Association CLI.M.A. 57-67-68
Identification
 
Nouveau? Créer un compte !
mardi, le 10 AVRIL 2012
Lettre d'informations n°55 - CLI.M.A. 57-67-68


Nouveautés et informations sur l’association CLI.M.A. 57-67-68,
météo, climato et photo en Alsace-Moselle.


    1] Les dernières nouvelles...


Bonjour à tous,

- Ca y est c’est le printemps sur le calendrier, sur notre page d’accueil du site, dans nos coeurs et surtout du côté de la météo avec des températures plutôt dignes d’un mois de mai, mais ça c'était au mois de mars.

A l'heure ou j'écris ces quelques lignes nous traversons une période instable durant quelques jours avec au programme de la pluie, bienfaisance sur la végétation dont les sols ont eu peu d'eau ces deux derniers mois.

- Le printemps rime également avec les premières manifestations dont celle à Wimmenau le dimanche 22 avril de 13h00 à 18h00 à la salle polyvalente/médiathèque sur le thème '' Vis ton hobby '' où bien sûr un stand Clima vous accueillera dans le fief du Président.

Une première dans le canton de la Petite Pierre !

Venez nombreux à Wimmenau

- Deux nouveaux observateurs bénévoles à Météo-France, l'un dans le Pays de Bitche, l'autre au Pays de Sarrebourg (lire ci-dessous)


 

Les anniversaires du mois de mars et début avril,

Jérôme le 17.03 de Molsheim (67)  « membre du comité »

René le 20.03 de Barembach (67)

Victor le 23.03 de Rezonville (57)

Henri le 30.03 de Ennery (57)

Valentin le 11.04 de Sélestat (67)

A tous un très bon anniversaire de la part du comité.

Jean-Luc 


 
    2] Vénus et Jupiter dans un alignement rare


Vénus et Jupiter, les deux planètes les plus brillantes du système solaire, sont apparus côte à côte dans le ciel début mars. Cet alignement rare a duré jusqu'à la fin du mois.

Les deux planètes se trouvaient depuis dimanche soir (le 11) à trois degrés l'une de l'autre du fait d'un effet de perspective. Elles le resteront jusqu'au 15 mars avant de commencer à s'éloigner.

Vénus ou encore l'étoile du berger se trouvait à la droite de Jupiter et est près de 10 fois plus brillante. Les deux corps célestes sont en réalité très éloignés l'un de l'autre. Vénus se trouvera ainsi le 13 mars à 120 millions de kilomètres de la Terre tandis que Jupiter sera à 840 millions de kilomètres.

Un tel alignement se produit environ tous les 13 mois. Mais cette fois, il s'agissait apparemment de la rencontre la plus spectaculaire qu'on ne reverra pas avant des années dans l'hémisphère nord, ont expliqué des astronomes.

Vénus et Jupiter ont brillé jeudi soir (le15) pendant quatre heures après le coucher du soleil dans les latitudes moyennes de l'hémisphère nord, selon eux. En même temps et à environ 180 degrés plus loin à l'est, Mars donnait son propre spectacle, la planète rouge brillant beaucoup plus que de coutume.

Rendez-vous avec la Lune

Vers la fin du mois, les 24, 25 et 26 mars, un croissant de lune s’est joint à la réunion planétaire entre Jupiter et Vénus en étant visible en compagnie des deux planètes.

Pour observer en particulier Jupiter, les astronomes encourageaient le public à utiliser même de petits télescopes amateurs avec lesquels on pouvait distinguer des nuages, le grand point rouge et les quatre plus grandes lunes de la plus grosse planète du système solaire.

Jean-Luc


 
    3] 2001-2011 : la décennie la plus chaude


La décennie 2001-2011 a été la plus chaude jamais observée sur tous les continents du globe, d’après l’Organisation météorologique mondiale.

La température moyenne durant la décennie 2001-2011 a été de 14,46 degrés Celsius, contre 14,25 degrés en 1991-2000 et 14,12 degrés pour 1981-1990. Il s’agit de la température moyenne à la surface du globe, terres et mers confondues.

« Le changement climatique s’est accéléré pendant cette décennie », explique l’Organisation météorologique mondiale (OMM), qui ajoute que « le rythme du réchauffement depuis 1971 est remarquable ». 

Des phénomènes atmosphériques comme La Nina « ont refroidi temporairement le climat certaines années », mais ils n’ont cependant pas interrompu « la tendance générale du réchauffement ».

