Association CLI.M.A. 57-67-68
Identification
 
Nouveau? Créer un compte !
vendredi, le 10 DéCEMBRE 2010
Lettre d'informations n°40 - CLI.M.A. 57-67-68


Nouveautés et informations sur l’association CLI.M.A. 57-67-68,
météo, climato et photo en Alsace-Moselle.


    1] Les voeux de fin d'année


C’est la  4e fois depuis la création de l’association CLIMA que nous vous présentons nos vœux et c’est avec grand plaisir cette année que nous sonnons le carillon des fêtes !

Ding Dong ! Que les fêtes de fin d’année qui sont déjà à notre  porte, avec la neige qui a posé les jalons d’un hiver passionnant, soient des instants privilégiés de Joie et de Bonheur en famille ou avec les amis !

Ding Dong ! L'embarquement du vol 2011 est annoncé. Vos prochaines escales sont : Santé, Chance, Joie, Bonheur, Amour... et des conditions météo comme vous les rêvez. La durée de votre voyage sera de 12 mois. Rendez-vous au 31 Décembre de l'année à minuit tapante pour un décollage en fanfare.

Très bon et agréable voyage !

De la part du Comité de CLIMA

Le président

Jean Beck

 

 

Nous souhaitons également un très Bon Anniversaire à Valentin (19/11)* Alex (23/11)* et à notre bien sympathique Yves (25/11) de Flexbourg (67).

* Ville non communiqué.


 

Le 20 novembre a eu lieu la dernière réunion du comité de l'année 2010 chez notre Président à Wimmenau avec un accueil très chaleureux, comme le veut la tradition maintenant le Beaujolais Nouveau a été dégusté mais aprés plusieurs heures de travail.


 

Un certain nombre de décisions ont été prises, en bref :

Concernant l’activité de l’association

-  Organisation d’une formation météo le 14 ou le 21 mai animée par notre météorologiste professionnel Jérôme HEYD

-  Assemblée Générale prévue en juin

- Rencontres prévues par certains de nos membres avec différents partenaires : Association des arboriculteurs de Gros-Réderching, Syndicat viticole de Dorlisheim…

Concernant l’organisation de l’association

- Paiement des cotisations des membres à partir du 01 avril pour le prochain exercice

- Recherche de nouvelles activités lucratives nécessaires pour l’équilibre des comptes de l’association (confection de tableaux à partir des photos…)

Concernant le site >  www.clima.fr 

-  « Synthèse quotidienne » devient « tendance météo »

- Deux nouvelles rubriques enrichiront le site : « Bibliographie «  et « Matériel météo »

Les membres du comité lancent à nouveau un appel  à tous les  lecteurs de cette newsletter, adhérents ou non de l’association, pour que vous nous transmettiez tout type d’articles qui permettra d’enrichir chaque mois cette rubrique.

Xavier (le secrétaire)

 

 
    2] Des phénomènes étranges


Tout le monde sait ce que c’est qu’une averse, sous forme de pluie, de neige, ou les deux, avec de la grêle, des grêlons, du grésil, de la neige roulée….. mais il y eut des averses bien plus étranges !!!!!

Celles-ci sont recensées dans l’ordre chronologique

(ceux qui me connaissent, savent que j’aime ça !) :


 

·         En 1859  il pleut des épinoches (petits poissons épineux de rivières) dans la montagne d’Ash en Angleterre très loin des rivières et des lacs

·         En 1867 il tombe une averse de noisettes sur Dublin en Irlande en dehors de la présence de Tchaïkovsky (eh oui, l’auteur de « Casse-noisettes »)

·         En 1870 alors que les casques à pointes envahissent l’Alsace-Lorraine il pleut des escargots sur Chester en Pennsylvanie ; chute rapide malgré la lenteur légendaire de ces gastéropodes.

·         En 1892 l’averse étonne car il tombe des moules d’eau douce (ça aurait plu au capitaine Haddock) à Paderborn en Allemagne

·         En  1894 ce sont les méduses qui s’y mettent en dégringolant des nues à Bath ; les gens ont dû être médusés !!!

