Association CLI.M.A. 57-67-68
Identification
 
Nouveau? Créer un compte !
mardi, le 10 MAI 2011
Lettre d'informations n°45 - CLI.M.A. 57-67-68


Nouveautés et informations sur l’association CLI.M.A. 57-67-68,
météo, climato et photo en Alsace-Moselle.


    1] En bref !


Bonjour à toutes et à tous,

Les anniversaires du mois d'avril et début mai:

Valentin de Sélestat (67) le 11.04

Didier  de Buhl (68) le 24.04

Thierry de Corny/Moselle (57) le 05.05

A tous un très Joyeux Anniversaire


 

Clin d'oeil pour la photo et coup de chapeau à notre webmaster Jérôme qui avait du pain sur la planche ces derniers jours avec la migration de notre site.

Regardez bien la photo prise par Jérôme à Tournan en Brie (Seine et Marne) on peut y lire ICI


 

C'est une première et je suis content pour lui, dans les photos du mois d'avril vous en retrouverez deux de Fabien de Gros-Réderching retenues par le Jury.

Félicitations mon ami.


 

Bienvenue à Sébastien de Enchenberg (57) qui vient de rejoindre notre association.

Et pour finir n'oubliez pas chers adhérents l'Assemblée Générale qui aura lieu le Samedi 21 Mai à 14h30 dans le très beau Jardin Botanique de Saverne.

Jean-Luc


 
    2] Très chaude décennie 2001-2010


Selon les principales agences météorologiques mondiales,  2010 se classe comme l’une des deux années les plus chaudes depuis cent trente ans. D’après la national oceanic and atmospheric administration, la national aeronautics and space administration et l’institut Godard pour les études de la Nasa, 2010 devance 2005 de 0,62° au classement des années les plus chaudes de l’histoire. Et ce, devant 1998, 2003, 2002, 2009 et 2006. Par contre, pour l’Agence japonaise de météo, 2010 n’arrive qu’en seconde position, juste derrière 1998. Toutefois, avec une moyenne des températures de 14,46° tous les scientifiques s’accordent à dire que la décennie 2001-2010 est incontestablement la période la plus chaude jamais enregistrée à l’échelle de la planète.

Dans le détail, 2010 a présenté de grandes disparités régionales. S’agissant de ces variations, les écarts positifs les plus importants avec les températures moyennes locales de long terme ont été enregistrés dans l’hémisphère Nord ; en particulier au Canada, en Alaska, au Moyen-Orient, en Europe de l’Est et en Afrique du Nord. A l’inverse, les moyennes de températures les plus fraîches ont été relevées en Scandinavie, en Russie et en Australie.


 

A l’échelle de l’Europe, 2010 s’inscrit par contre comme une année plutôt  ‘’froide’’.  Météo France révèle ainsi qu’avec  « une température annuelle inférieure de 0,3° à la moyenne de référence 1971-2000, 2010 se positionne en France comme la plus fraîche de ces deux dernières décennies »  Il faut même remonter à 1987 pour trouver une température moyenne comparable à celle enregistrée en 2010. Laquelle a par ailleurs été marquée, à l’instar de toute la planète, par «  plusieurs épisodes météorologiques extrêmes, amenés à être toujours plus nombreux à l’avenir, tels que les fréquentes chutes de neige durant l’hiver, la tempête Xynthia et les inondations du Var »

Source > Hebdo du RL

Jean-Luc    


 
    3] Les plantes ne font pas de prévision


Les plantes, nous l’avons tous vérifié, sont très sensibles au temps qu’il fait. Mais on a voulu découvrir la plante miracle, celle qui en savait un peu plus encore, celle qui dirait tout du temps qu’il ferait. C’est un professeur autrichien, le professeur Lowak, qui se lança dans l’aventure et fit la découverte mirifique. En 1984 il vantait les mérites de l’Abrus precatorius. Par la position et l’orientation de ses feuilles, cet arbuste était capable de prévoir la pluie et le beau temps.
Hélas ! Au bout de quelques années il fallut se rendre à l’évidence. L’abrus ne faisait pas mieux que l’artichaut ou les pommes de pin.
Outre qu’elles font pleurer, on va voulu parer les pelures d’oignons d’autres vertus : « Si les oignons sont revêtus d’épaisses et nombreuses couches, l’hiver prochain sera froid. »
Si le fait devait se vérifier, s’il était aussi facile de faire des prévisions à longue échéance, la Météorologie nationale s’y adonnerait volontiers. Et depuis longtemps déjà les meilleurs météorologistes se seraient spécialisés dans la culture des oignons.


