wimmenau), Fabien (Gros-Réderching), Daniel (Vescheim), Charles (Haegen), Jérôme (Molsheim), Xavier (Kintzheim), Jérôme (Roquevaire), Arnaud (Sélestat), Jean-Luc (Réding), Sébastien (Enchenberg), Yves (Flexbourg), Thierry (Corny/Moselle), René (Illkirch) soit toute l'équipe de CLIMA.

Vous souhaite une Bonne et Heureuse Année 2013.

 


 

Les anniversaires de décembre et début janvier

Florent le 17.12.12 de Blandas (30)

Kévin le 30.12.12 de Molsheim (67)

Sylvain le 01.01.13 de Bust (67)

Xavier le 06.01.13 de Kintzheim (67)  membre du comité

Très bon anniversaire à vous tous et plus particulièrement à Xavier notre secrétaire.

 

Nous souhaitons la bienvenue à Gilles de la station d’Allenwiller (67) qui poste depuis le mois de décembre ses relevés sur notre site.

Ci-contre la localisation (point rouge) de la station au sud de Saverne.


 

Place à présent à l'actualité avec une newsletter plus longue que d'habitude et j'en remercie nos contributeurs très en forme en ce début d'année.

Vous aussi chers lecteurs, vous pouvez participer à ce journal en m'envoyant vos articles ect... ayant un rapport avec la météo.

Contact rédaction > jl.feltmann@meteo-reding.com

Jean-Luc


 
    2] Pas de Noël aussi doux depuis 30 ans


La France va négocier dans la douceur son virage météo vers 2013. Dans le Sud, les records de chaleur, à 24°C, ne sont pas loin. Dans le Nord, on se promène par 12°C et la Forêt-Noire, en Allemagne, affiche un joli 18,9°C ! 

A en croire les spécialistes, un hiver chaud, c’est un phénomène qui revient tous les dix ans : 1983, 2002, 2012… Et cette année, il va se poursuivre au moins jusqu’au 7 janvier.

Les températures relevées constituent- elles des records ?

Frédéric DECKER, météorologue à Météonews : « Effectivement, il y a un beau pic de douceur, on monte jusqu’à 23-24°C sur le Pays basque, mais ce n’est pas tout à fait un record. En fait, on est un peu en-dessous, car le Noël 1983 avait été un tout petit peu plus chaud : il y avait eu jusqu’à 24,4°C à Biarritz, et là on tourne plutôt autour de 22°C. C’est le cas un petit peu partout, on est juste en-dessous de Noël 1983, qui est vraiment le Noël le plus chaud qu’on ait connu en France jusqu’à présent. On avait atteint notamment 15°C à Paris (13°C hier) et 16°C à Lyon (13°C hier). Ces chiffres sont remarquables, mais ce n’est pas un record. » 

C’était il y a quasiment trente ans… 

« On a aussi eu un hiver chaud en 2002. En gros, ça se produit à peu près tous les 10-15 ans. On l’avait d’ailleurs prévu : comme c’est un appel d’air chaud tropical, les modèles météo ont pu le détecter assez rapidement. Le passage pluvieux de samedi, c’était en fait l’arrivée d’un gros front chaud, d’où la chaleur qui est remontée à l’arrière et qui explique ces températures élevées. »


 

Ce temps va-t-il se poursuivre ? 

« Cela va s’atténuer un petit peu, on attend le passage du front froid. C’est un peu le petit frère du front chaud. Il va faire baisser les températures mais pas non plus de façon spectaculaire. On restera globalement au-dessus des normales saisonnières ces prochains jours.On attend un passage de pluie qui va faire redescendre la neige un peu plus bas en montagne. Il va donc neiger au-dessus de 800 à 1 200 m ces prochains jours. Les températures vont rester comprises entre 9 et 11 °C en général. On sera autour de 6-7 °C fin décembre. Et toujours pas de gelées en plaine pour l’instant.

Les charmes du climat tempéré

Toute l’Europe n’est pas logée à la même enseigne. La vague d’air froid qui déferle sur l’Est va stagner sur la Russie et l’Est de la Pologne, cristallisant des températures qui peuvent plonger jusqu’à -25°C. Aucun redoux significatif n’est attendu avant janvier. Peut-on en déduire qu’on vit un changement climatique ? Pas du tout, selon les spécialistes. C’est la variabilité naturelle du climat tempéré : il est normal, finalement, d’avoir des extrêmes dans un sens et dans l’autre. Peut-on en déduire, alors, qu’on aura un été pourri ? Encore moins. Il n’existe pas de règles. 

Jean-Luc (source RL du 26.12.12)


 
    3] Les photos d'ailleurs...


Le coup de cœur de la rédaction pour les photos qui nous sont parvenues hors de nos régions.

