Association CLI.M.A. 57-67-68
Identification
 
Nouveau? Créer un compte !
samedi, le 10 DéCEMBRE 2011
Lettre d'informations n°51 - CLI.M.A. 57-67-68


Nouveautés et informations sur l’association CLI.M.A. 57-67-68,
météo, climato et photo en Alsace-Moselle.


    1] Les dernières nouvelles...


Bonjour à tous,

Le mois dernier nous avions lancé un jeu pour marquer la sortie du numéro 50 de votre newsletter.

A la question, quand est paru la première newsletter de l’association il fallait répondre le 10 juillet 2007.

Après les bonnes réponses reçues à la rédaction et à l'issue du tirage au sort durant la dernière réunion du comité, le gagnant du livre 2000 ans de climat en Alsace et en Lorraine offert et dédicacé par son auteur Jean-Sébastien Beck est :

Damien Heintz de Monswiller 67700

Félicitations et bonne lecture à lui durant les longues soirées d’hiver.

Merci à tous pour votre participation au jeu.


 

CLIMA bien présent au Salon du Livre de Colmar

Présent au Salon les 26 et 27 novembre après une conférence sur l’évolution du climat à Flaxlanden le 25, Jean Sébastien Beck, président de l’association CLIMA, rompu à l’exercice des dédicaces,  a pu rencontrer ses  lecteurs en chair et en os sur le stand des Editions COPRUR. Le samedi fut très calme avec peu de visiteurs mais ce fut tout autre le dimanche avec des rencontres des plus intéressantes.

Beaucoup de lecteurs ou de participants aux conférences sont venus à cette occasion pour soutenir l’auteur et, pour la plupart, faire part de leur admiration pour le travail fourni , pour la richesse de la documentation  et pour l’animation efficace et vivante des conférences; certains de nos amis n’ont pas hésité à faire un saut au salon, comme notre ami Judd bien connu sur le forum d’Infoclimat, ou Daniel Wuest, l’un des vice-présidents de CLIMA ! D’autres ont apporté leur exemplaire car ils tenaient à avoir la griffe de l’auteur ! Un lecteur strasbourgeois qui avait déjà suivi une conférence et qui avait oublié son exemplaire à  la maison, n’a pas hésité à faire l’aller-retour pour obtenir sa dédicace personnalisée !


 

Le plus intéressant fut la rencontre de décideurs et d’organisateurs qui  ont remis en perspective la « tournée » des conférences, d’autant plus que celles-ci sont de plus en plus demandées dans le  Haut-Rhin ; il s’agit notamment du conservateur du Musée d’histoire naturelle de Colmar où auront lieu 2 conférences en février et en mars mais aussi de la directrice de la médiathèque de Sélestat, celle de la bibliothèque de Guebwiller qui vont programmer également des interventions de CLIMA, sans compter les nombreux professeurs de lycée ainsi que des universitaires fort intéressés par l’ouvrage et par le thème d’actualité des conférences. Le plus étonnant ce fut la rencontre avec des « fans » inconditionnels qui ont pris l’ouvrage comme livre de chevet, ainsi la propre épouse de l’éditeur ! Un hôte de prestige, le comte Christian d’Andlau, secrétaire général de l’Union  Paneuropéenne Internationale, fut aussi l’un de ceux qui ont pris le temps d’échanger longuement avec l’auteur auquel il a promis de suivre l’une des prochaines conférences.

Un succès donc pour l’auteur qui  a pris le temps d’expliquer comment il est arrivé à ce résultat de 35 ans de recherche et  de 2 ans d’écriture, des débats parfois animés qui n’ont  jamais laissé le public sans intérêt devant les convictions de notre spécialiste de la climatologie régionale ! Il ne reste presque plus rien des  5000 cartes de visites de CLIMA distribuées à chaque occasion ou déposées dans les lieux stratégiques, plus de dépliants non plus et peut-être encore 2 à 3 cartes postales de l’association, ceci  après toutes ces opérations de communication qui mettent toujours en avant les objectifs  et le site internet de CLIMA depuis janvier 2011. Nous profitons  aussi de cet article pour remercier le trésorier de CLIMA, Arnaud Schutz, et ses sympathiques parents qui ont très gentiment logés l’auteur chez eux à Sélestat dans cette période où tous les hôtels affichaient complet, marchés de Noël obligent !