Selon l’OMM, « le recul spectaculaire et constant de la banquise de l’Arctique » est une des principales caractéristiques de l’évolution du climat durant les dix dernières années. Ces données font partie d’un rapport dont les premiers éléments viennent d’être publiés et qui sera diffusé dans son intégralité courant 2012. 

Concernant 2001-2010, l’année 2010 est l’année la plus chaude jamais observée depuis 1850, date des premiers relevés, avec une moyenne de 14,53 degrés, suivie de près par 2005 (14,51 degrés).


 

La décennie a aussi été marquée par des phénomènes météo extrêmes, comme des inondations, des sécheresses, des cyclones, des vagues de froid et de chaleur. 

Phénomènes extrêmes 

Une vague de chaleur exceptionnelle a frappé l’Europe en 2003 et une autre la Russie en 2010, avec « des conséquences catastrophiques ».

« Des milliers de personnes en sont mortes, et les régions concernées ont dû faire face à des incendies de forêt dévastateurs ». Concernant les inondations, l’OMM rappelle celles en Europe de l’Est en 2001 et 2005, celles en Afrique en 2008, et celles au Pakistan et en Australie en 2010.

48 des 102 pays étudiés par l’OMM durant cette décennie ont déclaré que leur record de chaleur absolu avait été battu durant cette période. Concernant les cyclones, leur activité a été record dans la région de l’Atlantique Nord.L’ouragan Katrina de 2005 a été l’ouragan qui a coûté le plus cher aux Etats-Unis, et avec un bilan humain de 1 800 victimes. En 2008, le cyclone tropical Nargis a causé la mort de plus de 70 000 personnes, « c’est la pire catastrophe naturelle qu’ait connue la Birmanie et le cyclone tropical le plus meurtrier de toute la décennie ». 

Jean-Luc


 
    4] Le gel et l'arbre fruitier


Pour ceux qui s'inquiètent de l'avancement des arbres fruitiers j'ai sorti mes notes que j'avais pris lors de ma formation en arboriculture il y a une paire d'années et je vous propose quelques valeurs de températures du seuil de sensibilité au gel des espèces à noyau de chez nous en période de pleine floraison (fleurs ouvertes)

Comme référence SC = T° du seuil critique

T° avec 10% de dégâts

T° avec 90% de dégâts


Pour le Cerisier: SC à -1.7° 10% de dégâts à -2.4° 90% de dégâts à -3.9°
Pour le Pêcher: SC à -2.2° 10% de dégâts à -2.7° 90% de dégâts à -4.4°
Pour le Prunier ou Mirabellier: SC à -2° 10% de dégâts à -2.2° 90% de dégâts à -5°


En général aux différents stades inférieurs, ces valeurs sont généralement plus basses de 0.5° environ par seuil d'avancement par rapport à celui du stade des fleurs ouvertes citées ci-dessus, donc on peut se permettre entre guillemet d'avoir des températures un peu plus basses d'environ 0.5° pour avoir par exemple le même seuil de sensibilité pour une fleur encore fermée, enfin sachez que jusqu'au seuil de la nouaison (fruits formés) tout devient beaucoup plus sensible au gel et parfois -0.5/-1° sont suffisant pour faire de gros dégâts une fois le fruit sur l'arbre.


Par contre je ne sais pas s'il s'agit de T° sous abri ou à l'air libre.

Fabien

 
    5] Journée Mondiale de la Météorologie 2012


Pour la seconde fois Jean-Luc de la station de Réding et moi-même nous avons été conviés au Centre départemental de la Météorologie de la Moselle (CDM57) à l'occasion de la journée mondiale de la météorologie qui s’est déroulée le 23 Mars dernier.

Très chaleureusement accueillis par l’ensemble du personnel nous étions une nouvelle fois très heureux de nous retrouver au cœur de la passion. Notre visite a débuté par le grand bureau dédié aux prévisions. Nous avons ainsi prêté toute notre attention aux différents outils utilisés au quotidien par les ingénieurs de Météo-France pour effectuer les prévisions départementales, le tout accompagné de toutes les explications techniques. Une leçon particulièrement pédagogique, rien que pour nous deux, dont nous étions très ravis.

Ensuite nous avons rejoint un étage plus bas la salle de réception et le restant des autres convives, l’assemblée était composée essentiellement par des passionnés, des observateurs bénévoles ainsi que des clients de Météo-France, le tout bien sûr en la présence de l’ensemble du personnel du CDM.