Ru (petit ruisseau) et neige, photo de Vonguckel à Valleraugue - 1300m (Gard) le 02/12/12 à 11h10

 
Froid glacial, photo de Jean Beck à Couilly Ponts aux Dames (Seine et Marne) le 12/12/12 à 10h00*

 
De la neige dans les Alpes, photo d’Arnaud 67 à Abondance (Haute-Savoie) le 28/12/12 à 10h40

 

* Dommage Président qu’il n’était pas 12h00 cela aurait fait le 12/12/12 à 12h00 J

Jean-Luc

 
    4] La loterie du mois de décembre


Un des mois les plus déconcertants, c’est bien décembre qui se montre souvent très capricieux et changeant ; pour le début de l’hiver les contrastes peuvent être saisissants d’une semaine à l’autre, parfois d’un jour à l’autre….. alors pour vous consoler de cette fin d’année 2012 très douce et agitée je vous propose une petite rétrospective sur la période des 30 dernières années du XXe siècle, histoire de réveiller en vous quelques souvenirs oubliés !  Et puis vous vous rendrez compte que le mois de décembre est tout particulièrement déstabilisant, d’où le titre de l’article : la loterie du mois de décembre.


 

En  décembre 1970 le temps est doux et le froid ne pointe le bout de son nez que  le 16, ce qui nous avait offert un beau Noël blanc avec 5 cm de neige ; dès le 23 une vague de froid concerne toute l’Europe et il fait -12°  les derniers jours de l’année.

En 1971 le temps reste doux et assez ensoleillé avec seulement 3 jours de froid du 17 au 19 décembre ; on entre +10 et +12° au moment de Noël mais pour la toute fin de l’année le temps devient très sec.

En 1972 le début du mois est doux avec beaucoup de pluie et un mercure atteignant les +13° ; à partir du 15 décembre il fait un froid sec qui dure jusqu’en janvier ; le 19 on a la chance d’avoir entre 10 et 15 cm de neige dès les premières hauteurs avec tout de même -10° à la St Etienne.

Décembre 1973 commence dans la froidure, la neige laisse un tapis blanc d’environ 10 cm avec des températures très frisquettes de -17° à Metz comme à Strasbourg ; le redoux intervient le 5 décembre et le temps va rester clément jusqu’à la fin de l’année ; on aura jusqu’à +13° à Strasbourg.

En décembre 1974 s’amorce un des hivers les plus doux du siècle presque sans neige ; décembre est même très doux avec beaucoup de soleil pour ne rien gâcher ; on a +15° à Strasbourg à la St Etienne et +13° en fin d’année.

Le mois de décembre 1975 est calme, ensoleillé et très sec ; il fait bien plus froid du 14 au 25 et le record est battu par Mulhouse où on relève -18° ; mais pour finir l’année on a droit à un beau redoux.

Décembre 1976 est froid à partir du 11 ; il neige et  le froid s’accentue encore dès le 27 ; le 30 décembre on a -14° en plaine et une petite couche de neige de l’ordre de 2 cm seulement ; malheureusement le 31 des pluies verglaçantes transforment la région en patinoire : rien que pour la région de Saverne on compte 40 hospitalisations dues à des chutes ou à des accidents qui font également 4 morts sur les routes.


 

En 1977 décembre est froid jusqu’au 6 avec  un mercure pas loin des -10° mais après cet épisode hivernal il n’y aura plus la moindre vague de froid durant l’hiver, le temps reste même assez doux jusqu’à la fin de l’année.

Décembre 1978 commence dans le froid jusqu’au 8 avant le retour de la pluie qui tombe sur un sol gelé, d’où de jolies séances de glissades ; dans la région de Saverne on mesure une croûte de 1,5 cm de glace ; le redoux ramène les températures jusqu’à +15° avant un nouveau coup de froid qui nous ramène 10 cm de neige pour la veille de Noël ; mais le redoux du 25 fait remonter le mercure entre +15 et +16°  en fin d’année.

En 1979 décembre est très doux, les fleurs commencent à bourgeonner et parfois à pousser comme au printemps ; 5 tempêtes passent sur notre région avec des vents soufflant jusqu’à 95 km/h, la dernière secouant nos chaumières le 28 décembre ; le mercure monte jusqu’à +15°.

Décembre 1980 est marqué par un froid modéré jusqu’au 10, on atteint même les -10 à -11° avec 10 cm de neige en plaine et près de 20 cm sur le nord de la région ; un redoux chamboule tout le 11 nous ramenant un temps doux mais aussi  plus sec jusqu’au 27 ; pour les derniers jours de l’année il fait de nouveau froid mais sans excès.