Jean Beck


 

Mois de novembre historique concernant la pluviométrie, en effet depuis l’ouverture du poste manuel de MF à Sarrebourg en octobre 1962 on ne trouve pas de cumul aussi faible comparable au 9,8mm de pluie tombée à la station météo amateur de Réding.

Il faut remonter au mois de novembre 1978 toujours à Sarrebourg avec un cumul de 20,1mm cette année là.  


 

Nous souhaitons un Joyeux Anniversaire à

Valentin le 19.11 de Nambsheim (68)

Yves le 25.11 de Flexbourg (67) , membre du comité et jury photo.


 

Vœux de fin d’année

C’est la 5e fois depuis la création de l’association CLIMA que nous vous présentons nos vœux et c’est avec grand plaisir cette année que nous sonnons le carillon des fêtes ! Que cette fin d’année vous offre des instants privilégiés de Joie et de Bonheur en famille ou avec les amis !

Pour la nouvelle année 2012 nous vous souhaitons : une santé de fer, de la chance là où il en faut, le succès pour ce que vous entreprenez, de la joie pour égayer votre quotidien, du bonheur pour éclairer votre vie et enfin beaucoup d’amour pour réchauffer vos coeurs... sans oublier des conditions météo comme vous les rêvez.

Très bons et agréables moments !

De la part du Comité de CLIMA

Le président Jean Beck


 
    2] L'influence du temps sur l'homme (suite)


Les situations météorologiques favorables à la pollution 

Certains temps anticycloniques :

Deux phénomènes conjugués favorisent particulièrement la pollution : l'absence de vent et l'inversion de température. C'est en général le cas des situations anticycloniques, lorsque la pression est élevée, le temps calme et stable.

*L'absence de vent : rien ne vient alors disperser les fines poussières ou fumées dues aux activités humaines (fumées industrielles, circulation automobile, etc.)

*L'inversion de température : la température baisse quand on s'élève en altitude. C'est la loi générale, le schéma-type de l'atmosphère dite standard. Mais cette loi souffre des exceptions.

Quand le temps est calme (par situations anticycloniques le plus souvent), quand le vent ne vient pas uniformiser les températures par brassage, le mécanisme de ces exceptions est le suivant : pendant la nuit, quand il n'y a plus de soleil (donc plus de source de chaleur), le sol se refroidit rapidement, plus rapidement que l'air. Peu à peu les couches d'air au voisinage du sol sont refroidies à leur tour par rayonnement : leur température devient inférieure à celle des couches d'air qui se trouvent au-dessus.

La température ne suit donc plus la loi générale ; dans les premières centaines de mètres, elle croît lorsqu'on s'élève. Ensuite, quand le sol se trouve suffisamment éloigné, quand son influence devient négligeable, la loi générale reprends ses droits (baisse de la température avec l'altitude : 0,5°C par 100m).
La première phase durant laquelle la température croît avec l'altitude est appelée inversion de température.


 

Dans la journée, deux cas peuvent se produire.


Le plus fréquent : c'est le mécanisme inverse de celui qui se produit la nuit. Le soleil réchauffe le sol. Meilleur conducteur de chaleur que l'atmosphère, il se réchauffe plus rapidement qu'elle. Les couches d'air au voisinage du sol se réchauffent rapidement sous l'action combinée du soleil et du rayonnement émis par le sol. La loi générale se rétablit donc au cours de la journée ; on dit que l'inversion "se détruit".

Un cas plus rare : le soleil de la journée n'est pas assez puissant pour réchauffer les basses couches ; dans ce cas, l'inversion n'est pas détruite. Résultat : les mouvements verticaux dans l'atmosphère sont quasiment nuls. L'air chaud, plus léger, ne s'élève pas comme à l'ordinaire. Il n'y a plus de mouvements ascendants.