 

Sans mépriser l’intérêt de ces observations, il importe de les inscrire en dehors de la science. Quels que soient le sens et l’instinct des animaux, il ne sera pas possible de « comprendre » par de telles méthodes les mécanismes qui régissent les mouvements de l’atmosphère terrestre. Or il est vain de prétendre prévoir le temps avec quelque certitude sans « comprendre ». Etre réaliste ne veut pas qu’il faut se désintéresser du monde qui nous entoure. Il est vrai que la sensibilité différente ou plus aiguisée de certains animaux leur permet, mieux que nous, de ressentir certains phénomènes et de modifier leur comportement.


L’observation de la nature s’est toujours révélée profitable. La meilleure preuve est que vous ne trouverez personne, parmi ceux qui la pratiquent, pour prétendre le contraire.

Extrait du livre « Prévoir la pluie et le beau temps » par René Chaboud

Fabien


 
    4] L'hiver météorologique 2010/2011 à Haegen


L’hiver météorologique 2010/2011 (du 01/12/10 au 28/02/11) a finalement été trop doux : sa moyenne de +2° est de 0,5° supérieure à celle des 50 dernières années, mais 0,3° inférieure à celle des 25 dernières. Les records extrêmes étant de -3,3° en 1962/1963 et de +6° en  2006/2007!

La pluviométrie est excédentaire : 296 mm au lieu d’une moyenne de 232 mm (depuis  18 ans) ; à noter 121 mm seulement en 2005/2006 et 416mm en 1993/1994…Par contre depuis la mi-janvier,  62 mm de pluie seulement : nous sommes dans une période de sècheresse qui semble vouloir perdurer.

 


 

Si l’on considère l’ensemble de l’hiver (novembre 2010 à avril 2011), on constate qu’il a été précoce : les premiers flocons tombent le 24 novembre et une couche de neige se forme le lendemain ; celle-ci tiendra jusqu’au 6 janvier de façon continue (sauf les 12 et 13 décembre), son épaisseur atteindra son maximum de 22 cm juste pour Noël ! Soit 26 jours de neige et 40 jours avec un sol enneigé, dont 23 consécutifs ; durant cette même période il y a eu 37 jours de gel et 16 jours d’hiver ; et puis ….plus rien ou presque !

Pour tout l’hiver il y a eu :

61 jours de gel (moyenne 80 sur 50 ans et 67 sur les 25 dernières années); records 16 en 2006/2007 et 124 en 1968/1969 !

23 jours d’hiver (22 et 19); records  4 en 2006/2007 et  57 en 62/63 !

Une  seule température inférieure à -10° (4 et 3); aucune pendant 12 hivers mais 26 en 62/63 !

31 jours de neige (32 et 28); records 8 en 2006/2007 et 64 en 69/70 !

38 jours avec un sol enneigé (34 et 29) ; records 9 en 2007/2008 et 99 en 69/70 !

27 jours avec  brouillard (17 et 17); records 6 en 85/86 et 35 en 88/89.

35 jours de pluie (29 et 31); records 10 en 66/67 et 52 en 94/95 

 


 

La hauteur de neige cumulée a été de 1m13 dont 1m07 rien que pour décembre 2010 ! (62cm et 55 cm) ; records 8cm en 91/92 et 1m85 en 69/70 !

La hauteur de neige maximale a été de 22 cm (18 cm et 14 cm) ; records 2 cm le 17/02/92 et 55 cm le 12/02/69 !

Premier jour de gel : le 22 octobre (28 octobre et 5 novembre) ; records 17/09/71 et 11/12/06 !

Premier jour de neige : le 24 novembre (23 novembre et 25 novembre) ; records 21/10/03 et 23/01/07 !

Premier jour de sol enneigé : le 25 novembre (8 décembre et 17 décembre) ; records 04/11/66 et 24/02/88 !

Dernier jour de gel : le 20 mars (13 avril et 2 avril) ; records 19/05/68 et 05/02/07 !

Dernier jour de neige : le 24 février c’est un  record absolu : le précédent datait du 02/03/02 ; (7 avril et 3 avril) ; le plus tardif datait du 21/05/87 !

Dernier jour de sol enneigé : le 23 février (23 mars et 23 mars) ; records 29/04/85 et 03/02/90 !

Charles

 


 
    5] Réflexion à propos de la sécheresse de cette année ?


