Association CLI.M.A. 57-67-68
Identification
 
Nouveau? Créer un compte !
dimanche, le 10 JUILLET 2011
Lettre d'informations n°47 - CLI.M.A. 57-67-68


Nouveautés et informations sur l’association CLI.M.A. 57-67-68,
météo, climato et photo en Alsace-Moselle.


    1] Les dernières nouvelles...


Bonjour à toutes et à tous,

C'est l'été, les vacances, le farniente avec cela peut-être un peu de lecture ! Alors pourquoi pas vous plonger dans le temps avec le livre de notre Président pour ceux qui ne l'ont encore pas lu.

Le livre (2000 ans de climat en Alsace et en Lorraine) de Jean-Sébastien Beck se vend bien et l'auteur ne ménage pas ses efforts entre les séances de dédicaces à la librairie, au supermarché, des interviews radios et télés, des conférences sur le climat et j'en passe...

Voici un aperçu ci-dessous

 


 

La campagne de promotion du livre « 2000 ans de climat en Alsace et en Lorraine »

La parution de l’ouvrage début juin 2011 a mis en branle tout un programme de médiatisation, préparé depuis l’automne dernier par plusieurs fervents membres de notre association ; il faut rendre hommage à la vitalité de notre réseau en Moselle qui fut à la pointe des évènements qui suivirent  tandis que la Coprur, la maison d’édition, mettait immédiatement l’ouvrage sur les étagères de 22 points de vente et non des moindres ; la Fnac et la Libraire Kléber, entre autres, furent vite dévalisées et le livre figure dans les meilleurs ventes sur le site de l’éditeur. Ce succès  nous ravit bien entendu mais ce n’est pour le moment que le début d’une campagne qui va se prolonger tout l’automne.


 

En quelques points les actions menées depuis le 10 juin :

10 juin : 14h Enregistrement d’une interview sur Virgin Radio à Sarrebourg avec Jean Luc; des extraits passeront sur les ondes locales la semaine suivante

14 juin : 1h30 d’interview à Sarre-Union par le journaliste Albert Weber des DNA 

14 juin : 15h conférence sur l’évolution du Climat à la maison de Retraite de Rohrbach-les-Bitche avec Fabien

15 juin : 9h30 suite de l’interview des DNA à Wimmenau

15 juin : 16h – 17h émission en direct sur les ondes de Est-FM (émet sur le nord du Bas-Rhin et en Moselle)

17 juin : de 10h à 12h émission en direct sur les ondes de radio Studio 1  à Bitche, suivi des dédicaces du livre dans les studios

17 juin : 14h Préparation des conférences de juillet  et de l’expo à Bouxwiller

18 juin : 10h – 18h dédicaces à la Maison de la presse de Sarrebourg avec Jean Luc ; battage de Virgin Radio et du Républicain lorrain qui fait une interview sur place


 

19 juin : parution de l’article sur l’ouvrage dans les DNA, pages locales Saverne-Sarre-Union

21 juin : 9h30 interview avec Valérie Bapt du journal L’alsace

21 juin : parution de l’article sur l’ouvrage dans les pages régionales des DNA

22 juin : parution de l’article sur l’ouvrage dans L’Alsace (Haut-Rhin)

23 juin : 12h-15h30 Equipe de France 3 Alsace en tournage à Wimmenau avec Odile Barthélemy

Le reportage en cliquant sur le lien > http://alsace.france3.fr/info/2000-ans-de-climat-en-alsace-et-en-lorraine-69442085.html?onglet=videos&id-video=STRA_1446143_230620111625_F3

24 juin : parution de l’article dans le Républicain Lorrain

25 juin : 14-18h dédicaces  à la Maison de la presse  au Super U de Rohrbach-les Bitche

28 juin : 7h50 interview  par Félicien Muffler à France Bleue Alsace MW en dialecte


 

30 juin : 9h30 installation de l’exposition « Les aléas due notre climat » à Bouxwiller : matériel de communication de l’assoc à disposition tout comme le livre en dépôt vente

1er juillet : 10h enregistrement des flashs « le temps autrefois » dans les studios de Est FM et du jingle pour la rentrée de septembre (plusieurs passage par jour)

2 juillet : début officiel de l’exposition à Bouxwiller

Mais ce n’est pas terminé car, malgré les vacances d’été, les activités continuent 