Les conséquences sont très importantes : les fumées, poussières et autres particules sont bloquées. Elles stagnent dans les basses couches. C'est le cas typique : votre cheminée ne tire pas.


Pour peu que la situation météorologique générale soit stable, qu'elle se prolonge plusieurs jours durant, les fumées s'accumulent dans l'atmosphère. La pollution augmente...
Il faut alors attendre un changement de temps, une situation plus mouvementée avec, à nouveau, des mouvements de l'air vers le haut.
En d'autres circonstances, quand la pollution est due aux fumées de nature industrielle, le vent constitue le véritable véhicule de la pollution. Des études approfondies de chaque complexe industriel permettent de déterminer les problèmes liés à la dispersion des polluants (fréquence, dangers éventuels, etc.).

Extrait du libre de René Chaboud (Prévoir la pluie et le beau temps)

Fabien


 
    3] L'automne à Haegen


L’automne 2011 a été trop doux  et beaucoup trop sec

Sa moyenne générale de 11,6° est la cinquième plus élevée depuis 1961 ; assez loin cependant des 13,2° de 2006 mais très loin des 7° de moyenne de l’automne 1993…! (moyenne  1961/2011 : 9,8° ; moyenne 1986/2011 : 10,6°).

C’est essentiellement dû à la moyenne des minimales  de 8,5° (troisième la plus chaude depuis 1961 après 2006 et 2005), cette  moyenne étant de 6,1°.

Il n’y a eu que 4 jours de gel (moyenne 61/11 : 12 et 15 pour 61/85,  27 en 1985…..) aucun orage ni jour de neige (moyennes respectives : 3 et 4, à noter qu’en 1985 il y avait 15 jours de neige et 17 jours avec une couche de neige, en 1971 le total de neige cumulée atteignait 36 cm…..) ; il manque également 7 jours de pluie dans les 27 notés (records 61 en 1974 et 21 en 1961) mais avec 34 jours de brouillard il ne manque qu’une journée pour égaler le record de 1984 !) ; il n’y en eut que 5 en 1999 !

Il n’est tombé que 80 mm de pluie alors que la moyenne depuis 1994 est de 203 mm ! Le précédent record de 86 mm datait de 2005 ; à l’opposé en 1998 quel déluge avec  376 mm, presque le quintuple de cette année !

 

Novembre exceptionnellement sec

La moyenne générale des températures a été de 5,9° soit 1,3° de plus que la moyenne des 50 dernières années ; (records : 8,9° en 2009 et 0,5° en 1993).

Si les maximales ont été à peu près dans les normes, les minimales (à +4,1°) accusent,  une fois de plus, un excédent de 3° par rapport  à la moyenne 1961/1985 et de 1,3° par rapport à celle de 1986/2011.

Il n’y a eu que 3 jours de gel contre 9 normalement et 12 en moyenne en 1961/1985 ; aucun jour d’hiver ou de neige (contre 2 et 3 en moyenne), 23 jours de brouillard (record absolu de 1984 égalé, aucun en 1977, la moyenne étant de 8). Autre record égalé : celui du nombre de jours de pluie avec  4 seulement comme en 1962 et 1966 (moyenne 11 et à l’opposé 19 en 1974, 1977 et 1979). 

Enfin un record séculaire (depuis plus de 130 ans d’après certaines archives !) : celui de la pluviométrie :  il n’y a eu que 9 mm (dont 2 de « brouillard » et 3 mm le 30/11) contre une moyenne de 70 mm d’après mes relevés débutés en 1993 ; le précédent record datait de 1993 avec 22 mm, novembre 1996 étant, lui,  noyé sous 204 mm de pluie… !

Charles 

 
    4] Les Noëls depuis 1950...


Noël blanc, froid ou au balcon ?