Thierry Thouvenin le nouveau directeur départemental, après le départ à la retraite du très emblématique Jean-Louis Rossignol à l’automne 2011, a débuté son discours par le traditionnel bilan climatologique de l’année 2011. Il s’en est suivit une remise de médailles et de diplômes pour des bénévoles qui pour certains sont des observateurs depuis plusieurs dizaines d’années. Enfin pour l’occasion nous avons quand même eu le plaisir de revoir Monsieur Rossignol qui désormais est solidement installé à La Rochelle sous un climat plus maritime. D’ailleurs pour la petite histoire il paraît que c’est lui le principal responsable de la vague de froid en Charente-Maritime durant ce mois de Février 2012, car emportant sans doute dans ses bagages un morceau de l’hiver Lorrain.


 

De longs moments d’échanges avec les différents prévisionnistes autour du traditionnel verre de l’amitié ont clôturé cette journée du 23 Mars qui fût très ensoleillée et douce.

Enfin à cette occasion les stations de Réding et de Gros-Réderching ont été officiellement déclarées postes climatologiques en Moselle. Leurs propriétaires sont désormais observateurs bénévoles pour Météo-France.

D’ailleurs des visites climatologiques sont déjà prévues dans nos stations durant ces prochaines semaines.

Pour Jean-Luc et moi-même ce fût donc une nouvelle journée très enrichissante et conviviale parmi une équipe très sympathique et chaleureuse.

Nous tenons d’ailleurs à remercier vivement pour leur excellent accueil l’ensemble du personnel du CDM 57 et plus particulièrement Daniel Léonard et Roland Alberti qui nous ont servis de guides, mais bien sûr nous n’oublions pas les autres ingénieurs prévisionnistes  ainsi que le nouveau patron.

Fabien


 
    6] Le temps à Haegen, bilan de notre correspondant local


Mars 2012 : un mois exceptionnellement doux et sec !

Avec +10° tout rond de moyenne générale (4,1° de plus que la moyenne depuis 1961 !), c’est  le mois de mars le plus doux depuis plus de 52 ans ; il dépasse même de 0,4° la moyenne d’un mois d’avril ! Il laisse loin derrière mars 2003 et mars 1989 (8,9°) ou mars 1994 (8,8°) ; il semble même être le plus doux sur Strasbourg depuis 1806 ! Le mois le plus froid de mes archives est mars 1971 (+1,3°), à Strasbourg c’est mars 1845 (-1,5°)…

Le minimum absolu a été de +1° (record) comme en 2007 et 1997, à l’opposé il a fait -14° en 1971! Le maximum absolu a été de +20,4° loin des +24° en 1998 et 1989. Aucun jour de gel comme en 2007 et 1997 contre 24 en 1962 et 1971  (moyenne 11); en mars 1971 il y avait en plus 6 jours d’hiver et 5 avec une température inférieure à -10° !

Il a neigé à 2 reprises (13 fois en 1987 et 12 fois en 1970, 1971 et 1995); cette neige n’a pas tenu au sol alors qu’elle était restée au sol 18 jours en 1970 et 14 jours en 1965 ; le total de neige cumulée atteignait 66 cm en 1970 et 45 cm en 1962, la hauteur maximale de neige étant de 27 cm en 1965 et 25 cm en 1986.

Il n’a plu que pendant 5 journées (3 en 1996, 25 en 1988, moyenne 12), ce qui a donné 11 mm de pluie (record depuis 1994) ; l’an passé il était tombé 18 mm mais 159 mm en 2001, la moyenne étant de 63 mm depuis 1994.

Le déficit pluviométrique des mois de février et mars 2012 atteint 110 mm,  soit le septième du total annuel.

Charles 


 
    7] Pas assez de pluie depuis septembre dans certaines régions de France


La France accuse un déficit pluviométrique dans l’ouest et le sud-ouest et montre des signes de sécheresse en Languedoc-Roussillon.

Depuis septembre, qui marque le début de la période de « recharge » des nappes souterraines, les cumuls de précipitations sont « déficitaires de 25 à 50 % » de la Bretagne au sud du Massif central, en passant par la Vendée et les plaines du sud ouest, annonce Météo France.