8 juillet : 9h05 émission avec Félicien Muffler sur les ondes moyennes de France Bleue Alsace

8 juillet : 20h conférence sur l’évolution du climat (évolution jusqu’au 16e siècle) au Point info Tourisme, place du Château à Bouxwiller

9 juillet : 9h30 -18h journée de dédicaces à l’hypermarché Leclerc de Marmoutiers

29 juillet : conférence sur l’évolution du climat du 16e au 20e siècle toujours dans le lieu d’exposition de Bouxwiller

30 juillet : 10h rangement de l’exposition à Bouxwiller

2 août : Mise en place de l’exposition au Musée Oberlin à Waldesbach

7 août : 17h conférence sur les bouleversements climatiques au ban de la Roche du temps du pasteur Oberlin au Musée Oberlin à Waldersbach

30 août : rangement de l’exposition à Waldersbach


 

Pour le moment d’autres actions sont déjà planifiées : une opération de dédicaces aura lieu à Sélestat le 15 octobre (Librairie Wackenheim), une conférence à Strasbourg le 7 septembre et au jardin Botanique de Saverne le 11 septembre, une conférence à Kingersheim à 20h le 7 octobre grâce à Julien alias Judd (IC); des dédicaces auront lieu fin novembre et décembre à Obernai, Geispolsheim,  Mundolsheim et Soufflenheim grâce à Charles, une autre à Sarrebourg (dates non fixées).

Restent les contacts qui n’ont pas encore fonctionnés : radio Mélody de Sarreguemines, radio Liberté de Haguenau, radio Azur de Sélestat,  et les télés : entre autres  Alsace 20, TV Cristal, la télé de Sélestat, …

Vous voyez que nous n’avons pas chômé depuis un mois ! Et c’est sur ces bonnes nouvelles que je vous incite à me communiquer, si vous en avez encore, vos contacts pour les expos, les dédicaces, les conférences, notamment dans les secteurs où nous n’avons encore peu ou rien fait : vallée de la Bruche, Sud du Bas-Rhin, région de Metz, nord-est du Bas-Rhin !

Et pour ceux qui ont la chance de partir en vacances, bon vent ou bonne brise et surtout beaucoup de soleil dans votre tête et dans votre cœur !

Jean Beck de Wimmenau


 

N’oublions pas les anniversaires du mois de juin et début juillet

Rémi de Oudrenne (57) le 20.06

Roland de Goetzenbruck (57) le 27.06

Hervé de Wintzfelden (68) le 06.07

Alexandre (mieux connu sous le pseudo Alex67) de Gries (67) le 07.07

Bonne Anniversaire à vous quatre de la part du comité.


 

Vous retrouverez pour cause de congés votre prochaine newsletter le 10 septembre prochain

A toutes et à tous, je vous souhaite de passer de très bonnes vacances

A bientôt

Jean-Luc de Réding


 
    2] Vous avez dit sécheresse ?


À l’heure où j’écris ces lignes, une cinquantaine de départements souffrent de la sécheresse et font l’objet de restrictions d’eau. Chaque jour donc, mes confrères de la télé y vont de leur couplet sur le sujet, avec carte des régions touchées par le phénomène et interview larmoyante d’un agriculteur contraint de conduire ses vaches à l’abattoir. Quelques instants plus tôt en revanche, une jolie jeune femme bien bronzée nous a expliqué, en fronçant légèrement le sourcil, qu’une dépression était en train de s’évacuer par l’est mais que l’anticyclone arrivait juste derrière et que le soleil serait donc de retour pour le week-end. Ouf ! Le barbecue dominical est sauvé !


 

Il faut l’admettre, la France d’aujourd’hui est urbaine ou rurbaine à 90 % et, non seulement elle se fiche de la sécheresse, mais elle aurait plutôt tendance à en redemander. « Quel temps pourri ! », gémissait avant-hier une de mes amies parisiennes au téléphone. Songez donc : il pleuvait depuis un quart d’heure… Pour tous ceux qui cultivent quelques fleurs et autant de légumes dans un minuscule jardin de banlieue, la donne est déjà différente, mais que dire des autres, qui exploitent des dizaines d’hectares ?