Le mois de décembre 1981 est très enneigé ; le froid s’empare de la région à partir du 11 et il neige jusqu’au 20 : on a entre 12 et 20 cm de neige sur le Bas-Rhin ; la région est par moments coupée en deux : neige et 0° à Strasbourg le 16 décembre  alors qu’à Mulhouse il pleut avec +10° ! Le 20 décembre on mesure de 25 à 30 cm de neige, même 35 cm à Saverne la veille de Noël avec un mercure à -12°. Pourtant la fin de l’année voit se pointer le redoux, ce qui donne des pluies et surtout un incroyable verglas ; mais le mercure fait un bond vertigineux car on atteint les +13° le 31 décembre.

Décembre 1982 est doux avec beaucoup de pluie et malheureusement des inondations : le 17 la RN4 est même coupée entre Saverne et Marmoutier alors qu’il fait +14° ; une tempête s’abat sur la région le 12 ; il n’y a pratiquement pas de gelées ce mois-ci et les flocons de neige sont si rares qu’on aurait pu les compter.


 

Décembre 1983 est froid et sec jusqu’au 18 puis le temps devient doux et agité ; on a +15° à Noël, même +16° à Strasbourg de la veille de Noël à la St Etienne.

En 1984 le mois de décembre est assez doux au début ; le froid ne s’engouffre sur la région qu’à partir du 27 décembre avec de la neige ; il fait -7° à la St Sylvestre.

Décembre 1985 est  marqué par la douceur même s’il fait un peu plus frais du 11 jusqu’à la veille de Noël ; on relève par moments +15°, même +17° à Epinal ; le froid fait son apparition le 28 décembre et pour la fin de l’année on a en moyenne 15 cm en plaine, jusqu’à 28 cm à Saverne.

En 1986 décembre est un mois calme avec beaucoup de brouillards ; un tempête agite nos forêts le 19 et à partir du 22 il fait froid avec un Noël blanc même si la couche de neige ne dépasse guère les 5 cm en plaine ; à Saverne les enfants ont plus de chance avec une jolie couche de 20 cm.

Décembre 1987 est très doux jusqu’au 7 avant l’arrivée d’un épisode hivernal du 7 au 15 où le thermomètre chute à -10° ;  le 11 on ressent un petit séisme de magnitude 3,7 avec un épicentre tout près de Belfort ; le reste du mois est de nouveau marqué par la douceur jusqu’au 31 avec +15° à Strasbourg.

Décembre 1988 est très humide jusqu’au 11 puis le temps devient très sec jusqu’au mois de février ; le mois reste doux du début à la fin, Noël au balcon et le Nouvel An également !


 

1989 connaît un début de mois de décembre froid, mais sans excès, rapidement balayé par un redoux le 13 ; un temps doux et pluvieux prend le relais jusqu’au 22 avec un mercure qui atteint les +17° à Strasbourg ; les 16 et 17 décembre une tempête nous sort de notre torpeur avec des vents à 80 km/h et des records de douceur : +20° à Colmar ; un orage éclate même à Saverne ; à partir du 23 le temps devient sec jusqu’au 24 janvier.

Décembre 1990 est froid à partir du 6 avec une couche de neige entre 10 et 20 cm en plaine mais le 21 le redoux gâche les fêtes de fin d’année ; le 29 décembre on relève +15° à Strasbourg et +16° à Bâle.

Décembre 1991 est froid du 3 au 17 avec un temps sec et ensoleillé : on a jusqu’à -10° à Strasbourg ; la douceur prend le relais du 18 à la veille de Noël avec un mercure se baladant autour des +12° ; il fait plus froid après Noël mais le temps redevient très sec.

Décembre 1992 est doux et perturbé les 3 premières semaines sans toutefois être trop arrosé car les pluies fréquentes sont en général faibles avec un mercure frôlant les +15° à Strasbourg ; le froid arrive à la veille de Noël mais le temps restera sec, donc pas de neige au sol ; du 29 à la St Sylvestre il fait -11° au petit matin.

En  1993 les pluies sont fréquentes et les cumuls importants ce qui nous vaut des inondations vers le 20 décembre sous une température de +14° ; le froid n’arrive qu’à la veille de Noël mais il sera modéré et la neige manque à l’appel.

En 1994 décembre est très doux : c’est le 2e mois de décembre le plus doux  après 1974 ; on relèves des températures entre +14 et +15° en fin d’année ; de plus le temps est agréable avec beaucoup de soleil !


 

Décembre 1995 est assez froid avec un peu de neige au sol entre le 4 et le 17 ; après un court redoux il fait de nouveau plus froid de la St Etienne au Nouvel An ; des pluies viennent perturber les 2 deniers jours de l’année avec un verglas qui paralyse en partie la circulation lors des festivités du Nouvel An.