Dans le quart sud-ouest, « le déficit pluviométrique sur six mois est parfois proche des records sur 50 ans », précise l’organisme. Ailleurs, les précipitations ont été plus proches de la normale mais le déficit global se situe aux environs de 20 %. La situation a été aggravée par un mois de février « extrêmement sec », souligne Météo France, avec un déficit moyen « le plus remarquable depuis 1959 ». Sur l’ensemble du pays, les précipitations ont atteint moins de 25 % de la normale. L’indice d’humidité des sols, qui permet d’évaluer l’état de sécheresse dans les couches supérieures de la terre, montre une situation alarmante dans le Languedoc et en Midi-Pyrénées.

Au niveau national, « seul décembre a connu des précipitations largement excédentaires » depuis septembre, selon Météo Consult. « Les précipitations efficaces (qui permettent aux nappes de se recharger) n’ont donc pas été suffisantes au cours de cet hiver, d’autant que la plupart des nappes phréatiques accusaient un niveau déficitaire en début d’hiver suite à une année 2011peu arrosée », souligne-t-on.

Jean-Luc 


 
    8] Les photos du mois de mars retenues par le jury


Les jours se suivent et se ressemblent, tel a été ce mois de Mars ! Ciel bleu, peu de nuages, une végétation encore timide, peu d'ingrédients pour permettre à nos reporters de s'exprimer pleinement ! 

En espérant qu'Avril se découvrira d'un fil pour nous offrir les couleurs de la palette du printemps ! 

Yves


 
1) Ciel bleu, lieu Entzheim, le 28/03/12 à 16h10 auteur René du 67

 
2) Le printemps, lieu Duppigheim, le 27/03/12 à 12h30 auteur René du 67

 
3) Soleil levant, lieu Duppigheim, le 16/03/12 à 06h50 auteur René du 67

 
4) Rouge, lieu Duppigheim, le 21/03/12 à 06h40 auteur René du 67

 
5) Belle après-midi, lieu dit le rhinland (Plobsheim), le 31/03/12 à 16h30 auteur René du 67

 
6) Soleil levant, lieu Illkirch-Graffenstaden, le 24/03/12 à 06h40 auteur René 67

 
    9] Enquête sur l'origine de la tradition des oeufs de Pâques


Qui dépose les oeufs de Pâques ? Les cloches de retour de Rome, un lièvre ou un lapin blanc ? 

Tour d’horizon de la coutume et de ses symboles.

Quoi de plus rigolo pour les bambins que la recherche des oeufs de Pâques dans les jardins? Selon la tradition, ce sont les cloches qui, de retour de Rome, les déposent dans la verdure. Aux Etats-Unis, c’est un lièvre, en Allemagne, un lapin blanc, en Suisse, un coucou…

Mais d’où vient cette coutume ? 

Offrir des oeufs à Pâques remonte à l’Antiquité, où ils sont symbole de fécondité et de renouveau, note la Chambre syndicale nationale des chocolatiers. Il y a environ 5 000 ans, les Perses s’offraient déjà des vrais oeufs de poule comme cadeaux porte-bonheur pour fêter le printemps. Les Romains, qui eux aussi leur prêtaient d’heureux effets, en cassaient ce jour-là pour purifier l’atmosphère. C’est réellement à partir du XIIIe siècle que les premiers oeufs peints firent leur apparition en Europe. A l’origine coloriés en rouge et décorés de devises ou de dessins, les oeufs de poule s’échangeaient à l’occasion de la fin du Carême, symbolisant ainsi la fin des privations de l’hiver. A partir de la Renaissance, les oeufs furent remplacés par des oeufs en or dans les cours des souverains européens. Décorés de métaux précieux, de pierreries et même de peintures de célèbres artistes, ces objets connurent leur apogée avec les célèbres oeufs de Fabergé à la Cour de Russie à la fin du XIXe siècle. Aujourd’hui, les oeufs de Pâques sont en chocolat. Les moulages ont fait leur apparition durant la première moitié du XIXe siècle, grâce aux progrès d’affinage de la pâte de chocolat et à la mise au point des premiers moules en fer étamé et argenté. 