·         En 1954 c’est une pluie de crabes qui s’abat  sur la Floride aux USA : dire qu’il y en a qui en pincent pour cette région !

·         En 1968 alors qu’en France le mois de mai est à la révolution en France,  c’est une averse d’asticots qui « asticote » Acapluco, la splendide cité d’Amérique du Sud !

·         Le 2 janvier 1973 dans l’Arkansas aux USA il pleut subitement des grenouilles….. et que ça saute ! mais en fait, elles étaient congelées !


 

·         Le 24 septembre 1973 c’est en France, à Brignoles, qu’il tombe  des crapauds, tout droit venus du ciel, pas très ragoûtant !

·         Toujours en 1973 en Algérie on assiste à une pluie d’escargots comme 80 ans auparavant en Pennsylvanie ! mais ce n’étaient pas les mêmes, pour sûr !

·         En 1983 l’averse est encore plus exceptionnelle car c’est du charbon qui tombe du ciel à Bournemouth en Angleterre….. après, ça a dû chauffer  dans les chaumières !

·         En 1984 c’est autour de poissons de mer, des soles et des limandes, qui tombent sur les quartiers Est de Londres….et quelle bouillabaisse au sol !

·         En 1991 on assiste à une nouvelle averse de grenouilles en Grèce…….

 

Et ce ne sont que des exemples car il y a eu bien d’autres phénomènes de ce genre que je vous relaterai dans de nouvelles newsletter ! Mais la question qui se pose est : comment ces phénomènes ont-ils été possibles ? Qui peut répondre à cette question qui nous empêche de dormir…. Qui peut nous rendre le sommeil et nous éclairer la lanterne sera le bienvenu et sa réponse figurera dans la prochaine newsletter….. avec les honneurs dus !

Alors n’hésitez pas de nous envoyer un mail, nous attendons avec impatience !

 

Jean Beck


 
    3] Les dessous du froid


Le vent accentue la sensation de froid. C’est aux Canadiens qu’on doit le système permettant de calculer la température ressentie.

La bise hivernale qui souffle à près de 70 km/h vous cingle le visage, vous grelottez mais le thermomètre indique à peine zéro degré : c’est la différence entre température réelle et température ressentie, telle qu’on peut l’éprouver en France depuis quelques jours.

Pionniers du calcul de la température ressentie, les Canadiens ont élaboré un système appelé indice du refroidissement éolien, qui indique une sensation de refroidissement, effet combiné de la température et du vent. Dans le cas ci-dessus cela donne un indice de -10 traduisant la sensation de froid sur la peau.

Le refroidissement éolien se produit lorsque «  la chaleur du corps qui réchauffe la peau s’est fait balayer par le vent », explique Etienne Kapikian, prévisionniste de Météo France. «  Cela nous fait dépenser plus d’énergie pour nous réchauffer et plus le vent souffle fort plus il empêche la circulation sanguine de réchauffer efficacement la peau. » «  Ce ne sont pas des degrés. Parler de degrés pour la température ressentie c’est un abus de langage, car il ne s’agit pas d’une température mais bien d’un indice de température ressentie », précise-t-il.


 

Une dizaine d’années

Des tableaux d’indice pour cette température ressentie ont été établis par des scientifiques il y a une dizaine d’années sur la base, notamment, des expériences effectuées avec les militaires canadiens volontaires, qui doivent affronter des froids polaires durant les longs mois d’hiver dans leur pays. Ces cobayes humains étaient exposés à une variété de températures et vitesses de vent dans un tunnel de vent réfrigéré et seul leur visage était exposé directement au froid. Depuis, une formule mathématique a été élaborée pour calculer précisément l’indice appliqué dans le monde entier.

Météo France, de son côté, prévoit une alerte de vigilance au grand froid lorsque l’indice de refroidissement éolien atteint -18. Ce chiffre est atteint par exemple avec une température extérieure de -10 °C avec un vitesse moyenne du vent de 20 km/h. «  C’est assez fréquent sur les plateaux du Massif central, mais en plaine il faut avoir des températures extrêmes et du vent. Cette année, le -15 degrés à Orléans a eu lieu quasiment sans vent », selon Etienne Kapikian.