Décembre 1996 est froid à partir du 17 et même très froid à partir du 22 ; la neige tombe le 23 formant une couche de 5 à 10 cm la veille de Noël et tiendra au sol jusqu’au 19 janvier ; des pluies verglaçantes tombent le jour de Noël formant par endroit un croûte épaisse : 2cm à Saverne.

Décembre 1997 est très doux sauf du 2 au 7, cela n‘empêche pas une période de verglas autour du 17 janvier ; il fait vraiment très doux à Noël et à la St Etienne où l’on atteint aisément les +15 à +16°.

Décembre 1998 est marqué par un coup de froid qui pose entre 3 et 10 cm de neige au sol ! Et puis le temps redevient doux pendant 3 semaines et ce n’est que la dernière semaine qui est de nouveau marquée par un temps de saison plus froid.

1999 est marqué par l’ouragan « Lothar » qui, après le redoux du jour de Noël, a décimé une partie de nos vastes forêts le jour de la St Etienne : le vent a soufflé à 165 km/h à Colmar, 144 km/h à Strasbourg et 133 km/h à Metz ; de plus ce mois de décembre est très pluvieux.

Décembre 2000 est doux et on a peu de neige sur les Vosges à peine 15 cm à 1200 m d’altitude ; mais pour la dernière semaine, c’est autre chose : le temps devient froid et il neige jusqu’en plaine à la St Sylvestre.

Voilà pour ce tour d’horizon qui, je l’espère, a éveillé en vous quelques (bons) souvenirs ! Notre « fichu » climat est un enfant capricieux…. C’est bien pour cela que nos passionnés de météo ne s’ennuient pas souvent sous nos latitudes !

Jean Beck


 
    5] Les Stratus


OBSERVATIONS : 

Les stratus sont peut-être les nuages les plus faciles à observer lors de l'arrivée d'air chaud dans une zone où persistent encore des masses d'air froid : le ciel pâlit de plus en plus et le soleil peut être entouré d'un halo. Quelques heures après, le voile de nuages s'épaissit et devient gris.

Le jour suivant, on ne voit presque plus le Soleil car le ciel est couvert de nuages gris et plats. Ceux-ci, pouvant aussi être filamenteux ou sillonnés, présentent toujours des zones suffisamment minces qui permettent aux rayons solaires de passer au travers. La tendance croissante aux précipitations les fait devenir de plus en plus gris (ou sombres). On a l'impression que les nébulosités se rapprochent de plus en plus du sol. Pendant et après les précipitations, il se forme fréquemment des traînées nuageuses à proximité du sol. Les stratus apparaissent aussi lors de la formation de brume basse ou d'altitude.    


 

PHYSIQUE : 

Les stratus apparaissent soit lors d'un «glissement ascendant» suivant un front chaud, soit à la suite d'un important refroidissement dû au rayonnement (formation d'une brume d'altitude). La stratification des stratus est horizontale et extrêmement stable. Non seulement l'air chaud montant devient plus froid (par conséquent assez humide), mais le rayonnement de la chaleur par la surface terrestre (par exemple en hiver quand le temps est clair) provoque un fort refroidissement de l'atmosphère. Dans tous les cas, il y a condensation de la vapeur d'eau, donc formation de nuages. Les stratus apparaissent dans les trois étages principaux de formation des nuages dans la troposphère, je te le rappelle la troposphère étant l'espace aérien dans lequel se trouvent la totalité des nuages, à savoir :

1. Stratus de haute altitude : cirrostratus (Cs), évoluant au-dessus de 6 000 m. Ils se présentent sous forme d'un voile nuageux, délicat et blanc, à structure souvent filamenteuse. Les cirrostratus sont constitués de cristaux de glace. Ce sont eux qui provoquent les halos. 

2. Stratus de moyenne altitude : altostratus (As), évoluant à des altitudes de 2 000 m à 6 000 m. Il s'agit d'un ennuagement gris et même souvent bleuâtre, à structure indéfinie ou sillonnée. Ces stratus ne provoquent pas de halos.  

3. Stratus de basse altitude : nimbostratus (Ns), évoluant à des altitudes inférieures à 2 000 m. Il s'agit de nébulosités gris foncé, apportant de la pluie en été et de la neige en hiver. On parle de voiles de stratus (St) quand ils forment une couche épaisse accompagnée de brume basse ou d'altitude. 


 

METEOROLOGIE :  

C'est surtout les perturbations venant de l'ouest que les stratus annoncent. L'arrivée successive de cirrostratus, d'altostratus et de nimbostratus marque l'avant du front chaud d'une basse pression et annonce le début du mauvais temps.  Les précipitations que la montée de l'air chaud provoque sont des pluies continues lors des années les plus chaudes. Naturellement, lorsque la température est suffisamment basse, il se produit une chute de neige. A l'avant du front chaud, c'est-à-dire à l'endroit où l'air froid s'écoule, on observe de la brume (brume frontale) ainsi qu'une brise, légère à modérée. Le vent passe peu à peu du sud-est au sud, puis au sud-ouest ou même à l'ouest. 