Autrefois on se fiait au ciel et surtout à ses occupants. Entre Servais, Pancrace, Mamert, Médard, Barnabé, Pétronille et autres saints réputés bénéfiques ou maléfiques, il y avait les Rogations. « Dieu s’avance à travers les champs », chantait, sur un air de César Franck, le ténor de la chorale, tandis que les enfants de chœur en rouge et blanc, le prêtre et les fidèles investissaient les sentiers. L’officiant en chasuble d’or bénissait les blés et les avoines, suppliant la Sainte Trinité de faire tomber la pluie à bon escient et d’épargner aux récoltes en devenir les affres de la grêle et des orages dévastateurs.


 

Aujourd’hui, le clergé n’a plus cure de la météo et quand le ciel n’est pas de leur côté, les paysans s’en prennent plus volontiers au gouvernement ou à l’Union européenne. L’autre jour, en Charente-Maritime où les maïs menacent de sécher sur pied, ils avaient organisé une manifestation avec distribution de tracts. « Et vous pensez que ça va faire pleuvoir ? », questionnait, faussement naïf, un automobiliste de bon sens. Non, bien sûr, mais les exploitants avaient repéré un ou deux ruisseaux qui avaient encore un peu de courant et ils en voulaient leur part.

Ce qui me frappe, dans ces régions où l’eau est rare, c’est qu’on ait eu l’idée d’y planter du maïs, une plante toujours assoiffée, et que, pour l’arroser, on n’ait rien trouvé de mieux que de lancer vers le ciel des jets qui perdent en route la moitié de leur eau. Que n’est-on allé chercher des solutions du côté d’Israël ? Là-bas, on fait pousser jardins et vergers en plein désert, en irriguant bien sûr, mais sans perdre une goutte du précieux liquide. Encore quelques années de sécheresse et les ruraux, comme les citadins, retrouveront peut-être le chemin du bon sens.

Monique HECKER  > RL du 05.06.11 (7 hebdo)

Jean-luc de Réding

 
    3] Les vendanges et la climatologie (suite)


On apprend des choses plus étonnantes encore : en 1183, les vendanges commencèrent dans l'Est fin juillet. En 1297, à Colmar, les raisins sont mûrs à la Saint-Dominique (4 août). On peut apprendre aussi qu'en 1420, en Lorraine, les vignes sont vendangées le 18 juin. En 1483, il a fait si chaud que l'on a, paraît-il, fait deux vendanges, la deuxième après la Saint-Rémy. Toutes ces dates de vendanges nous semblent très précoces. Comme si cela ne suffisait pas, l'abbé Cochet (1866) indique qu'au Moyen-âge, la messe de la Transfiguration (6août) était célébrée avec le vin nouveau. Cela veut donc dire qu'à cette époque, le 6 août, en moyenne, le raisin était mûr.


L'implantation de la vigne elle-même paraît très différente de ce qu'elle est de nos jours.
Au Moyen Âge, non seulement la vigne poussait en Normandie et en Picardie, mais aussi en Angleterre.


En 1833, Arago notait dans l'Annuaire du bureau des longitudes :
« A une certaine époque, la vigne était cultivée en plein champ dans une grande partie de l'Angleterre et on y récoltait du vin. Maintenant les soins les plus assidues, une exposition méridionale et très abritée des vents froids, un espalier suffisent à peine pour amener quelques petites grappes à maturité».

 


 

L'existence de vignes en Angleterre, d'après de sérieuses recherches, nécessite des températures moyennes estivales supérieures d'au moins un à deux degrés à ce qu'elles sont actuellement. Ces constatations amènent à penser que le climat a varié au cours des siècles. Grâce à tout un ensemble de techniques et de recoupements, ces changements de climat ou fluctuations climatique comment à être bien connus.


Ces techniques, outre l'étude de la vigne, l'étude des pollens, celle de la croissance des anneaux des arbres, la glaciologie, la datation des sédiments et organismes fossiles permettent de lever le doute ; les périodes chaudes et froides ont alternés depuis des milliers d'années. La dernière période glaciaire a eu son maximum d'intensité il y a 18 000 ans, tandis que la période interglaciaire dont nous bénéficions actuellement a environ 10 000 ans d'existence. Les causes de ces grandes évolutions climatiques sont d’ordre astronomique. Elles dépendent en particulier des modifications de l'orbite terrestre.