Plusieurs sites internet permettent de calculer soi-même la température ressentie, à condition de connaître la température extérieure et la vitesse du vent à l’endroit où l’on se trouve.

Républicain-Lorrain du 04/12/2010


 

Un aperçu en cliquant sur le lien ci-dessous (Indice refroidissement éolien) 

http://www.meteo-reding.com/reding_custom.html


 
    4] Décembre


Décembre, du latin December: 10e mois du calendrier romain; du latin decem: dix.
Ce mois était protégé par la déesse du foyer Vesta, on célébrait la fin des travaux
par les saturnales, en l'honneur de Saturne, dieu du temps, comme le Cronos grec.
Le solstice d'hiver était fêté chez les Celtes, Germains et Nordiques.
Nivôse, le mois des neiges, commençait vers le 20 décembre dans le calendrier républicain.
On fête l'Avent, la saint Nicolas (6 décembre), Noël (25 décembre), saint Etienne en Alsace-Moselle, le 26 Décembre, Saint Sylvestre (31 décembre).
En Décembre la durée moyenne des jours diminue de 15 mn dans le mois.
Au solstice d'hiver (21 décembre) la nuit la plus longue de l'année durera 16 heures.
Bonne nuit !!
Yves

 
    5] Photos du mois de novembre


Le commentaire de Yves (membre du jury) 
Petite faiblesse ce mois ci avec seulement une bonne cinquantaine de clichés, ce qui n'enlève rien à la qualité d'une majorité de photos. Nos photographes se sont fait plaisir avec le manteau neigeux, on retrouve quelques paysages familiers habillés de blanc. Avec le froid et l'humidité en perspective, nos reporters ont déjà le doigt sur la gâchette, prêt à nous enchanter pour ce mois de décembre.

 
1) La neige (35cm) au Elsassblick près du Hengst le 30.11.10 (12h00) par Vendredi* (*pseudo)

 
2) Brrrrr glacial (-8,1°c) à Wimmenau parc des Vosges du nord le 30.11.10 (08h10) par Jean Beck

 
3) Aprés le soleil, la lune à la station dre Sommand le 13.11.10 (15h30) par Jean Beck

 
4) Crue de la Zorn à Hochfelden le 16.11.10 (17h00) par Jean Beck

 
5) Il neige toujours à Wimmenau parc des Vosges du nord le 25.11.10 (16h40) par Jean Beck

 
6) Nouvelles neiges ce matin à Wimmenau parc des Vosges du nord le 26.11.10 (08h50) par Jean Beck

 
    6] Bilan climatique du mois de novembre


Un mois tout en contraste :

Les conditions météo de novembre 2010 ont été parfois bien tranchées d’une période à l’autre mais  globalement les moyennes des températures sont peu éloignées des normes de saison. Par contre comme l’an passé, novembre a été copieusement arrosé avec des cumuls 2 fois supérieurs, localement 2,5 fois au-dessus des quantités habituelles. Mais passons au déroulement de ce mois qui s’est terminé sur une note très hivernale, comme on aime chez CLIMA 

 

Le « film » du mois :


 

Du 1er au 5 novembre 2010 :

Une période de grande douceur avec des températures maximales se situant entre +15 et +20° ; c’est la seule période du mois qui a connu des pressions atmosphériques élevées, jusqu’à 1027 hPa.  La présence de l’anticyclone n’empêche pas l’incursion de petites pluies faibles durant toute la période, classique, c’est l’automne !

 

Du 6 au 11 novembre 2010 :

Une période de nette baisse des températures qui se montre également très pluvieuse avec des cumuls importants notamment les 6 et 7. La pression chute d’une manière vertigineuse du 8 au 10 avec un creux de 978 hPa le 8, à faire frémir les matelots bretons ! Les premières neiges blanchissent les sommets vosgiens dans la foulée en fin de période.


 

Du 12 au 15 novembre 2010 :

Nouvelle période très douce avec un optimum le 14 où le mercure s’est envolé en plaine comme en montagne, faisant fondre la première neige de la saison ! Le dernier jour de cette période des pluies très importantes ont contribué à lessiver le manteau neigeux précoce tout comme le vent qui a soufflé en tempête durant 3 jours.