Petite chronique des Noëls passés

1950 : C’est un Noël blanc avec une couche de 5 à 10 cm de neige, la couche de neige atteint jusqu’à 18 cm le 27 décembre

1951 : le froid est modéré jusqu’au 24 décembre mais point de neige au sol cette année-là

1952 : pas de neige non plus avec le redoux  qui perdure après la violente tempête du 13 décembre

1953 : décembre est beau, sec et doux : pas de neige au programme même si les nuits sont de nouveau plus froides

1954 : le temps doux prédomine et la neige fait défaut, le père Noël a mis des roues au traîneau !

1955 : décembre est doux, agité et bien arrosé : c’est Noël au balcon, le mercure plafonne à +12°

1956 : décembre est un mois bien ensoleillé et doux sans coup de froid, Noël reste donc sans neige

1957 : les températures sont de saison, pas de neige cette année-là, le temps est juste frais et assez sec !

1958 : décembre est doux et pluvieux, souvent agité, pas de manteau blanc à Noël, les rennes s’ennuient !

1959 : le temps est très doux avec un mercure à +14° le jour de Noël, une bouffée de douceur devant les sapins !


 

1960 : c’est le retour du froid pour la veille de Noël, mais de neige, point ! Du brouillard, oui !

1961 : la 2e moitié de décembre est froide, il fait beau et on a jusqu’à -12° mais il ne neige que le 27

1962 : vague de froid avec un mercure entre jusqu’à -15° quelques flocons mais peu de neige au sol

1963 : décembre est très froid et sec mais c’est le redoux le jour de Noël, il reste des reliquats de neige au sol  comme lot de consolation !

1964 : une vague de froid  pointe son nez dès le 21 décembre, brouillard le 24 puis  de 5 à 10 cm de neige à Noël

1965 : décembre est doux, perturbé et humide, pas de neige à Noël mais des averses à gogo !

1966 : après la neige, le temps redevient doux et pluvieux, Noël  se déroule sous la pluie, du grésil le 25 tout de même !

1967 : un redoux qui intervient le 23 décembre fait fondre la neige pour Noël sous les parapluies !

1968 : du grésil le 24, un peu de neige à Noël mais le froid fait son vrai retour à la St Etienne avec beaucoup de neige

1969 : c’est un Noël blanc avec 15 à 20 cm de neige et des températures légèrement positives


 

1970 : encore un Noël blanc  avec un reliquat en moyenne de 5 cm de neige au sol, quelques flocons virevoltent la veille de Noël !

1971 : décembre et doux et ensoleillé, on a +10° à Noël, le temps  est couvert et brumeux !

1972 : Le froid sec règne en maître avec beaucoup de givre, brouillard mais pas de neige à Noël

1973 : après le froid du début de mois, le manteau neigeux a bel et bien disparu à Noël  qui se morfond dans le brouillard

1974 : c’est l’hiver le plus chaud du siècle, on a jusqu’à +15° durant les jours  de fête de Noël et par-dessus le marché il pleut !

1975 : décembre  est calme et ensoleillé ; un froid modéré règne à Noël  avec juste un saupoudrage de neige….et encore localement !

1976 : une vague de froid règne sur la région, il y a  peu de neige au sol à Noël : par contre la bruine donne du verglas, es rutscht !

1977 : C’est un Noël fade, ni froid, ni doux, sans neige, mais  avec du vent et de la pluie !

1978 : depuis le 17 décembre le froid est revenu ; on a jusqu’à 10 cm de neige à Noël qui est pourtant  marqué par le retour de la douceur !

1979 : décembre est un mois de tempêtes, très doux, juste froid au moment de Noël : un peu de  neige le 24 avant le retour de la pluie !


 

1980 : le temps est sec et clément entre deux vagues de froid, de la bruine  et de la douceur comme cadeau de  Noël !

1981 : c’est un Noël exceptionnellement enneigé avec jusqu’à 35 cm de neige au sol le 25 malgré un passage pluvieux temporaire  le 24

1982 : décembre est assez doux et pluvieux, presque sans gelées, Noël ne voit aucun flocon bien qu’il gèle mais il reste un peu de neige éphémère collée au sol !

1983 : le 23 décembre débute une vague de douceur avec +15° à Noël qui serait à fêter au balcon s’il n’y avait pas ce satané vent beaucoup trop fort !