De tout temps notre climat semi-continental (qu’on pourrait tout aussi bien appeler « semi-océanique ») est marqué par des périodes qui sortent de l’ordinaire, vous le savez très bien, fidèles  visiteurs du site « CLIMA ».

L’influence océanique subit des fluctuations périodiques parfois imprévisibles qui favorisent un arrosage plus ou moins important de notre région comme ce fut le cas toute l’année dernière, mis à part le mois d’avril (déjà ?) qui fut marqué par un léger déficit pluviométrique qui est passé quasiment inaperçu tant les cumuls pluviométriques étaient abondants! Après le mois d’avril sec, l’été fut très humide, pas en juin (léger déficit) mais en juillet, et pire encore en août, où nous avons subi des cumuls 2 à 3 fois plus importants que la normale ! Cette vague d’humidité fut encore plus prononcée en novembre et décembre avec des cumuls  par endroits supérieurs de 300 à 400% sous forme de neige principalement en décembre ! A titre d’exemple il est tombé sur toute l’année 1136 litres au m2 à Wimmenau, ce qui est presque un record en soi !

 


 

Ce qui est intéressant à étudier sur le long terme, c’est comment les influences des deux climats principaux qui nous concernent, l’océanique et le continental, arrivent à s’équilibrer dans un délai plus ou moins rapide et sur une durée plus ou moins longues.  On a connu au cours de notre histoire de très longues périodes pluvieuses ponctuées d’inondations dévastatrices comme on n’en connaît plus guère aujourd’hui ; les catastrophes  qui ont noyé la plaine du Rhin et nos vallées, découlant de longues périodes de pluie (et non de phénomènes locaux comme les pluies torrentielles sous orages par exemple), sont des phénomènes exceptionnels  comme ce fut le cas fin 1910 et début 1911.

A l’opposé, les périodes de sécheresse  sont également assez fréquentes, généralement de durée raisonnable, et passent souvent inaperçue ; celle d’avril 2007 où il n’a quasiment pas plu a été courte et contrebalancée par 4 mois consécutifs humides, de mai à août ( et tant pis pour les estivants). Les dommages à la culture ont été quasi inexistants. D’autant plus que l’hiver 2006/2007 a été plus que généreusement arrosé, avec presque le double des pluies habituelles  de décembre à mars !


 

Cette année 2011 la situation est légèrement différente ; certes on a eu une année 2010 très humides et ce ne sont pas les réserves  d’eau qui manquent, la nappe phréatique ayant été abondamment pourvue !  Si l’ensemble de l’hiver a été également favorisé par les précipitations généreuses jusque vers le 15 février, la sécheresse s’est installée progressivement à partir de la mi-février pour durer (à l’heure où est rédigé cet article) 3 bons mois avec un déficit évoluant selon les stations (plus ou moins favorisées par les pluies orageuses) entre 60 et 40%. Cette fois-ci le nord de la région semble davantage frappé alors qu’il avait subi, bille en tête,  les assauts des intempéries de cet hiver.

Si la situation devait perdurer cela deviendrait vite alarmant, d’autant plus que le vent est très présent et participe au desséchement général; les plantes comme les arbres commencent à accuser le coup comme c’est le cas sur le sol sablonneux des Vosges du Nord . En général  lorsque le temps tourne à l’orage et que des pluies torrentielles tombent sur un sol très sec, même s’il n’est pas durci, seul le ruissellement  permet d’évacuer les pluies et cela peut faire des ravages dans les lieux en pente, en montagne ou aux alentours, dans les zones des collines sous-vosgiennes ; les coulées de boue et de sable sont fréquentes dans ces cas-là ! Parions que dame Nature saura rééquilibrer les choses en douceur….et que les pluies que nous attendons tous de voir tomber permettent d’humidifier les sols progressivement afin de faciliter l’absorption  des cumuls que chacun souhaite raisonnables, ceci au profit  de  la réalimentation de nos sources et de la nappe phréatique.

Jean BECK


 
    6] Les photos du mois d'avril retenues par le Jury


Après un mois de Mars terne, nos reporters ont repris leur apn pour ne pas manquer les couleurs printanières.

Floraison, ciel flamboyant, paysages lumineux, tout était là pour nous régaler!