PREVISIONS :

Les stratus de haute altitude sont particulièrement importants pour les prévisions. Si des cirrus rubanés ou fibreux se présentent par l'ouest, c'est le signe d'une perturbation. L'apparition de cirrostratus, l'abaissement de la couche de nuages et la transformation des nébulosités en altostratus permettent de prévoir la venue du mauvais temps, au plus tard pour le lendemain. 

Fabien


 
    6] Bilan du mois de décembre à Haegen


Décembre 2012 a été trop doux et trop humide

La première quinzaine a été hivernale, avec une moyenne de 0,7° elle correspond bien à un mois de décembre ; par contre la deuxième, incroyablement douce avec  une moyenne de  7,8°  digne d’un mois de mars ou d’octobre, donne finalement 4,4° comme moyenne générale du mois, et place décembre 2012 en sixième position des décembres les plus doux depuis 1961 après 1994 (4,5°), 1974 et 2000 (5°), 2006 (5,1°), et 2011 (5,8°).

Mon maximum absolu de 15,5° (comme en 2000 et 2006) n’est pas exceptionnel : 15° en 1965, 1977, 1978, 1997 et 1998, 16° en 1983 et 1985 et surtout 19° le 16/12/89 ! Mon minimum absolu de -6,9° est  supérieur de près de 2° à la moyenne, mon  record étant de -16° le 20/12/09 et le 03/12/73, à l’opposé l’an passé mon minimum n’était que de -1,1° en décembre ! 


 

J’ai eu : 

- 12 jours de gel (moyenne 18, records 29 en 1963 et 1968, et  3 l’an passé), 

- 3 jours d’hiver (moyenne 7, records  22 en 1969 et aucun en 1974 et 2011), 

- 10 jours de neige (moyenne 7, records  20 en 1981, 19 en 2010 et aucun en 1972, 1989, 2002 et 2006), 

- 12 jours avec un sol enneigé, (moyenne 7, records 31 en 1969, aucun à 10 reprises), 

- 2 jours de brouillard (moyenne 7, records 19 en 1972 et aucun en 1979), 

- 22 jours de pluie (moyenne 12, records 24 en 1974, 23 l’an passé et  un seul en  1960), 

- 7 jours de pluie et neige,

- 5 jours sans pluie ni neige.

Il est tombé 120 mm de précipitations (moyenne depuis 1993 : 87 mm, records 221 mm en 2010 et 34 mm en 2006) ; 27 mm des 120  sont tombés sous forme de neige donnant un total cumulé de 36 cm, la couche maximale ne dépassant jamais les 11 cm.

- Retrouvez les Noëls extrêmes à Haegen depuis 1960 en cliquant sur Tableau


 

L’année 2012 à Haegen

C’est la septième année la plus chaude depuis 1961, sa moyenne de 11,6°, égale à celle de 2009, n’est précédée que par les 11,7° de 2003, 2005, et 2006, par les 12° de 2000 et 2007, et par les 12,1° (record absolu) de 2011. Avec 7,9° de moyenne mon année la plus froide a été 1963 (l’année de l’hiver de référence 1962/1963), ma moyenne étant de 9,9° depuis 1961; 1996 (avec 9,1°) étant la dernière année sous cette moyenne….

Février 2012 est le seul mois sous la moyenne mensuelle ; juillet 2012 dépend de la moyenne considérée, en effet avec 19,8° il précède largement la moyenne de 18,2° de 1961/1985 mais est derrière les 20,2° de 1986/2012 pour finalement battre les 19,2° de 1961/2012 !

La pluviométrie reste légèrement déficitaire (749 mm pour une moyenne de 804 mm depuis 1994), les années les plus sèches étant 2005 (428 mm) puis 2003 (579 mm), les plus humides 1995 (1087 mm) puis 2010 (1036 mm).

Charles              


 
    7] Juste avant l'almanach


Une nouvelle année a commencé, c’est l’occasion de revenir sur l’origine des dictons météo. 

Tranche d’Histoire

Les dictons sont nés à une époque où la météorologie n’était pas encore une science. Ils servaient de repères aux anciens, dans le monde entier. On en trouve trace dès l’Antiquité, chez les Grecs et les Romains. On sait que les Amérindiens avaient leurs propres ressources dans ce domaine. Dans nos contrées, ils furent fixés dans le langage courant durant le XVe siècle, alors que les premiers almanachs rédigés en langues populaires étaient diffusés en Europe. La production de dictons s’est tarie après le XVIIe siècle, comme si la science paysanne n’avait plus rien à inventer.