Mais à l'intérieur de la période globalement stable qui est encore la nôtre, des variations de moindre ampleur se sont produites : au Moyen-âge les périodes rigoureuses et douces se sont succédé. Elles ont été suivies, entre 1550 et 1870, d'une période de froid que l'on a appelée « le petit âge glaciaire ».
Depuis la fin du siècle dernier et jusqu'en 1940, les études les plus sérieuses admettent que la température du globe a progressé (environ 0.6° en moyenne). Il me semble qu'elle baisserait à nouveau sans que l'on en connaisse encore la cause.

Extrait du livre « Prévoir la pluie et le beau temps » par René Chaboud

Fabien de Gros-Réderching

 


 
    4] Station météo de la base aérienne 128 de Metz-Frescaty


Implantée sur la BA 128, la station météo de l’armée relève températures, taux d’humidité et hauteur des nuages depuis 80 ans. En 2013, elle passera aux civils et sera automatisé…

La suite ici > http://images3.photomania.com/1201880/1/rad0BC2F.jpg

Source > RL du 05.07.11

Thierry de Corny sur Moselle


 
    5] Le soleil entame un cycle d'hibernation


Le Soleil devrait connaître une longue période inhabituelle de très faible activité, ce qui pourrait affecter le climat terrestre.

Des astronomes américains ont observé une diminution des taches solaires et un ralentissement de l’activité près des pôles, des signes que le Soleil s’achemine vers une période prolongée de calme plat.


 

Alors que le cycle actuel du Soleil, le 24 e débuté en 2008, commence à accélérer son activité vers un maximum qui se mesure en nombre de taches*, des recherches sur l’activité intérieure de l’astre, de sa surface visible et de sa couronne laissent penser que le prochain cycle pourrait être très calme voire inexistant, selon des scientifiques du National Solar Observatory (NSO) et de l’Air Force Research Laboratory.

« Si nous ne nous sommes pas trompés, le cycle actuel pourrait être le dernier d’activité solaire maximum que nous verrons avant plusieurs décennies », souligne Frank Hill, directeur adjoint du NSO et principal auteur de l’une des recherches. Qualifiant ce phénomène de « très inhabituel et d’inattendu », l’astronome a estimé que cela « affecterait un grand nombre de choses, de l’exploration spatiale au climat terrestre ».

Ainsi, dans le passé, une faible activité magnétique solaire prolongée a coïncidé avec des glaciations. Pendant ces périodes, l’atmosphère terrestre se refroidit et se contracte et les tempêtes magnétiques près des pôles (aurores boréales) se raréfient.

La première question est celle de savoir si ce ralentissement de l’activité solaire présage comme de 1645 à 1715 en Europe, un petit âge glaciaire. Selon Georg Feulner du Potsdam Institute en Allemagne, une forte réduction de l’activité solaire ne compensera pas le réchauffement lié aux émissions de CO2.

* Le nombre de taches solaires s’accroît et retombe tous les onze ans environ (durée d’un cycle)

Source > RL du 16.06.11

Jean-Luc de Réding


 
    6] Stand CLIMA à la brocante de Corny/Moselle


Une équipe réduite de CLIMA, composée en fait de Dan et de Jean, s’est rendue le dimanche 5  juin  à la grande foire à la brocante de Corny, un point sur la carte de l’Ouest mosellan au Sud de Metz ; cette commune qui se trouve dans une zone très peu fréquentée par les membres de l’association, hormis notre dévoué Thierry Hauuy, le maître de céans en termes de météorologie, (car c’est lui qui gère la station située dans le village) est un lieu très lumineux et agréable, d’autant plus que le beau temps était de la partie ce jour-là. Egalement très occupé comme l’un des organisateurs de cette manifestation, Thierry nous a déniché un site de choix en plein milieu des exposants, ce qui nous a valu d’avoir de nombreuses visites sur le stand et de faire quelques rencontres intéressantes tout au long de cette éprouvante journée car…l’ ambiance était très estivale, d’accord, mais  à grosse tendance orageuse ; la sueur gouttait sur nos petits fronts rôtis par l’astre du jour à travers la bâche censée nous en préserver .