Yves


 
1) Soleil levant, lieu > Duppigheim le 07.04.11 (06h50) auteur René du 67

 
2) Les abeilles sont à l'oeuvre, lieu > Gros-Réderching le 19.04.11 (19h00) auteur Fabien 57

 
3) Lilas sur fond bleu azur, lieu > Gros-Réderching le 25.04.11 (18h00) auteur Fabien 57

 
4) Soleil levant derrière le massif de la fôret-noire, lieu > Duppigheim le 19.04.11 (06h40) auteur René du 67

 
5) Altocumulus au-dessus de mon cerisier, lieu > Wimmenau parc des Vosges du nord le 08.04.11 (19h20) auteur Jean Beck

 
6) Une frise printanière, lieu > Wimmenau parc des Vosges du nord le 09.04.11 (18h30) auteur Jean Beck

 
    7] Le bilan climatique du mois d'avril dans notre région par Fabien


AVRIL 2011: CHAUD, TRES SEC ET TRES ENSOLEILLE

 

Pour la troisième fois en seulement cinq ans, après 2007 et 2009,  ce mois d’avril aura été extrêmement doux, très sec et très ensoleillé. D’ailleurs Avril est généralement réputé pour être un mois capricieux et changeant, tout ceci semble désormais assez loin derrière nous et devient de plus en plus rare ces dernières années. Sècheresse et chaleur ont d’ailleurs anticipé la saison des pollens, ces deniers ont recouvert abondamment et durablement l’ensemble des surfaces et des véhicules. Avec une prédominante anticyclonique le temps aura été peu capricieux durant ce mois. En moyenne la pluie est tombée durant 4 à 6 jours, notamment à la fin du premier week-end,  puis en début de seconde décade, ensuite il y a eu quelques orages durant la semaine Pascale qui ont également contribué à arroser localement terres et jardins puis d’autres orages ont de nouveau éclaté par endroits en fin de mois. Mais bien entendu l’arrosage est resté bien insuffisant car très irrégulier, ne parvenant pas à rétablir la situation hydrique des sols qui devient de plus en plus inquiétante avec la persistance de cette sécheresse depuis de trop longues semaines. D’ailleurs certains cours d’eau sont déjà à un niveau extrêmement bas pour cette époque de l’année.


 

TEMPERATURES


Ce mois-ci aura donc connu un excédent thermique de l’ordre de 3 à 5° selon les secteurs, le mettant ainsi en seconde position des mois d’avril les plus chaud,  juste après avril 2007. Cependant en milieu de mois les matinées ont été encore bien froides et nous avons connu de fréquentes gelées sous abri ou au sol selon l’exposition, la température minimale la plus basse enregistrée ce mois-ci par les stations de notre réseau revient une nouvelle fois à Wimmenau avec -2.9° le 16, cette station a d’ailleurs relevé 6 jours de gel sous abri normalisé. Les journées les plus chaudes ont été observées le 7 puis de nouveau les 22 et 23 avril, juste avant les fêtes de Pâques, avec des températures avoisinant par endroits +27/+28° Celsius. D’ailleurs bien souvent à Pâques il a fait plus beau et plus chaud dans notre région que dans la plupart de celles du bassin Méditerranéen. Avec cette chaleur précoce et ce temps bien ensoleillé la végétation a fait un grand bond en avant permettant ainsi à la floraison des cerisiers et pommiers de débuter beaucoup plus tôt que durant les nombreuses autres années.

 

PLUVIOMETRIE


Avril 2011, comme les mois précédents, aura été très sec sur nos régions. Les cumuls pluviométriques sont encore une fois très inférieurs à la normale, ces derniers varient entre 11 et 26mm, de Kintzheim(67) à Monswiller(67) localement seulement 8mm ont été relevés, comme par exemple à Kingersheim(68). La pluviométrie normale devrait osciller entre 57 et 78mm selon les secteurs. D’ailleurs les mois d’avril se suivent et se ressemblent, en effet Avril 2009 et 2010 ont déjà été bien sec mais pas autant qu’en 2007.


 

ENSOLEILLEMENT

Avril 2011 fait partie avec 2007, 2009 et 2010 des cinq mois d’avril les plus ensoleillés depuis 1951. Peggy ; Quirina ; Ruth ; Stephanie et Tijen, sont ces différents anticyclones qui se sont succédés durant ce milieu de printemps, au final la durée de l’ensoleillement dans les différentes stations de notre réseau oscille entre 246 et 300 heures, de Réding(57) à Kraft(67), avec en passant 277 heures à Sarrebourg(57), Sélestat(67) ne rentre pas dans ces statistiques car les données du mois sont incomplètes. Lors d’un mois d’avril normal l’ensoleillement dans notre région devrait varier entre 151 et 155 heures.

Fabien 

 


 
    8] Remerciements


à Yves, Jean, Charles et Fabien pour leur participation à cette newsletter.

Contact> jl.feltmann@meteo-reding.com