 Fiables? 

Certains de ces adages s’appuient sur l’observation de faits scientifiques et restent donc toujours d’actualité. L’étude des animaux donne aussi un certain nombre d’indices sur l’évolution du temps, si l’on se fie à l’instinct des bêtes. Les phrases qui sont les plus liées au calendrier sont à considérer avec d’avantage d’attention. Le climat est changeant et, si ces dictons ont une certaine valeur statistique, ils n’ont jamais pu s’imposer comme des certitudes.

Régional 

Il est intéressant de se pencher sur les dictons canadiens, mélange d’héritage français et indien.

Jean-Luc


 
    8] Les photos du mois de décembre


La neige était au rendez vous pour ce mois de décembre, un festival de clichés nous a permis d'admirer le manteau neigeux sous toutes ses coutures.

Yves


 
1) Neige et grésil, lieu Wimmenau Parc Vosges du Nord le 06/12/12 à 09h20 auteur Jean Beck

 
2) C'est le bleu et blanc, lieu le Hengst (850m) le 12/12/12 à 15h20 auteur Vendredi

 
3) Dans les brumes du matin, lieu Wimmenau parc des Vosges du Nord  le 03/12/12 à 09h30 auteur Jean Beck

 
4) La route du Hengst réservée aux fondeurs, lieu le Hengst (850m) le 12/12/12 à 15h00 auteur Vendredi

 
5) Un tout petit centimètre, lieu llkirch-Graffenstaden le 02/12/12 à 10h00 auteur René du 67

 
6) Soleil couchant, lieu le Hengst (850m) le 12/12/12 à 15h30 auteur Vendredi

 
    9] Le bilan climatique de décembre dans nos régions


DECEMBRE 2012: FROID DEVANT ET CHAUD DERRIERE

AU FIL DU MOIS

Ce mois de décembre 2012 a débuté par un temps hivernal. De nombreux systèmes dépressionnaires ont ainsi influencé notre temps tout au long du mois, d’abord accompagné d’air froid en provenance de la Scandinavie durant toute la première quinzaine avec à la clef des précipitations souvent hivernales permettant à la neige de faire son apparition jusqu’en plaine avec formation d’une couche au sol en de maints endroits. A la faveur de quelques nuits claires sur des sols plus ou moins enneigés de fortes gelées ont été relevés dans certaines stations. Un peu avant le milieu du mois cet air froid a été refoulé hors de nos frontières par plusieurs fronts issus de la dépression océanique « Nicki »  Ce fût alors le début d’un longue période de temps bien doux, humide et souvent pluvieux qui nous a accompagné jusqu’en fin d’année. Noël 2012 s’est montré particulièrement doux, par endroits les températures ont atteint un niveau quasi-printanier, il faut remonter à 1983 pour retrouver de telles températures, cette année-là le mercure a atteint +16° dans la capitale alsacienne durant les fêtes de Noël ! Cette année, c’est aux pieds des Vosges Mosellanes qu’il a fait particulièrement doux lors de la veille de Noël. Bien entendu au final, ce mois, certes très contrasté, est une fois de plus trop doux et surtout très humide par endroits.

 


 

TEMPERATURES

D’après la période de référence 1981/2010 la température moyenne, issue d’un panel d’une douzaine de stations en Lorraine et en Alsace, devrait se situer autour de +2°. Ce mois-ci nos stations sont de nouveau excédentaires avec une moyenne qui oscille entre 2.5° à Wimmenau (67) et 4.9° à Jarny (54). 

Les extrêmes du mois des stations de plaine : 

Températures minimales et maximales

Température minimale absolue et jour : -12.6° à Monswiller le 9

La température minimale la plus élevée et jour : 12° à Jarny le 23

Nombre de jours avec Tn<=0°C : 16 Jours à Wimmenau

Nombre de jours avec Tn<= -5°C : 7 Jours à Wimmenau et Gros-Réderching

Nombre de jours avec Tn< = -10°C : 3 Jours à Wimmenau

Température maximale absolue et jour : 16.5° à Réding et à Sarrebourg le 24

La température maximale la plus froide et jour : -2.8° à Gros-Réderching le 12

Nombre de jours avec Tx<=0°C : 5 Jours à Wimmenau

Nombre de jours avec Tx>=25°C : /

Nombre de jours avec Tx>=30°C: /

 


 

PLUVIOMETRIE

 

En moyenne la normale pluviométrique pour un mois de décembre devrait se située autour de 78mm sur nos régions. Ce mois-ci, selon les secteurs, nous relevons dans nos stations de plaine entre 38mm et 179mm, mais également 187mm à Provenchères-sur Fave dans le massif Vosgien.