Mais notre abri 3mX3m a bien joué son rôle en nous évitant l’insolation, car le soleil tapait dur, de temps en temps des exposants voisins s’y mirent à couvert, hospitalité oblige ; notre place stratégique transforma aussi notre station météo en point information (notamment pour expliquer où se trouvaient les toilettes, transformant par moment Dan en Monsieur Pipi de CLIMA –mdr-) de la foire. Peu de chalands venaient découvrir spontanément nos sites (celui de notre association et celui de Corny) ou montrer un intérêt quelconque pour le climat et la météo….mais il se trouve que les éléments qui naviguaient dans le ciel, devenant de plus en plus menaçants, en inquiétèrent plus d’un ; « est-ce que ça va tomber ? », « l’orage est pour nous ? » ou bien « « comment on saura si l’orage va nous tomber dessus ? », autant de questions qui, subitement et à notre plus grand plaisir, vinrent s’échouer sur notre petit stand pépère ; c’est que, jusqu’à cet épisode orageux, nous n’avions eu que peu de contacts intéressants malgré nos efforts pour attiser la curiosité des passants ; mais voilà, le temps changea, l’anxiété se devinait dans les rides de ceux qui scrutaient le ciel et ……  avec beaucoup de malice, à la dernière question posée, Jean répondit : « quand on aura plié notre stand, il pleuvra ! ». De la poudre aux yeux pensèrent la plupart, sans toutefois l’exprimer haut et fort pour ne pas nous blesser.


 

Les grondements du tonnerre se rapprochèrent davantage ; nous avons vite fait  de ranger nos affaires quand il devint évident que la cellule sur notre écran d’ordinateur fonçait droit sur notre position ! On allait leur montrer qu’on ne plaisantait pas ! Et ce qui devait arriver arriva ; une ondée se mit à arroser la brocante semant une certaine panique dans la foule et surtout auprès de ceux qui n’avaient rien pour se mettre à l’abri ; les sceptiques de tout à l’heure comprirent à leurs dépens que nous n’avions pas agi à la légère et que nous étions de vrais météorologues en chair et en os, amateurs certes, bénévoles ça va de soi, mais COMPETENTS ! Nous eûmes du mal à retrouver Thierry pris dans les mouvements de foule qui s’affairait en tous sens, mais grâce à la sonorisation des lieux, nous le retrouvâmes rapidement pour lui rendre son équipement informatique (bien sec) et pour conclure la journée autour d’un pot qui fut le bienvenu, merci encore Thierry, autrement nous aurions pu mourir de soif comme les chameaux dans le désert car notre glacière était vide depuis un moment !

Mais pour nos comparses de CLIMA, la journée n’était de loin pas terminée puisque Thierry était de service à la brocante et qu’il restait  aux autres à retrouver le (bon) chemin de retour (160 km), ce qu’ils firent en se fiant malheureusement un peu trop au GPS qui les perdit un bout de temps dans la campagne mosellane, les obligeants à faire un peu de tourisme, une fois n’est pas coutume ! Il me reste à ajouter que l’initiative de Thierry est très intéressante car ce type d’opération permet de mieux faire connaître nos stations et de bien les situer au sein de notre réseau associatif, sans chercher à tout prix le « rendement » ; en conclusion un de nos visiteurs souhaite se raccrocher à nous dans un avenir plus ou moins proche et 2 photographes seraient intéressés pour poster sur www.clima.fr. S’ils nous lisent ils se reconnaîtront. Bon été à tous et à bientôt, à la rentrée !

Jean Beck de Wimmenau et son compère Dan


 
    7] Eclipse totale de la lune, c'est à Blandas qu'il fallait être !


Une éclipse totale de Lune se produit deux fois par an, lorsque la Lune passe dans le cône de pénombre puis d'ombre de la Terre, rappelle l'AFA, l'association française d'astronomie. Le Soleil, la Terre et la Lune sont alors quasiment alignés, ce qui correspond à la phase de la pleine Lune.

Cachée du Soleil, notre satellite ne disparaît pas comme on pourrait le penser. En passant dans l'ombre de la Terre, la Lune prendra une teinte cuivrée plus ou moins rouge, caractéristique des crépuscules terrestres. Ce phénomène remarquable est dû à la réfraction de la lumière provenant de l'atmosphère terrestre qui éclaire la surface lunaire.

Photo prise à 23h40 le 15.06.11 par notre ami Vonguckel à Blandas (Gard) où le ciel était clair avec un vent nul et sous une température de 15° précise notre reporter permanent.

Jean-Luc de Réding


 
    8] Les photos du mois de juin retenues par le jury


Pour ce mois de Juin, l'accent a été mis sur les nuages.