1984 : décembre est doux, pas de froid avant le 27, Noël reste sans neige même si des flocons se mêlent parfois aux gouttes le 24

1985 : décembre très doux au début revient à des conditions molles jusqu’au 28, pas de neige à Noël avec +8° mais beaucoup de neige dès le 27

1986 : décembre est le mois des brouillards mais il neige à Noël et on mesure entre 5 et 20 cm au sol

1987 : la 2e partie du mois de décembre est marqué par la douceur, pas de Noël blanc mais que de brouillard !

1988 : décembre est marqué par le début d’une sècheresse d’hiver, le temps est doux et Noël un peu tristounet avec de la bruine !

1989 : après les fortes pluies, le temps devient sec et beau à Noël mais reste assez doux et sans neige


 

1990 : le redoux lessive la neige le 21 décembre et la douceur règne à Noël  qui déplore la fonte des bonhommes de neige

1991 : après un coup de froid il fait doux jusqu’à Noël,  fête agitée par un vent  désagréable ! Pas de neige pour les enfants !

1992 : après la douceur, un coup de froid se produit la veille de Noël, mais le temps reste sec  sans flocons !

1993 : avant Noël le temps est aux inondations ; le froid modéré revient à la veille de Noël, on est entre pluie et neige, le mince manteau blanc fond le 24 en journée !

1994 : décembre est très doux et humide, il gèle le 24 mais on atteindra  jusqu’à +15° durant les fêtes !

1995 : après un bon redoux, la douceur s’impose jusqu’à Noël  avec de la pluie le 24 ; le retour du froid c’est à la St Etienne !

1996 : la neige tombe dès le 23 mais la veille de Noël est marquée par des pluies verglaçantes, on se contente des 5 à10 cm de neige croûtée  au sol !

1997 : décembre est doux et capricieux, Noël est venteux, on a entre  +10° le 24, entre +15 et +16° le 25 !

1998 : le froid est de retour pour Noël après la douceur, il manque juste la neige au sol en plaine où il tombe de la pluie mêlée de neige!

1999 : il fait froid avec de la neige avant Noël qui est le  jour du redoux juste avant la terrible tempête Lothar

2000 : décembre est exceptionnellement doux, le peu de neige tombé fond la veille de Noël avec +10°  au thermomètre!

Jean Beck

 
    5] Les photos du mois de novembre


Ce mois de novembre brumeux a permis à nos reporters de réaliser de magnifiques clichés et cela dans pas moins d'une trentaine d'endroits différents.

Yves 


 
1) Splendide journée,lieu Wimmenau parc des Vosges du nord,le 06/11/11 à 13h10 auteur Jean Beck

 
2) Soleil couchant,lieu Illkirch-Graffenstaden,le 28/11/11 à 16h30 auteur René du 67

 
3) Couleurs d'automne,lieu Illkirch-Graffenstaden,le 01/11/11 à 15h40 auteur René du 67

 
4) Juste avant le retour des brouillards,lieu Wimmenau parc des Vosges du nord,le 01/11/11 à 17h50 auteur Jean Beck

 
5) Brume et bruine,lieu Sélestat,le 07/11/11 à 16h00 auteur Arnaud 67

 
6) Grand beau,lieu Elsassblick (près Hengst),le 01/11/11 à 14h20 auteur Vendredi
 

 
    6] Le bilan climatique de novembre dans nos régions


Un mois sec, anticyclonique marqué par les brouillards fréquents

Ce 11e mois de l’année 2011 restera dans les annales climatologiques car il fut l’un des plus secs des 50 dernières années avec très peu de pluies par les cumuls et la fréquence, notamment en plaine où l’effet de foehn a fait avorter les petites précipitations qui ont pu tomber ailleurs sur les Vosges et sur le Nord de la région. En tout état de cause les cumuls mensuels sont restés très, très  bas, inférieurs à 10 mm, souvent sous les 5 mm, ce qui représente localement un déficit de 90%, voire davantage ! Mais on ne peut pas parler de sècheresse étant donné que la période presque sans précipitations reste très limitée, rapidement oubliée avec l’apport des pluies généreuses de début décembre ; néanmoins l’année 2011 restera dans nos mémoires comme une année globalement sèche avec des cumuls (provisoires) compris entre 500 et 600 mm même dans les zones qui recueillent normalement  entre 800 et 1000 mm, mais ceci est dû à la sècheresse (une vraie celle-ci) du printemps qui a duré du 15 février jusqu’au mois de juin !