Les extrêmes du mois des stations de plaine :

Cumul minimal de précipitations : 38.6 mm à Schwobsheim

Cumul maximal de précipitations : 179 mm à Gros-Réderching

Nombre de jours avec précipitations: 22 Jours à Haegen

Quantité maximale de précipitations en 24 heures : 30.4mm à Wimmenau le 27 


 

ENSOLEILLEMENT

L’ensoleillement moyen d’un mois de Décembre devrait osciller autour de 51 heures sur notre région, ce mois-ci l’astre du jour a été présent durant 34 heures à Sarrebourg et 39 heures à Réding. 

AUTRES STATISTIQUES ABSOLUES DU RESEAU CLIMA

Nombre de jours avec neige : 11 Jours à Wimmenau

Nombre de jours avec grêle : 6 jours à Haegen

Nombre de jours avec orage : /

Nombre de jours avec brouillard : 8 Jours à Wimmenau

Nombre de jours avec verglas : 5 Jours à Gros-Réderching

Nombre de jours avec inondation : 3 Jours (la Sarre) dans le Pays de Sarrebourg (relevé par Réding)

Rafale de vent maximale : 74km/h à Sarrebourg le 27 

Fabien


 
    10] 2012 dans la colonne de mercure


Un an à 10,9°C de moyenne

Le réchauffement climatique se confirme. En Lorraine, la température moyenne de 2012 est de + 10,9°C et les dix des treize années les plus chaudes de tous les temps sont postérieures à 1999.

La Lorraine a connu l’année écoulée une température moyenne de +10,9° C, ce qui place 2012 à la onzième place des années les plus chaudes dans la région depuis 1946,date à laquelle les premiers relevés réguliers sont apparus. La température normale annuelle (calculée sur la période 1981- 2010) est de + 10,5° C. 

Dans la région du Grand-Est (Alsace, Lorraine, Franche - Comté), la moyenne pour cette année 2012 est de +11,3°C (normale : 10,8° C) et, sur l’intégralité du territoire français, de +12,8° C (normale : +12,6° C).


 

Le doute n’est plus permis : le réchauffement climatique se confirme. En Lorraine comme ailleurs, dix des treize années les plus chaudes de tous les temps sont postérieures à 1999, avec, en tête, 2011 et ses +11,62°C de moyenne. Pour achever de se convaincre, il suffit de consulter l’évolution des normales, ces moyennes sur dix ans chères aux météorologues et qui servent de références : +9,4°C pour la période 1961-1990, +10°C pour 1971-2000 et + 10,5° C pour 1981-2010…

« En Lorraine, tous les mois de l’année 2012, sauf février et juillet, ont affiché une moyenne supérieure à la normale », souligne Serge Kluska, climatologue au centre territorial (54, 55 et 88) de Météo-France de Nancy-Tomblaine. « + 18,5° C de moyenne en juillet (normale : +18,7° C) et -1,1°C en février (normale : + 2,8° C) ».Ces 3,9°C de différence lors du second mois de l’année sont tout simplement exceptionnels.

« Février, qui est traditionnellement le mois le plus froid de l’année, l’a été encore davantage cette année, avec des gelées pendant 19 jours sur 28 », poursuit le technicien. Avec notamment aussi une période du 1er au 13 durant laquelle les températures moyennes journalières ont affiché de - 3,6°C à - 11,2° C. Le 7 février, le mercure est descendu à - 15,3°C et n’est monté, en pleine journée, qu’à - 7,1° C ! «Nous n’avons cependant pas battu le record lorrain de froid absolu qui date du 2 1 f é v r i e r 1 9 5 3 a v e c -24,8°C... », note Serge Kluska.

Cet épisode frigorifique de février a été largement comblé par plusieurs mois très doux, avec des moyennes supérieures parfois de deux degrés aux normales : + 8,7°C de moyenne en mars (normale : + 6,2° C), + 20,6°C en août (normale : + 18,4° C).

 


 

Les inondations de mai 

Durant ce joli mois d’août, le thermomètre a dépassé les 25°C à vingt-et-une reprises. Mai aura également apporté son écot à la douceur : + 15,3° C de moyenne (normale: + 13,2° C) et six jours avec des températures maximales à plus de 25° C.

« A signaler aussi en mai l’épisode orageux qui a provoqué des inondations », poursuit le climatologue. Alors qu’il tombe 69 mm de pluie lors d’un mois de mai normal, le 21 mai 2012 a vu s’abattre 103 mm sur la Lorraine en seulement quelques heures !

Enfin, nous avons vécu le Noël le plus chaud depuis 1983, avec, entre le 22 et le 25 décembre, des températures maximales journalières allant de + 12,5°C à + 14,1°C. Le printemps 2013 ne devrait donc pas être folichon. Le proverbe ne dit-il pas, en effet, « Noël au balcon, Pâques au tison ? ». 