Avec un temps souvent orageux, le ciel a permis à nos photographes de réaliser de beaux clichés. Le solstice d'été n'a pas été oublié avec un coucher de soleil tardif.

(Quand la journée est belle, même le soleil ne veut pas se coucher !) 

Yves de Flexbourg 


 
1) Un cb au-dessus de la Forêt Noire, lieu Wimmenau parc des Vosges du nord le 27/06/11 à 18h00 auteur Jean Beck

 
2) Un splendide specimen sur les Vosges, lieu Wimmenau parc des Vosges du nord le 06/06/11 à 19h10 auteur Jean Beck

 
3) Forte chaleur, lieu Illkirch-Graffenstaden près de la ferme Schaffart le 27/06/11 à 18h00 auteur René du 67

 
4) Gros orages sur la Forêt Noire, lieu Wimmenau parc des Vosges du nord le 28/06/11 à 15h50 auteur Jean Beck

 

5) Orages en direction de l'ouest, lieu Molsheim le 04/06/11 à 22h50 auteur Kevin 67

Félicitations Kevin pour ta première photo retenue par le jury


 
6) Aprés la pluie le beau temps, lieu Duppigheim le 14/06/11 à 16h40 auteur René du 67

 
    9] Bilan climatique du mois de juin dans notre région


JUIN 2011: MITIGE MAIS PLUS PROCHE DES NORMALES

 

Ce premier mois de l’été météorologique a été beaucoup plus mitigé, après un printemps particulièrement chaud et sec. Il a été également le 6ème mois d’affilé avec des températures excédentaires, certes l’écart n’a plus été aussi important que lors des mois précédents mais au final notre région reste encore au-delà des normales saisonnières. Côté ciel les périodes estivales chaudes et ensoleillées, surtout présentes lors de la première décade puis à nouveau en dernière décade, ont alterné avec d’autres périodes plus nébuleuses, plus humides et beaucoup plus fraîches.

 

TEMPERATURES 

Avec une température moyenne de 17.6° sur notre région, l’excédent thermique est de l’ordre de 1.5 à 2° selon les stations. C’est surtout en tout début de mois que la fraîcheur a été sensible, mais des nuits plutôt fraîches,  il y en a eu également en fin de première décade et début de seconde. La température minimale absolue a été enregistrée à Gros-Réderching (57) avec 5.3° le 12, suivi de très près par Réding (57) et Wimmenau (67) avec respectivement 5.4°. C'est en fin de mois lors d'une courte mais intense vague de chaleur qui a duré trois jours, que les températures les plus élevés ont été observées. Le pic de chaleur a été atteint le 28 où notre région a subit une véritable bouffée de chaleur entre +33 et +35° Celsius. La température maximale absolue sous abri a été relevée à Kraft (67) avec 35.6° suivie de près par Bust (67) et Sarrebourg (57). Mais avec l'effet urbain et donc à l'intérieur des grandes agglomérations 36.7° ont été relevé à Illkirch-Graffenstaden.

 


 

PLUVIOMETRIE


JUIN 2011 a mis enfin un terme à la longue période de sécheresse, parfois extrême, que notre région a subit depuis la fin de l’hiver, même si certains secteurs restent encore quelque peu sur leur faim. Les précipitations normales pour un mois de Juin devraient se situer entre 76 et 80mm selon les secteurs. Au bilan pour nos stations les cumuls varient entre 65mm à Gries (67) et presque 100mm à Monswiller(67), plus globalement donc et à quelques exceptions près, la plupart des stations ont atteint ou dépassé la normale, grâce notamment à quelques bonnes averses assez répétitives ou suite aux orages. De quoi redonner enfin le sourire aux exploitants agricoles après plusieurs mois de vaches maigres !

 


 

ENSOLEILLEMENT

Malgré un mois assez incertain, le quota de la durée de l’ensoleillement a été plus ou moins atteint sur nos régions, l’ensoleillement normal devrait varier entre 178 et 189 heures. Ce mois-ci on relève par 173 heures à Réding (57), pour les autres stations les données sont incomplètes.

Fabien de Gros-Réderching


 
    10] Remerciements


à Yves, Jean, Fabien et Thierry pour leur participation à ce numéro.

Contact > jl.feltmann@meteo-reding.com