Le temps stable a également été marqué par les brouillards, très fréquents notamment en plaine et dans les vallées vosgiennes alors que les massifs montagneux, Vosges et Jura alsacien (qu’on oublie trop souvent ), ont profité d’un soleil généreux et d’une douceur hors du commun pour la saison ; certaines stations  cantonnées dans les basses altitudes ont connu des records de jours  avec apparition de nappes de brouillard, parfois même givrants, comme c’est le cas pour celle de Wimmenau qui en a compté 29…. Sur les 30 jours du mois, cela fait tout de même beaucoup !

Le déroulement

La situation météorologique de novembre a été très stable avec des variations faibles mais un peu plus nettes d’abord en début de mois puis pour les tous derniers jours :


 

Du 1er au 12 novembre :

La région reste soumise à l’influence d’un anticyclone vissé sur l’Europe de l’Est et profite de quelques journées chaudes dues à un flux de Sud généré par l’activité dépressionnaire sur le proche Atlantique; le temps devient momentanément légèrement perturbé, donnant de petites pluies le 3 novembre ; le temps calme reprend le dessus très rapidement, bien doux, avec un pic le 6 novembre tandis que le Sud de la France subit tempêtes et pluies torrentielles ; le contraste est énorme entre les deux moitié de notre pays ; le flux continental sensible en basses couches rafraîchit peu à peu l’atmosphère et les gelées matinales apparaissent en fin de période dans les endroits qui profitent d’éclaircies nocturnes et matinales ; mais la situation soumise au flux continental d’Est, même s’il est en général plutôt faible, apporte aussi son inévitable lot de grisailles, parfois denses et ne se dissipant que fort lentement, parfois très brièvement en milieu de journée et souvent pas du tout, d’où une fluctuation importante au niveau des température en fonction de l’ensoleillement !

Du 13 au 17 novembre :

Le temps devient nettement plus frais, toujours dans le même flux d’Est car il se montre plus tranché ; l’anticyclone s’assoit sur le pays et la pression atteint ou dépasse les 1025 hPa ; un front maritime occlus d’une perturbation en fin de vie vient s’échouer sur nos hautes pressions le 17 novembre, ne donnant que quelques gouttes.

Du 18 au 24 novembre :

Le temps calme et sec reprend de la vigueur grâce à l’anticyclone « Zoey » et la pression grimpe même jusqu’à 1035 hPa ; des perturbations sentent toujours de bousculer les hautes pressions mais elles manquent de vigueur et ne nous atteignent que sous forme « mourante » avec des nuages et quelques gouttes qui n’arrivent pas, la plupart du temps, à faire bouger les pluviomètres, ou alors à peine ! Les grisailles sont toujours de mise, les gelées matinales également dès qu’une trouée dans les brouillards permet le rayonnement nocturne.

Du 25 au 30 novembre :

Peu à peu la pression atmosphérique amorce une baisse lente mais progressive, le temps devient plus doux en journée lorsque le soleil réussit à s’imposer et en toute fin de mois c’est le retour de la pluie ; en effet le 29 novembre les hautes pressions se tassent et se replient sur le Sud de l’Europe (tant mieux pour les méridionaux qui ont eu leur dose de pluies et d’orages) alors que se prépare un flux zonal d’Ouest-sud-ouest vigoureux ; les pluies commencent à nous intéresser  vraiment le 30 novembre sous une perturbation encore atténuée, la première d’une longue série de coups de vent très actifs qui secoueront nos forêts et nos chaumières en décembre !