Jean-Luc (source RL du 06.01.13)


 
    11] Tradition, les prévisions météo de l'année


Tradition Les prévisions météorologiques de l’année grâce à la « petite année »

Douze jours pour dire le temps qu’il fera

Dimanche s’est achevée « la petite année ». Traditionnellement, on considérait que les 12 jours séparant Noël de l’Epiphanie étaient un condensé des douze mois de l’année. Et donc que le temps qu’il y faisait avait valeur de prévision météorologique pour le restant de l’année…

Depuis plus de vingt ans, Marie-Thérèse Gerber note le temps qu’il fait entre Noël et l’Épiphanie, entre le 26 décembre et le 6 janvier, soient les douze jours de la « petite année ». En Alsace, la tradition veut que l’on considère ces douze jours comme un condensé des douze mois de l’année, chacune de ces journées étant vue comme une préfiguration de chacun des douze mois. Aussi le 26 décembre concorderait-il avec le mois de janvier, le 27 avec celui de février, etc., et le 6 janvier avec décembre.

« On serait les rois du monde »

Les anciens avaient coutume de dire que le temps qu’il faisait tel jour pendant cette période conditionnait la météo du mois en question. Si le 26 décembre, il pleuvait, on pouvait être assuré d’un janvier maussade voire enneigé. Etc...

 


 

« Ce sont les petits vieux de ma commune, Ebersheim, qui m’avaient appris la procédure. En fait, il faut examiner la météo le matin, l’après-midi et le soir, de chaque observation l’on peut déduire le temps qu’il fera sur une période d’une dizaine de jours. Si le 1 er janvier au matin, il y a du soleil, alors il fera beau au début du mois de juillet », éclaire Marie-Thérèse Gerber.

Cette dernière note à chaque fois la météo de la petite année, et vérifie si cela concorde avec le temps qu’il fait toute l’année. « Cela n’est valable qu’au niveau local. Si la météo est favorable pour Ebersheim, cela ne veut pas dire qu’elle le sera à Paris… »

Du coup, cette mémoire météorologique est sollicitée par son entourage pour prévoir les congés… avec un certain succès, Marie-Thérèse Gerber insistant particulièrement sur le fait que la petite année ne l’a jamais déçue, côté météo.

Lionel Pfann, directeur d’Alsace Météo Conseils, estime « qu’on serait les rois du monde » si on arrivait à prévoir le temps qu’il ferait avec la petite année… « Surtout que nous avons observé le même type de temps, plutôt doux et humide, d’un jour à l’autre. »


 

Si toutefois Marie-Thérèse avait vu juste, ce serait plutôt dû au « hasard. Un peu comme la voyance. Car nous n’arrivons pas avec nos données scientifiques à prévoir au-delà du court terme. Nous n’avons que des tendances. Nous savons que nous allons nous prendre une vague de froid ce week-end et qu’elle pourrait s’accentuer au cours de la semaine prochaine. Sinon, c’est tellement variable. »

Pour autant, il ne dénigre pas les croyances populaires autour de l’observation de la nature. « Et les dictons qui permettent de prévoir le temps à quelques heures. Prenez l’exemple des hirondelles qui volent bas l’été avant l’orage… Cela veut bien dire qu’il va pleuvoir car les oiseaux se rapprochent de leur garde-manger, moucherons et insectes, qui volent plus bas lorsqu’il y a une baisse de pression. Et qui dit baisse de pression, dit changement de temps… »

Et de raconter encore une anecdote : « Si la pelure d’oignon est importante, on dit que l’hiver suivant sera rude. C’est cavalier ! Pourtant, si l’oignon a produit plus de peau, c’est qu’il a fait très froid. Au final, on a prévu le temps qu’il a fait, pas le temps qu’il fera. Ce serait trop beau pour être vrai ! »

Les observations de Marie-Thérèse : le 26 ciel gris, sec, vent, pluie à 17 h (valable pour janvier), le 27, vent fort, ciel gris, pluies fortes (pour février), le 28, soleil (pour mars), le 29 soleil, nuages en fin de journée (pour avril), le 30 pluie, puis soleil, à nouveau pluie (pour mai), le 31 grand soleil, chaud et sec (pour juin), le 1 erjanvier grand soleil, sec et doux (pour juillet), le 2 soleil (pour août), le 3 soleil, pluie, à nouveau soleil (pour septembre), le 4 nuages, puis soleil, températures élevées (pour octobre), le 5 ciel gris, sombre, sec, vent, températures élevées (pour novembre) enfin le 6 ciel gris, nuages, temps sec, températures élevées (pour décembre). De quoi lui faire dire qu’en 2013, le temps sera relativement doux…

Xavier (source DNA Sélestat 08.01.13)