 
Du 16 au 20 novembre 2010 :

Une période de temps de saison, plus frais, sans plus, avec des températures dans les normes, rien d’affriolant !

 Du 21 au 25 novembre 2010 :

Rafraîchissement progressif avec de nouvelles pluies et aussi l’arrivée de la neige, d’abord en montagne puis à très basse altitude ; en plaine des flocons se mêlent déjà à la pluie le 24 novembre ; personne n’ose y croire et pourtant l’été indien est bel et bien fini !

 

 

Très froid du 26 au 30 novembre 2010 :

Le temps est plus sec mais le mercure plonge et finit le mois en beauté toute hivernale; les premiers jours sans dégel  sont relevés dans plusieurs stations, l’hiver tape dur avant l’heure et la neige tient au sol à très basse altitude, momentanément également en plaine ; les gelées sont généralisées.

 

 

Les phénomènes et les températures :

Ce mois de novembre  est grosso modo dans la fourchette habituelle pour les moyennes thermiques, légèrement supérieures dans pas mal de stations. Les deux périodes douces, voire chaudes pour la saison, ont vu leurs moyennes rabaissées à cause de la dernière période très froide, mais qui n’est pas exceptionnelle pour une fin novembre. Nous pouvons comparer cet assaut du froid à ceux de novembre 2005 (suivi par un hiver rigoureux) et 2008 (suivi par un hiver doux).

Par contre les jours de gel ont été peu nombreux, tout à fait comparable avec novembre 2009 qui a été, lui, doux d’un bout à l’autre. Rien à voir avec les mois de novembre 2007 et 2008 qui ont eu 2 fois plus de jours de gel et qui ont été plus froids de 1 à 2° en moyenne….mais qui ont été suivis par des hivers particulièrement doux. Dans quelques stations le mercure a plongé 1 ou 2  jours sous les -5° comme ce fut le cas en 2007.

 


 
La neige :

Déjà présente en montagne  vers le 10 novembre, la neige a pris ses quartiers en fin de mois jusqu’en plaine. Dans plusieurs stations à basse altitude on a eu 6 jours de neige avec des chutes de grêles et de grésil, autant de jour de neige au sol, le tout regroupé dans la dernière période du mois, ça tombait bien, l’hiver météorologique étant à notre porte !


 
Brouillard, soleil et vent :

Le nombre de jours de brouillard a été quasiment dans la norme, en général 10 jours et plus, comme tout mois de novembre qui se respecte. L’ensoleillement n’a pas été en dehors des clous mais nous avons profité de quelques journées mémorables presque printanières comme celle du 14.

Novembre a subi des bourrasques assez fortes durant au moins trois jours, entre 60 et 80 km/h, en milieu de mois, mais ce fut la seule exception.


 

La pluviométrie :

La pluviométrie a été importante tant par les cumuls que par le nombre de jours de précipitations ; entre 15 et 18 jours de pluie (sont comptabilisés les jours avec au moins 1 mm dans le pluviomètre) selon les stations, c’est pas mal du tout et cela ressemble fort à novembre 2009 qui fut très pluvieux et copieusement arrosé avec des cumuls souvent supérieurs à 100 mm ; localement  novembre 2010 a fait encore pire avec des cumuls  2,5 fois supérieurs aux précipitations ordinaires. Nous avons vécu 3 jours de précipitations intenses (4 en 2009) ; rien à voir avec novembre 2008 où il n’a plu qu’une dizaine de jours de pluie ou novembre 2006 où les pluies fortes ne se sont fait remarquer qu’une seule fois.


 

Novembre 2010 restera dans les annales pour le brusque revirement des derniers jours passant quasiment du jour d’été  du 14 novembre  au froid glacial du 30 novembre ; avec une courte transition entre le chaud et le froid, la dernière semaine a donné aux hivernophiles les premières sensations de volupté qu’apporte la neige quand elle fait si tôt son apparition au pas de notre porte !

 

Jean Beck


 
    7] Remerciements


à toutes et à tous, merci à Xavier, Yves et Jean pour leur participation à ce numéro.

Contact newsletter > jl.feltmann@meteo-reding.com