Jean-Luc


 
    10] Bilan climatologique du mois de mars dans nos régions


MARS 2012: TRES DOUX, REMARQUABLEMENT ENSOLEILLE ET TRES SEC

Avec des conditions anticycloniques quasi-ininterrompues, ce mois de Mars 2012 nous a tous gâtés avec ses magnifiques journées printanières. Ce mois fût donc particulièrement ensoleillé, très doux et une nouvelle fois très sec. Globalement, Mars 2012 est un copier-coller de Mars 2011. Ponctuellement, le tout début du printemps météorologique s’est illustré par une magnifique journée douce et ensoleillée. Ensuite, c’est un temps anticyclonique très calme et relativement doux qui s’est installé pour deux, trois jours, pas forcément ensoleillé car défavorisé par endroits par des grisailles persistantes. Les températures ont baissé plus sensiblement à partir du 5 en marge d’un creux dépressionnaire sur le Nord de la France qui nous a apporté également de l’air plus froid avec à la clef quelques giboulées sur nos régions dans une ambiance assez fraîche et humide. Cette première décade s’est ensuite achevée par le retour des gelées nocturnes assez marquées par endroits, mais grâce à une hausse durable du champ de pression le soleil est également revenu au fil des jours. Ainsi s’est terminée la période la plus fraîche de ce mois. 

Ensuite, dans un flux continental c’est un temps agréable et généreusement ensoleillé qui s’est imposé permettant à la douceur printanière de s’affirmer davantage en journée, mais ceci après quelques nuits encore bien froides ponctuées par des gelées par endroits. A la faveur d’une petite faiblesse passagère de l’anticyclone le 18, quelques bonnes pluies ont arrosé nos régions sous davantage de fraîcheur, mais de loin suffisantes pour combler le déficit pluviométrique. En troisième décade, le temps printanier aura été au rendez-vous nous faisant profiter d’agréables journées ensoleillées et très douces avec à la clef des températures diurnes dignes d’un mois de Mai avec parfois de fortes amplitudes thermiques car certaines nuits sont restées très fraîches. A noter également pour la deuxième année consécutive, l’absence de couche de neige au sol en région de plaine durant ces mois de Mars.

 


 

TEMPERATURES


Après une anomalie thermique fortement négative le mois précédent,  les températures moyennes de nos stations sont de nouveau largement excédentaires ce mois-ci. Durant un mois de Mars, la normale devrait être comprise entre 3.6° et 5.2° selon les secteurs, ce mois-ci dans nos stations la température moyenne varie entre 7.3° et 10.1°, soit un excédent de 3 à 5° par rapport à la normale climatologique. Le nombre de jour avec une gelée varie ce mois-ci entre 0 et 18 jours dans nos stations. Enfin, aucun jour sans dégel n’a été observé dans quelqu’une de nos stations.La température minimale absolue a été relevée à Provenchères sur Faves (88) le 9 avec -5.7°La température maximale absolue a été relevée à Cocheren (57) le 16 avec 23.4°. La température minimale la plus élevée a été relevée à Kintzheim (67) le 28 avec 10.6°. La température maximale la plus froide revient à Provenchères sur Faves (88) avec 4.3° relevé le 5 mais cette station est située à plus de 400 m d’altitude.

 

PLUVIOMETRIE 

Les cumuls pluviométriques sont une nouvelle fois déficitaires sur l’ensemble de la région, ces derniers varient globalement entre 11mm à Haegen (67) et 21.4mm à Jarny (54), seule exception à la règle Provenchères sur Faves (88) avec 42.3mm, mais cela reste très localisé en moyenne montagne. La normale pour un mois de Mars devrait se situer entre 64 et 79mm selon les secteurs. Ce manque de précipitations s’est traduit également par l’absence de chutes de neige tardives sur nos régions, au-lieu de cela se sont déjà quelques petits feux de forêts et de friches qui ont sévit par endroits, notamment encore en raison de l’absence du renouvellement de  la végétation au sol. 

 


 

ENSOLEILLEMENT

Mars 2012 aura été très généreusement ensoleillé, en effet, l’ensoleillement moyen devrait osciller entre 110 et 117Heures selon les secteurs. Ce mois-ci au cumul nous avons 196 heures d’insolation à Réding(57), 226 heures à Sarrebourg(57) et 239 heures à Krafft(67). Des valeurs tout à fait remarquables grâce à l’anticyclone ‘Harry‘ solidement installé sur nos régions lors de la troisième décade. Au final ce mois se classe au 4ème rang des mois de Mars les plus ensoleillés après 1953, 2003 et 2011. 

Fabien


 
    11] Remerciements


Merci à Yves, Charles et Fabien pour leur contribution à ce journal

Contact > jl.feltmann@météo-reding.com