 

Comparaisons

Par rapport au territoire français, notre région a été l’exception ; en effet pour la majorité des régions,  novembre 2011 est l’un des plus chauds de ces dernières années alors que ce n’est pas le cas chez nous ou, dans l’ensemble, les températures moyennes sont plutôt simplement de saison, voire localement légèrement inférieures là où les brouillards ont été les plus persistants ; si vous avez suivi les prévisions météo de la télé, vous avez remarqué que notre « cher » Nord-est était souvent cité comme le coin le plus frais de France !

Par rapport aux autres années :

Après deux années qui ont connu des mois de novembre très pluvieux ou neigeux, en 2009 et 2010, le 11e mois de cette année a fait pâle figure ; nous n’avons eu qu’ environ 10% des cumuls moyens observés sur la période 1950/2010, alors que nous avons connu un mois de novembre 2008 qui, lui,  était grosso modo dans les bonnes normes ! La peur d’une nouvelle sècheresse a germé insidieusement dans nos têtes, aujourd’hui on peut l’oublier  et tant mieux !

Pour les températures, les variations sont très importantes d’une station à l’autre, celle de Hommert a connu des moyennes supérieures, d’autres sont un peu en-dessous, toujours est-il que pour 2010 et surtout pour 2009 les moyennes étaient bien supérieures  à celles de cette année ; les valeurs les plus froides ont rarement plongé sous les -3° alors qu’on avait déjà  -8° l’année précédente en fin de mois ; les valeurs maximales n’ont  pas non plus dépassé celles de l’année dernière où l’on a passé allègrement la barre des 20°.

Les endroits  plus exposés aux brouillards en plaine et dans les vallées subissent en général  l’apparition de ce phénomène en moyenne entre 10 et 15 jours durant le mois, mais novembre 2011 détient un record, situation anticyclonique oblige, brouillard à gogo, en veux-tu, en voilà, beaucoup ont d’ailleurs fini par se lasser, nos prévisionnistes de la « tendance météo » en premiers ! Il n’y a pas eu non plus de coup de vent ; les rafales passagères ont rarement dépassé les 40/50 km/h alors qu’elles sont en général assez fortes à cette époque de l’année, plus de 80/90 km/h en 2010, plus de 70/80 km/h en 2009 par exemple.


 

L’ensoleillement a été très  irrégulier sur l’ensemble de la région, la montagne étant très favorisée, souvent aussi le plateau lorrain, le sud de la région a également  bénéficié d’un soleil plus généreux qui semblait bouder le nord de l’Alsace et de la Moselle. Quant à la pression atmosphérique, elle est restée plutôt stable avec un maximum de 1035 hPa  alors qu’elle reste généralement sous les  1030 hPa ; à noter qu’on a atteint les 1033 hPa en novembre 2008. Le seul creux observé en 2011 a été de 1000 hPa le 4 novembre  alors qu’ on plonge souvent sous les 990 hPa à cette époque de l’abbée : 978 hPa l’année dernière, 986 hPa en 2009, 989 hPa en 2008 à titre de comparaison.

En conclusion

C’est donc un mois de novembre atypique que nous avons connu en cette année 2011,  un mois très ec, anticyclonique, marqué par les brouillards fréquents, qui tranchera d’une manière nette avec le temps qui règnera au mois de décembre 2011 qui ressemble déjà plus à un mois de novembre classique qu’à un début d’hiver ! Mais ce bilan a été rédigé le 9 décembre, soyons prudents, le vent peut encore tourner ! N’est-ce pas cela le plus passionnant dans notre région, ces changements inopinés dus à notre situation géographique placée entre le climat océanique (décembre 2011 ?) et continental (novembre 2011) !

Jean Beck


 
    7] Remerciements


à  Fabien, Jean, Charles et Yves pour leur participation à ce dernier numéro de l’année.

Contact > jl.feltmann@meteo-reding.com

 

La rédaction vous souhaite un Joyeux Noël et un bon réveillon de la St Sylvestre.

A l’année prochaine, rendez-vous le 10 Janvier 2012.

Jean-Luc